France Insoumise : la déviance face aux entrepreneurs de morale

Pourquoi les insoumis déclenchent un tel déferlement d'insultes ? C'est Howard Becker qui nous en donne la raison.

La France Insoumise propose un autre modèle de société, plus juste et plus heureux face au modèle ordo-libéral qui est présenté comme la seule société possible. Le modèle porté par Emmanuel Macron dont on sait qu'il est abominable, qu'il fera reculer le droit au service des plus riches et aux dépens des plus nombreux.

Proposer un autre choix de société face au modèle dominant s'appelle une déviance. Nous sommes, France Insoumise, des déviants ! Et face aux déviants, le modèle dominant se défend, il le fait toujours violemment. Ceux qui combattent les déviants sont les entrepreneurs de morale.

Tout le monde a compris que la caste des possédants (je reprends là la termiologie de Pablo Iglésias qui a ainsi cherché à rompre avec les antiennes du marxisme pour apporter une approche sociologique de la situation politique de son pays) a intérêt à nous combattre. De nombreux médias se font ses porte-voix. Ils n'hésitent pas à désinformer de façon ostentatoire voire caricaturale, comme dans "l'émission politique" du Jeudi 23 février où David Pujadas, Léa Salamé, Karim Rissouli et François Langlet n'ont eu de cesse, durant 2h15 de chercher à démontrer que Jean-Luc Mélenchon avait le même programme que Marine Le Pen, le renvoyant dans une position d'extrêmiste et de menace pour la société. Mentir plus ou moins effrontément est devenu le rôle de ceux qui sont chargés d'informer. Rien d'étonnant à priori dans une société où l'on parle de fait alternatif pour qualifier un mensonge !

Relisez donc George Orwell pour (re)découvrir comment la manipulation du langage installe un régime totalitaire.

Ce qui est plus désarmant, c'est que sur les réseaux sociaux notamment, ce sont surtout des victimes du modèle ordo-libéral et des personnes plus ou moins menacées par lui qui sont les plus violents avec les militants de la France Insoumise. C'est plus difficile à comprendre et pourtant, c'est tout à fait logique.

Les victimes acceptent leur sort parce qu'elles sont convaincues que l'on ne peut pas faire autrement. Dire qu'un autre modèle est possible et qu'il est possible de le conquérir collectivement, c'est casser cette croyance. Montrer que le programme est réaliste et cohérent, c'est renvoyer les victimes à leur responsabilité dans le sort qu'elles subissent. Du coup, par peur et par déni, elles rejoignent leurs bourreaux pour combattre leurs libérateurs.

Nous sommes déviants. Les 700 000 voix qui nous ont manqué sont à trouver dans le fait que nous ne l'avons pas compris et que nous avons cru que la raison seule pouvait l'emporter. La France Insoumise s'est cassée les dents sur une des thèses les plus élémentaires de la sociologie.

La bagarre des législatives va être terrible, elle est vitale pour France Insoumise et le pays ! Elle l'est parce que le mouvement gigantesque qu'a suscité la candidature de Jean-Luc Mélenchon va soit devenir irresistible, soit s'effondrer. Et s'il s'effondre, l'espoir de millions de personnes, dont beaucoup ont pour la première fois de leur vie envisagé le combat politique comme un espoir vont connaître une désillusion énorme. C'est pour des années, des décennies peut-être que nous perdrons cet enthousiasme; Les conséquences en sont imprévisibles !

Howard Becker nous dit que la déviance peut devenir la norme, et que la norme peut à son tour devenir déviance. Reste à trouver les mots pour passer le message, non pas seulement à travers le langage de la raison derrière un programme cohérent et en dépit de ce qui est dit parfaitement réaliste; mais en tenant compte de ceux à qui nous nous adressons, à qui il faut dire sans les heurter qu'ils ont les moyens de briser leurs chaînes. Et cela devra être fait partout parce que même avec 20 ou 30% des voix, il n'est pas garanti que France Insoumise remporte un seul siège car il ne s'agit pas d'un scrutin proportionnel.

Ceux qui attaquent aujourd'hui la France Insoumise, consciemment ou inconsciemment, servent l'ordo-libéralisme. La responsabilité de France Insoumise dans la place qu'occupe le FN dans cette élection est une gigantesque fumisterie. Et pourtant ceux qui propagent celle-ci avec une rare agressivité n'en sont pas moins sincères. Howard Becker nous dit simplement qu'ils sont inconscients du rôle qu'ils jouent !

Regardez donc l'attitude d'Emmanuel Macron : en lieu et place des promesses plus ou moins démagogiques que l'on pourrait attendre d'un candidat qui souhaite se faire élire, il affirme la violence de son projet, son intention de poursuivre et de mettre à terre le droit du travail et il affirme qu'il le fera en utilisant les armes antidémocratiques et arbitraires qu'offre la constitution.

Que nous disent aujourd'hui les entrepreneurs de morale ? Que si nous ne nous soumettons pas à Emmanuel Macron, Marine Le Pen se servira de l'article 16 pour s'emparer des pleins pouvoirs. Face à une réalité, ils nous oppose un fantasme. Ils font de nous les générateurs de leur cauchemar. La France Insoumise n'a pas placé le Front National a niveau où il est aujourd'hui. Ce sont des décennies d'injustices croissantes, de destruction du lien social que constituent les services publics, de montée de la misère, de l'affaiblissement de l'éducation populaire (c'est à dire des bases mêmes de la citoyenneté) qui nous ont mené là.

C'est aussi une dégradation permanente de notre constitution par des politiciens qui privilégient des intérêts privés sur l'intérêt général, leur ambition personnelle sur leur mission au service du peuple. Une dégradation telle que la constitution ne protège plus le peuple et la société, mais elle se retourne contre eux. Une dégradation telle qu'il n'est plus possible d'imaginer l'avenir avec elle. Demander à Jean-Luc Mélenchon de choisir dimanche dernier entre 2 sociétés invivables, le rendre responsable et rendre responsable ses soutiens de la menace qui pèse sur notre pays est une infamie. Ceux qui portent avec violence et haine cette infamie n'ont malheureusement que rarement conscience qu'ils sont infâmes.

Parmi ces entrepreneurs de morale, j'ai de véritables amis qui aujourd'hui me voient comme un traitre et un irresponsable et me le disent avec une violence haineuse.

J'en suis très triste et désolé pour eux !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.