théo rifumeuse
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2014

L'Afrique est notre avenir !

théo rifumeuse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On parle toujours de la ‘présence française’ en Afrique, mais ne faudrait-il pas parler des présences françaises sur le continent africain, tant elles ont été nombreuses, diverses et multiples, certaines appartenant au passé, d’autres résolument tournées vers l’avenir.

Parler d’avenir quand on évoque le continent africain ne sous-entend pas faire preuve d’angélisme. Il ne convient pas d’éluder les problèmes importants comme la piraterie ou la drogue, mais il faut rappeler que ces problèmes sont le lot de tous les états fragiles.

Et il ne faut pas non plus oublier l’utilisation qui est faite de ce continent, considéré par beaucoup comme un sous-continent, à des fins criminelles : le transit par les cartels mexicains de plus de 70 milliards de dollars de chiffres d’affaires de produits illicites sert bien évidemment de recette à des groupes comme AQMI ou MUJAO, et ne profite pas aux populations.

Sur qui convient-il alors de faire porter la répression ?

La question essentielle aujourd’hui est celle de la construction d’un échange avec le continent africain tel qu’il apparaît dans sa globalité et sa diversité.

L’Afrique c’est :

1 milliard de nouveaux habitants dans 40 ans (dont 50% de moins de 25 ans),

700 millions de nouveaux actifs (alors même que l’Europe en perdra 90),

un impact écologique qui va doubler (après avoir augmentée de 240% en 50 ans)

et un potentiel de 326 millions de consommateurs.

L’Afrique c’est aussi :

400 millions de personnes qui vivent avec moins de 1,25 dollars par jour,

un manque criant d’infrastructures et de stabilité,

une espérance de vie inférieure de 24 ans à celle des pays de l’OCDE

et une industrialisation qui ne représente que 11% de la production alors même qu’elle est de 31% en Asie du Sud-Est.

En même temps le décollage économique africain représente une nouvelle donne.

En bref, l’Afrique est devenue un enjeu vital, non seulement pour la France, mais aussi pour l’Europe. En effet, la politique africaine de la France a évoluée plus lentement que l’Afrique elle-même.

Si elle veut être partie intégrante des relations avec l’Afrique, et se repositionner après un recul sans précédent, la France doit mettre en place une nouvelle stratégie : participer au développement africain et saisir l’opportunité de la croissance africaine. Et pour cela, il faut favoriser la participation des diasporas africaines à la construction d’une nouvelle Afrique-France, à l’opposé de la françafrique.

La croissance africaine existe.

Elle n’est pas linéaire, elle est mal répartie, elle est injuste, mais elle existe. Et elle fait que l’Afrique n’est plus la Terra incognita de l’époque où l’on considérait que, hors de l’Asie, point de salut.

On en a pour preuve le marché des téléphones mobiles qui a explosé, ou la réduction de la dette publique de certains pays d’Afrique.

Il faut en avoir conscience : l’Afrique avance et elle ne nous attendra pas !

Les enjeux de l’Afrique, les pays émergents les ont parfaitement intégrés, en faisant leur nouvel eldorado.

La Chine est depuis 2009 le 1er partenaire commercial du continent africain, les échanges de l’Inde, du Brésil ou de la Turquie ont double en 10 ans.

En matière de coopération on dit que l’occident a apporté les 3 C : commerce, civilisation et coopération.

Et on dit que les BRIC ont apporté les 3 I : intégration, infrastructures et industrialisation.

La France est donc aujourd’hui très largement en perte de vitesse en Afrique.

Nous bénéficions d’une relation sans précédent avec le continent et nous avons pourtant une présence en net recul.

Les avantages de la France sont pourtant certains :

une langue partagée avec une partie du continent,

des entreprises significatives présentes et bien implantées,

plus de 200 Alliances françaises et Instituts français,

une communauté d’expatriés

et des étudiants africains formés en nombre dans les universités et écoles françaises.

Et pourtant, malgré cette force initiale, nous sommes en perte de vitesse. Dominique LAFFONT de BOLLORE avait dit que ‘le CAC40 a fui l’Afrique’.

Le secteur bancaire africain est en plein développement et les grands groupes français se retrouvent peu à peu boutés hors du continent au profit d’établissements étrangers, pour certains de moindre envergure mondiale.

Pour quelle raison ?

Que s’est-il passé pour que nos relations avec le continent africain se délitent de cette manière ?

Avons-nous vraiment une stratégie ?

Parvenons-nous à nous positionner entre ingérence et indifférence ?

La France n’est-elle pas en train de louper un tournant important, voir primordial ?

Dans un contexte qui ne serait ni colonial, ni postcolonial, ni néocolonial, mais dans le souci d’un intérêt partagé, n’est-il pas possible d’envisager que la France prenne une place dans cette Afrique qui est notre avenir ?

Il convient de construire une relation gagnant-gagnant et non gagnant-perdant comme c’est le cas en matière de pillage des sous-sols.

Notre impératif africain serait une démarche équilibrée et respectueuse, faite de projets partagés, loin des abus suscités par la convoitise de l’Afrique : c’est notre chance, et notre avenir.

La croissance de l’Afrique est un atout que nous pourrions partager mais l’Afrique ne nous attendra pas !

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoit Drevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Justice
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles