Prix Ciaravola 2013 : la Corse recèle de précieux trésors

Prix Ciaravola 2013 : la Corse recèle de précieux trésors

L e prix de la danseuse étoile Isabelle Ciaravola consacre Ariakina Ettori, 12 ans, artiste rare et écolière

 

On pourra visionner la cérémonie sur : http://spectaclevivant.fr/gazette.html#ciara

 

La danseuse étoile de l’Opéra de Paris, Isabelle Ciaravola, a montré que sa terre natale, la Corse, recélait encore plusieurs générations de trésors rares dans les arts et spectacles. On le savait déjà depuis longtemps avec elle, parvenue avec beaucoup de talent et de travail au sommet de son art. Le 5 mars prochain, avec la troupe de l’Opéra de Paris, elle dansera dans la pièce de John Cranko, « Onéguine » avec son partenaire, le danseur étoile Hervé Moreau. Au firmament des étoiles, elle fera sa révérence sur la scène de l’Opéra Garnier, la « maison » où elle a grandi comme danseuse.

 

Mais l’art est éternel.  Grâce à Isabelle Ciaravola, il se transmet de génération en génération dans ce qu’il a de plus prometteur et créatif. Quand elle ne danse pas,  la danseuse étoile enseigne aux quatre coins du monde où elle est très appréciée. Par expérience, je peux dire que ses cours sont à la fois rigoureux et très agréables. Isabelle Ciaravola a l’art de la pédagogie, un talent et une compétence qui ne s’acquièrent que si on connaît parfaitement son art, mais aussi le corps humain.

 

On doit également à la danseuse Monique Mufraggi d’avoir pris l’initiative de créer ce prix destiné à promouvoir de jeunes artistes talentueux et prometteurs. Le jury est composé d’artistes connus pour leur créativité et leur originalité (voir appendice ci-dessous).

 

 Le 10 septembre 2013, à 10h30, au Palais Bourbon, le prix Isabelle Ciaravola a récompensé Ariakina Ettori, 12 ans seulement et déjà artiste pleinement accomplie et de grand talent. Ariakina est danseuse, comédienne, réalisatrice. Avec sa sœur Ondalina Ettori, elle aussi déjà artiste aux talents précoces, Ariakina a réalisé un petit film, La pêcheuse de bonheur (voir lien ci-dessous).  

 

La cérémonie a uni le « continent » et l’île dans un lieu hautement symbolique de la République française, avec le député Laurent Marcangelli. Elle s’est déroulé en « famille » avec les marraines et parrains d’Ariakina dont Isabelle Ciaravola, sa sœur Emmanuelle Dubuisson, le professeur de danse Monique Mufraggi, la jeune danseuse de hip-hop Nathalie Lucas, les parents de la lauréate, Maga et Patricia Ettori, ainsi que Claude et Françoise Gatti qui dirigent le théâtre parisien « Les Blondes Ogresses » à Montmartre.

 

Magnifique brune aux yeux bleus de chat, Isabelle Ciaravola est à la fois de l’Opéra de Paris et de la ville d’Ajaccio à laquelle elle est restée fidèle, retrouvant aujourd’hui la belle danseuse Monique Muffragi et le député Laurent Marcangelli qu’elle connaît depuis son enfance.

 

La lauréate Ariakina Ettori est de Bastia. Modeste et réservée, elle n’en est pas moins déjà charismatique. En la voyant, on se dit qu’elle a déjà son propre style et de la personnalité. Elle tient sa particularité de la Corse, de sa famille d’artistes, de ses marraines, Isabelle Ciaravola, mais aussi Monique Mufraggi qui transmet l’art de la danse à Ajaccio, ou encore la jeune danseuse de hip hop, Nathalie Lucas qui a conçu la chorégraphie d’un des spectacles de Florence Foresti et enseigne au studio Harmonic à Bastille.

