thierry denys
écologiste, utopiste, chercheur en monde meilleur
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2017

thierry denys
écologiste, utopiste, chercheur en monde meilleur
Abonné·e de Mediapart

Vanessa Miranville, 33 ans, Maire - Appel au parrainage de Charlotte Marchandise -

Seule femme Maire de l'île de la Réunion, Vanessa Miranville, 33 ans, a été élue Maire de la Possession en 2014. Une ville de 33 000 habitants, verte, nature, dynamique. C'est accompagnée d'un mouvement citoyen qui s'est construit au fil de l'eau qu'elle a mené campagne pendant 4 ans, quartier par quartier, thématique par thématique, et mis fin à 43 ans de mandat ininterrompu de son prédécesseur

thierry denys
écologiste, utopiste, chercheur en monde meilleur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Libérons notre démocratie 

Appel au parrainage de Charlotte Marchandise

Skype lors du marrainage de Charlotte Marchandise

-- Vanessa Miranville et les élues de la Possession, avec Charlotte Marchandise par skype lors de la signaure du marrainage le 8 mars 2017--

L’érosion de la participation aux élections n’est ni une surprise, ni une fatalité. 


Il y a quelques jours, au milieu des « tous pourris », j’entends une autre voix « je ne vote pas pour celui que je préfère, mais pour celui que je déteste le moins »….Comment sortir de cette situation, comment revenir à l’éthique, à l’intérêt général, aux fondements de la politique ? Comment remettre le citoyen en position d’acteur et non de spectateur absent ou désabusé ? 

Je l’assume, il m’est arrivé de ne pas aller voter, au vu de l’offre politique qui m’était proposée. Ce choix de ne pas me déplacer, je l’ai médiatisé pour donner un visage et une voix aux centaines de milliers d’abstentionnistes désabusés par le système politique actuel. Comme eux, avec eux, je souhaite ardemment un renouveau politique, pour faire renaître l’espoir et pouvoir croire à nouveau en la parole politique. 

Las de cette situation, nous avons agi, nous sommes indignés. Nous avons pris conscience que notre démocratie nous avait été volée par des groupes organisés appelés partis, alors nous avons choisi de la reconquérir.  

Une reconquête de 4 ans de porte à porte et de construction d’un mouvement citoyen local, en insurrection contre un système partisan, opaque, cloisonné. Nous avons construit un programme quartier par quartier, thématique par thématique, avec les habitants, et j’ai été élue maire d’une commune de 33000 habitants. Avec mon équipe, une fois élus nous avons remplacé les vigiles par des débats, ouvert les portes de la mairie. Ça a été un choc pour beaucoup, dont les soubresauts continuent, près de 3 ans après notre arrivée. 

En 2016, ce sont près de 1000 personnes qui ont, sous une forme ou sous une autre, participé à au moins une forme de participation citoyenne dans la commune, et c’est un énorme espoir, le premier petit pas ici d’une longue marche vers le futur, vers d’autres pratiques. D’autres ailleurs sont en chemin sur cette voie, nous inspirent, nous les voyons naître et grandir avec plaisir. 

Cette évolution, son socle n’est pas une personne charismatique, ou un parti politique, c’est un mouvement citoyen, créé par les citoyens, pour les citoyens. 

Il va donc sans dire que nous nous sommes retrouvés dans la démarche de laprimaire.org, et que nous avons collectivement décidé avec enthousiasme de parrainer Charlotte Marchandise. 

« Il ne suffit pas de critiquer le système politique, il faut aussi critiquer le système économique, qui a domestiqué la politique. » nous dit Edgar Morin. Au-delà de l’émergence d’un mouvement citoyen, quel programme porte ce mouvement citoyen ?

Ce programme, il nous convient, car c’est un vrai programme de transition vers un autre modèle de société : une nouvelle constitution co-élaborée avec les citoyens, création d’une assemblée délibérative avec des citoyens tirés au sort, mise en place d’un revenu de base pour tous les citoyens, refondation du modèle de l’école

Une transition énergétique, la promotion de l’agriculture bio, une fiscalité incitative pour l’ESSE (économie sociale, solidaire et écologique), nous retrouvons toutes nos valeurs dans ces axes programmatiques. Une politique humaniste, la promotion d’un commerce international juste et équitable, nous qui sommes ici au confluent de mondes si différents réunis dans un même océan, nous ne pouvons que souscrire à cette volonté, qui est également la nôtre.

Ce programme, il nous engage vers une transition démocratique, économique, sociale, et nous le soutenons.

Nous sommes le 8 mars
En ce 8 mars, en fait, je ne parraine pas, je marraine Charlotte Marchandise. 

Une femme de 31 ans, maire d’une commune de la Réunion, apporte son soutien à une femme de 42 ans à Rennes. Voilà qui transcende les représentations de la politique, qui unit des histoires si différentes. Entre Charlotte et moi, c’est une rencontre humaine autant qu'une rencontre de valeurs communes. C’est une vision partagée réellement, pas une négociation pour les intérêts de nos partis respectifs. C’est une fierté pour nous d’être à ses côtés. 

Osez, parrains, marraines, osez vous indigner, positivement, osez l’insurrection démocratique, osez soutenir Charlotte Marchandise. Il n’y a pas de petit candidat, parfois les machines médiatiques font les choix pour nous, et confondent débat démocratique et vente d’un candidat-produit. 
Osez, osez nous rejoindre, faites-vous plaisir, faites plaisir à vos concitoyens, ouvrons-nous même les portes de la prison mentale dans laquelle on veut nous enfermer, il n’y a pas de petit candidat, il y a les systèmes organisés et les alternatives en émergence. 

Comme je l’ai fait, comme beaucoup d’autres déjà l’ont fait, engageons la transition vers un autre modèle démocratique, osez parrainer ou parrainer Charlotte Marchandise, osons reconquérir notre démocratie.

Vanessa Miranville, 
Maire de la Possession
Présidente du mouvement citoyen CREA (Citoyens de la réunion en Action)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES