Thierry Decocq
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 nov. 2019

Voici l'artisan de nos défaites.

La bataille sur les retraites est en train de se préparer, un peu tard à mon goût, mais c'est en route. Si nous échouons une fois de plus, les boucs émissaires seront tout de suite trouvés : ce sera de la faute des syndicats, ces vendus, ces pourris, ces corrompus. D'autant plus facile qu'ils ont été de toutes les défaites depuis 1984.

Thierry Decocq
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'ai près d'un quart de siècle de syndicalisme dans les pattes, un quart de siècle marqué par bien plus de défaites que de victoires. Je vais finir ma carrière dans une entreprise où je n'ai plus le droit d'être syndicaliste ni même celui d'être représenté parce que les ordonnances travail ont supprimé les instances pour créer les CSE, formidable machine à réduire les travailleurs à l'impuissance, y compris quand il s'agit de préserver des vies et la santé.

Voilà pour mon CV, je ne m'appesantis pas, ce n'est pas le sujet. On va maintenant s'occuper du vôtre si ça ne vous dérange pas.

Collez un sticker de n'importe quel syndicat sur un miroir, celui qui vous plait le plus ou au contraire que vous détestez le plus, c'est comme vous voulez. À présent prenez un marqueur et écrivez sur ce miroir "Voici l'artisan de toutes nos défaites".

À présent, mettez vous devant ce miroir et regardez-vous.

Les syndicats n'existent que par le rapport de forces. Leur seule raison d'être n'est pas de déclencher les conflits, mais de négocier pour le bien commun. Les droits des travailleurs, les droits sociaux, les conditions de travail, l'hygiène et la sécurité des travailleurs (mais aussi des riverains)... Ils négocient régulièrement (on appelle ça le dialogue social), ils négocient dans des circonstances exceptionnelles (gros changement dans une entreprise, restructuration, plan social, changement législatifs...). La seule circonstance exceptionnelle de négociation que les travailleurs peuvent apporter, c'est la menace d'une grève. Il y avait aussi les CHSCT qui permettaient d'agir. Ils étaient la création d'un grand Ministre du Travail, Jean Auroux. Le 31 décembre, vous pourrez les ranger dans un livre d'Histoire, refermer celui-ci et le jeter au feu. Cette instance qui avait de véritables pouvoirs et qui pouvait agir, y compris en justice sans que le patronat ne puisse s'y opposer, a été détruite par Macron.

Les syndicats n'amènent pas de capital à la table des négociations, ils n'amènent pas de contrats de travail, ils ne fournissent pas d'outil de travail. La seule chose qu'ils peuvent amener, c'est la mobilisation des travailleurs. Un syndicat n'a pas d'obligation de résultat, il n'a qu'une obligation de moyens. Et l'essentiel de ces moyens, ce sont les travailleurs et leur mobilisation qui peuvent les lui apporter.

Quand vous engueulez les syndicats, que vous les présentez comme  vendus et corrompus, ce qui vous donne l'excuse facile pour rester votre cul dans le fauteuil devant BFM-TV ou vous permet d'aller perdre vos samedis dans les hypermarchés au lieu de marcher dans la rue, vous oubliez juste un truc élémentaire : c'est VOUS qui refusez à ces syndicats de se présenter à la table des négociations avec un rapport de forces favorable.

Descendons à 3 ou 4 millions dans la rue le 5 décembre et surtout ne retournons pas travailler le 6, et vous verrez que même de Berger peut être un loup enragé. Même lui ! Même celui qui, alors qu'il est à poil face à un pouvoir tout puissant et un MEDEF meurtrier, négocie un pagne pour préserver sa dignité.

Parce que nous tous, travailleurs de ce pays (en activité, à venir ou en retraite), ne lui laissons dans son rapport de force que le pouvoir de négocier un pagne pour ne pas rester tout nu !Et c'est valable pour tous les syndicats.

Je n'arrête pas de lire ici ou ailleurs "Résistance", "Révolution", "Convergence des luttes"... Ces mots sont creux. Le seul slogan qui tienne est "on est dans la rue, le pays est bloqué et nous rentrerons chez nous que lorsque nous aurons gagné".

Si ça vous convient, prenez un chiffon, effacez ce que je vous ai demandé d'écrire tout à l'heure sur votre miroir, et mettez ce slogan à sa place.

Regardez-vous à nouveau dans votre miroir...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl