Chronique d'un jeune qui est sympathisant partout et militant nulle part.

J'ai bientôt 19 ans, salarié chez Lidl depuis peu, désespéré par la situation politique actuelle et plus particulièrement par l'état de la gauche française.

J'ai bientôt 19 ans, salarié chez Lidl depuis peu, désespéré par la situation politique actuelle et plus particulièrement par l'état de la gauche française. Je ne suis certainement pas le seul. Rien que dans mon entourage, ma mère et mon beau-père enragent de cette désunion de la gauche. Mon grand-oncle, ancien militant communiste est presque près à voter pour Marine Le Pen malgré son aversion pour son parti. Cela a été dit et redit, mais le peuple de gauche, si tant est qu'il en existe encore un vu son éclatement, n'en peut plus. Chacun des partis ou mouvements divers a une part de responsabilité dans ce ras-le-bol. Entre la prétention de Mr Jadot après son score de 13% (qui devrait appeler à plus de modestie) et sa non-remise en cause du système économique actuel, l'inflexibilité de Mr Mélenchon sur bon nombre de sujets, la quasi-transparence de Mr Hamon et son désir de changer l'Europe sans sortir des traités, la position assez floue du Parti Communiste sur les sujets écologiques et pour finir la trahison idéologique du Parti Socialiste, qui est coutumier du fait, encore plus violente que les précédentes. 

Tous ces facteurs ont entraîné un éclatement de l'électorat de gauche et chacune des personnalités citées précédemment espèrent sûrement siphonner les voix des autres. Si cela continue comme ça et qu'aucun de ceux-là n'arrivent à un consensus, je ne suis personne mais je ne donne pas cher de leur peau et la gauche finira de dériver.

Je remercie d'avance les personnes qui auront lu cette petite chronique, et je vous conseille au passage de lire l’Écume des jours de Boris Vian qui est un magnifique livre, drôle, triste, incroyablement touchant et avec un léger sous-texte contre l'exploitation des travailleurs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.