Toi, le conducteur de métro de la ligne 7...

Histoire vraie du métro parisien : Hommage à un anonyme Sous forme de mauvaises rimes.

Il est à toi, ce post de blog,
Toi le conducteur de métro de la ligne 7,
Toi qui sans façon, à Maison Blanche,
Là où la ligne se sépare en deux branches,
Plutôt que nous annoncer sèchement la destination,
A pris la peine de prononcer ces quelques mots :
(je cite de mémoire)
"Mesdames, Messieurs, je ne pourrai pas vous emmener sur une plage au soleil,
Mais nous irons quand même jusqu'à Mairie d'Ivry"
Ce n'était rien que quelques paroles banales,
Pas vraiment du Brassens, presqu'une blague à 2 balles,
Mais les voyageurs ont souri
Au moins jusqu'à Pierre et Marie Curie.
Ce n'était rien qu'un peu d'humanité mais elle restera en nous
Lorsque tu feras grêve pour défendre ton travail.
Lorsque pour résorber la dette,
Tous les gens bien intentionnés,
Voudront nous imposer des métros sans tête.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.