 

Depuis son enfance, Ariakina baigne dans l’art. Ses parents, Maga et Patricia Ettori, sont des artistes talentueux et connus.  Ils ont notamment  imaginé et réalisé « La révolution corse », un spectacle qui a eu beaucoup de succès sur le « continent » et que l’on a pu voir au Bataclan, au Casino de Paris ou encore au Palais des Sports. Ariakina, y dansait déjà. Isabelle Ciaravola et les Ettori ont l’art de nous faire découvrir la culture historique corse.

 

Ariakina apprend la danse depuis l’âge de cinq ans. Elle a fait son apprentissage au conservatoire régional de Bastia. Elle a commencé par la danse classique et développe aujourd’hui sa créativité en s’investissant dans la danse contemporaine. A l’exemple des ses parents, d’Isabelle Ciaravola et de Monique Mufraggi, elle montre que la danse, dans toute sa richesse, est un art diversifié et multiculturel, sans frontières. Toutes les danses se complètent et s’enrichissent mutuellement.

 

Studieuse, Ariakina Ettori est aussi écolière. Nul doute qu’elle développera ainsi son intelligence d’artiste.  Son originalité précoce a été récompensée aujourd’hui par un livre d’or joliment dessiné par Desideriu Leandri.

 

En attendant de voir Ariakina de nouveau sur scène, on apprendra l’art de la danse dans toute sa richesse et diversité artistique et culturelle auprès d’Isabelle Ciaravola, au centre de Monique Mufraggi à Ajaccio, ou encore au studio Harmonic à Paris avec Nathalie Lucas :   danse classique, danse contemporaine, modern jazz, flamenco, salsa et tango chez Monique Mufraggi, hip hop avec Nathalie Lucas.  

 

Le centre de danse de Monique Mufraggi à Ajaccio est une véritable pépinière de trésors corses.  La chanteuse Alizée, elle aussi au talent précoce, y a appris la danse classique, le Modern jazz, les claquettes et le flamenco.  On se souvient et on fredonne encore son tube, écrit par Mylène Farmer, « Moi, je m’appelle Lolita ».

 

La Corse recèle bien des trésors qui enrichissent notre patrimoine.  Grâce à Isabelle Ciaravola,  les Ettori, Monique Mufraggi, Alizée, les Gatti, mais aussi Toni Rossi et bien d’autres artistes encore de l’île et du « continent », grâce aussi à l’Opéra de Paris et de province, la France continue de rayonner dans le monde par sa culture historique à la fois exceptionnelle, sans frontières. 

 

Thi Minh-Hoang NGO

 

 

Appendice :

 

Composition du jury du prix Isabelle Ciaravola

Redha Benteifour

Julien Brugel

Bruno Caprioli

Sidi Larbi Cherkaoui

Nathalie Fauquette

Denitsa Ikonomova

 Alexandra Lemoine

Christophe Licata

Nathalie Lucas

Raghunath Manet

Silvia Notargiacomo

Loic Riou

Fabien Ruiz

 Laura Treves

 

Quelques vidéos d’artistes corses à regarder :

DVD Master Class Isabelle Ciaravola, Andrey Klemm, Sylvain Durand

 http://www.youtube.com/watch?v=NVBOpkWUT8k

 

La pêcheuse de bonheur, réalisé par Ondalina et Ariakina Ettori, avec Ariakina Ettori

http://www.youtube.com/watch?v=5usTtKQkiHA

 

Sur le spectacle musical de Maga Ettori, La Révolution corse

http://www.youtube.com/watch?v=5usTtKQkiHA

 

Le site officiel de Ondalina Ettori

http://ondalinaettori.wordpress.com/tag/ondalina/

 

Sur l’école de danse de Monique Mufraggi, Ajaccio

http://www.ecole-du-spectacle.com/videos-danse-monique-mufraggi.html

 

Sur les Blondes Ogresses Montmartre

www.dailymotion.com/video/xdl9fg_blondes-ogresses-montmartre-2010-am_creation

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.