Communiqué de presse professeurs correcteurs grévistes !

Notes du bac : les correcteurs et correctrices de l'Académie de Montpellier reconduisent la grève L'Assemblée générale des grévistes de l'éducation nationale, réunie à Montpellier, a voté ce mardi 2 juillet la reconduction de la grève des correcteurs et correctrices du baccalauréat, qui ne rendent donc pas leurs notes.

 

L'assemblée générale dénonce les menaces proférées ce matin par le ministre de l'Education nationale. Face à un mouvement qui s’amplifie contre les réformes libérales et réactionnaires voulues par Jean-Michel Blanquer, ce dernier agite dans la presse des menaces de sanctions contre les personnels mobilisés, et annonce qu'on pourrait les comptabiliser grévistes depuis la date du retrait des copies.

Ces menaces n’ont, une fois encore, aucune portée juridique. Nous rappelons que les personnels grévistes exercent un droit garanti par la Constitution et la loi : toute sanction prise dans ce cadre serait illégale. En ce qui concerne les rétentions de copies, les textes réglementaires prévoient explicitement que les retraits de salaire ne peuvent intervenir qu’à compter du jour où l’administration est en position de constater un retard dans la saisie des notes ou du rendu des copies (circulaire du 4 juillet 1961), un retrait rétroactif remontant à la récupération des copies serait donc illégal.

La posture autoritariste du ministre montre bien son inquiétude face à notre mobilisation. Nous restons déterminé-e-s et refusons de nous laisser intimider.

 

AG professeurs grévistes de Montpellier

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.