theochimin
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 sept. 2022

theochimin
Abonné·e de Mediapart

Antoine Prost sur le travail. Peut-on publier n’importe quoi dans Libération ?

Antoine Prost semble considérer que la notion du travail à gauche devrait rester telle qu'elle a été structurée en 1895. J'essaye de rappeler ici que la place du travail dans un projet politique de gauche est un sujet sérieux.

theochimin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 19 septembre 2022 a été publiée dans Libération une tribune de l’historien Antoine Prost, apportant une énième réaction à un débat qui avait peiné à dépasser un niveau élémentaire, bien que son sujet soit central pour la gauche française : celui de la place du travail dans son projet d’émancipation.

Dans cette tribune AP nous fait part d’une démonstration pour le moins navrante, consistant à nous rappeler que le t de CGT signifie travail, et que cette notion a été constituée comme un fondement de l’identité prolétaire. Si je ne crois pas qu’une démonstration d’une telle puissance ait besoin d’être déconstruite, il semble bien qu’on ait jugé à Libération qu’elle était suffisamment légitime pour être publiée. D’où ce billet, dans lequel j’essayerai rapidement de montrer que ce débat mérite mieux.

Personne ne nie que le mouvement ouvrier s’est structuré sur le travail, pas même Sandrine Rousseau. Il me semble qu’un historien avisé sait situer son propos et ses références dans un contexte historique, et devrait reconnaître qu’un bon siècle nous sépare de la fondation de la CGT. Un universitaire talentueux comme AP ne peut ignorer que, de la même manière que l’Alsace n'est plus prussienne, les idées et les valeurs évoluent avec le temps. Or le travail, tel qu’entendu par le mouvement ouvrier donc en tant qu’activité de production, est une catégorie qui a particulièrement muté au XXe siècle. Sa légitimité en tant que fondement d’un mouvement social aux velléités émancipatrices est à questionner (au moins une fois par siècle), et elle l’est à mon sens aujourd'hui sous deux perspectives majeures :

- Une perspective sociologique :

Qui travaille ? Qui travaillait en 1895, et qui travaille en 2022 ? Pour voir dans quelle mesure une notion concernerait un groupe social particulier (celui de la gauche, des dominés), il convient déjà de voir a minima qui elle concerne. Aujourd’hui tout le monde travaille. Les riches comme les pauvres. Voire les riches plus que les pauvres. Car le travail est devenu au XXe siècle non seulement une nécessité pour vivre, mais la structure du rapport social. La bourgeoisie n’est pas oisive, elle ne l’a jamais été. Elle est gestionnaire de son capital, que celui-ci soit matériel, culturel ou social, et il serait de mauvaise foi que de ne pas reconnaître qu’elle est aujourd’hui largement concernée par la catégorie de travail. Désormais même le PDG est salarié. De l’autre côté de la barricade, le travail a été déstructuré, précarisé, intérimisé, uberisé. Les employés et ouvriers sont les plus touchés par le chômage, leur revenu est de plus en plus constitué d’un mélange erratique de salaire, d’allocations, voire de chiffre d’affaire de leur auto-entreprise. Quel attachement au travail se développe dans ces conditions ? Ce n’est pas pour rien que les cadres et professions libérales sont les catégories qui s’identifient le plus à leur activité. Celle-ci est plus valorisante, et généralement de bien meilleure qualité. Quel groupe social mobilise-t-on par le signifiant travail dans ce contexte ? Quand le travail, d’autant plus le travail de qualité, devient un privilège, est-ce toujours une notion support d’un mouvement qui se voudrait émancipateur ?

- Une approche philosophique :

Qu’entend-on par travail ? Car cette catégorie concerne finalement une grande diversité d’activités. Ce qui permet de les unifier, et donc de définir rapidement rapidement le travail1, c’est leur caractère social. C’est à dire qu’un modèle permet de définir si une activité de production est reconnue comme sociale. Sous le capitalisme, ce qui permet cette reconnaissance c’est la valorisation de capital2. Le travail est le moyen par lequel de la valeur est produite. Dès lors, sauf à proposer une redéfinition profonde de la notion de travail, qui dépasserait le stade de la production de valeur économique3, on ne peut plus le définir indépendamment du capital. Mais, la gauche n’a-t-elle pas pour vocation de dépasser à terme ce modèle social aliénant et inégalitaire que l’on nomme « capitalisme » ? Comment pourrait-elle le faire en se structurant sur une catégorie pour l’existence de laquelle le capital est nécessaire ? Le travail est un fait social, mais posé en tant que valeur il prend la forme d’une promotion conservatrice de l’ordre social4. On devrait être fiers que le capital nous contraigne à produire de l’inégalité, de la propriété privée, à détruire la planète ?

On voit donc bien que quand quelqu’un dit que le travail est une valeur de droite, ce n’est pas pas méconnaissance du t de la CGT comme semble le penser AP, mais sur des fondements critiques. Tout comme des pensées critiques ont, dans leur temps, amené le travail à devenir une valeur structurante pour le mouvement ouvrier au XIXe siècle. On peut se demander comment un grand intellectuel comme AP peut proposer un tel mépris des enjeux et de la recherche sur la notion de travail. Mais il me semble simplement voir ici une personnalité chercher à peser sur un débat à peu de frais en utilisant son nom. On demandera cependant ici solennellement à AP de bien vouloir nous laisser faire, à gauche, le bilan du XXe siècle, et nous laisser faire vivre une pensée de l’émancipation pas trop sclérosée. Je ne me permettrai pas d’émettre ici des assertions trop définitive sur le sujet, c’est visiblement un privilège d’historien, j’espère cependant avoir pu montrer ici que ce débat mérite un peu plus de respect que ce que lui a accordé Antoine Prost.

1Entendu comme travail social, qui s’opposerait aux activités de production cantonnées à une sphère informelle ou privée.

2Excepté dans le cadre de l’État employeur, où la reconnaissance sociale est politique (au sens large de l’organisation de la vie sociale).

3Ce que ne fait pas la vulgate ouvrière à laquelle semble se référer AP.

4Sans parler du fait qu’il amène rapidement à une autre fameuse notion contemporaine de gauche, celle du mérite.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte