Thierry Nutchey
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

Tous Chinois

En attendant le dernier tour de passe passe…

Thierry Nutchey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un jour d’octobre dernier, gare de Barcelone-Sants, je monte sans passe sanitaire dans le train Barcelone Paris. Les wagons sont bien pleins. Toutes les cinq minutes un message nous rappelle les mesures sanitaires en vigueur, passe sanitaire obligatoire en France, port du masque, etc… Toutes les cinq minutes, au cas où nous n’aurions pas bien compris. A l’approche de la frontière, un appel nous demande de tenir prêts papiers d’identité et passes sanitaires « sur la tablette devant vous » afin de procéder aux contrôles par les autorités. Je décide d’aller boire un café à la voiture-bar. Tout au long des trois ou quatre wagons que je parcours pour l’atteindre, pas un passeport, pas une carte d’identité ne manquent, tous bien posés en évidence sur chaque tablette. Le bon voyageur, jeune, vieux, en famille, a obtempéré avec une telle promptitude que j’en suis abasourdi. Comme si chacun avait mis de l’empressement à exhiber son « je suis normal », son « je suis en règle », ou « je suis vacciné », ou son « je suis un bon citoyen ». J’obéis. De mon côté, je retourne à ma place, remonte ma tablette, m’endors. Les autorités ne sont pas venues. Je descends à Perpignan, les tablettes sont toujours ouvertes, les pièces d'identité toujours bien alignées. On ne me demande rien, évidemment. Je me sens comme extraordinairement libre.

Autre espace, autre moment : la remise du prix Walter Benjamin à Georges Didi-Huberman par un parterre de personnalités littéraires impressionnant. J’entre sans passe, en douce, par les coulisses. J’assiste aux lectures, Walter Benjamin, Theodor Adorno, Carl Einstein, entre autres, magnifiques textes où résonnent les mots « autoritaire » ou « totalitaire ». Un peu intimidé par tant de talents, d’auteurs, de biographes renommés, de littérature, et la présence de Didi-Huberman dont je ne voudrais pas gâcher la fête, je n’ose pas poser la question : « Hé, vous les intellos qui dénoncez avec Walter Benjamin les régimes autoritaires, vous avez accepté de présenter ici votre passe sanitaire ???!!! Qu’en aurait pensé Walter Benjamin ? Malaise. J'aurais du demander.

Et puis Taubira, que j’avais tendance à admirer pour ces déclamations littéraires, son courage de femme noire, qui déclare il y a quelques jours « Le passe vaccinal ne me pose pas de problème ». Enfin, Christiane, reprend toi ! Je ne pourrai plus aller au bistrot, au restau, au théâtre, au cinéma, à la bibliothèque, plus prendre le train, plus prendre un bus et ça ne te pose pas de problème ! Je suis un citoyen déclassé, vilipendé alors que je n’ai rien fait (c'est pas moi qui ferme des lits d'hôpital !), un citoyen qu’on veut ouvertement, officiellement et littéralement « souiller d’excrément », parce que je ne veux pas soutenir une politique sanitaire calamiteuse et qu’accessoirement, vivant perché à la montagne je ne risque pas de contaminer grand monde ?

En Chine, j’aurais perdu des points sur mon compte de « crédit social ». Mais que c’est moche la Chine.

Je reste stupéfait de constater qu’alors qu’en 2018, c’était la « révolution », que le pays était bloqué à tous les ronds-points, qu’il fallait tout dégager, que Macron tirait dans le tas en visant les yeux, qu’aujourd’hui tout le monde est devenu Chinois, qui accepte de brandir à toutes les portes, à n’importe qui, son laisser passer, pour boire une bière ou aller au théâtre. Je ne comprends pas pourquoi on court encore pour sa troisième dose dont l’utilité est contestée jusqu'à l’OMS et comment on va accepter ce passe vaccinal et laisser notre âme révolutionnaire au premier despote venu et par-là soigner sa ré-election. En échange de quelle contrepartie, au fait ? La fin du virus, en sommes-nous sûrs ? Des lits et du personnel bien payé dans les hôpitaux ? La fin des déserts médicaux ? La libération des brevets, l’aération des écoles ? Des masques gratuits ? Un monde d'après plus raisonnable ? Chinois, collabos, moutons, cobayes, mais que sommes-nous devenus ? C'est l'anesthésie générale ?! Je suis simplement sidéré.

https://www.editions-harmattan.fr/livre-hyperferon_ou_le_silence_de_la_moelle_thierry_nutchey-9782343203584-66501.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN