POUR UN HYMNE DE PAIX !

La Marseillaise, par la violence de ses paroles, est en totale opposition avec les valeurs de bienveillance, de non-violence, de respect des autres, de fraternité, de solidarité, valeurs qui participent essentiellement aux fondements de l’éducation.

" Les maîtres d'école sont des jardiniers en intelligences humaines. " disait Victor Hugo.
Dans ce cas, doit-on semer à l'école des graines de haine contenues dans ce chant ?

drapeau-france


Un peu d’histoire

Dans la nuit du 25 au 26 avril 1792, à la suite de la déclaration de guerre faite par le roi Louis XVI à l’Autriche, un officier français, Rouget de Lisle, compose le « Chant de guerre pour l’armée du Rhin ».

Les fédérés de Marseille le reprennent lors de l’insurrection des Tuileries le 10 août 1792 : la Marseillaise est née. Son succès est très important ; Elle est déclarée chant national le 14 juillet 1795.

A l’origine, la Marseillaise est donc un chant guerrier révolutionnaire. Peu à peu elle s’est imposée comme l’hymne national français (décrété en 1879 sous la IIIème république).

En septembre 1944, le ministère de l’Education nationale préconise de faire chanter la Marseillaise dans les écoles pour “célébrer notre libération et nos martyrs”.

La Marseillaise aujourd’hui

Ce chant patriotique fait bel et bien partie du quotidien des français.

Il est chanté ou joué :

- par l’armée aussi bien en temps de paix (cérémonies du 14 juillet, du 11 novembre, etc.) qu’en temps de guerre.

- lors d’événements solennels par tous les organes de la république (allocutions télévisées du président, accueil de chefs d’états, etc.).

- lors de manifestations sportives (coupe du monde, jeux olympiques, etc.).

La marseillaise est un chant de guerre composé en temps de guerre. Sa légitimité originelle ne fait pas de doute. Il fallait bien motiver et aguerrir les troupes avec quelque chose de glorieux, de puissant et de sanguinolent…

Par contre nous pouvons nous interroger sur sa légitimité aujourd’hui alors que nous sommes largement en situation de paix.

Quelle image de notre nation et du monde des adultes se fait un jeune enfant lorsqu’il doit apprendre par cœur, à l’école, des paroles aussi dures et cruelles, sensées représenter notre patrie aujourd’hui ?

Que pense un autre enfant, étranger celui-là, lors d’un match de coupe du monde de football, lorsque résonnent en lui des mots comme « sang impur abreuve nos sillons » ?

Ce chant est-il fidèle à des valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité ? Ces trois valeurs qui nous représentent ne se rapprochent t-elles pas d’un idéal de paix ?

Ce chant est-il tout simplement adapté à des situations de paix ?

Ne devrions nous pas disposer de deux hymnes : une Marseillaise pour faire la guerre (bien que la notion de ‘sang impur’ soit choquante et d’un autre temps), une autre pour faire la paix ?

Ici ou ailleurs, de nombreuses personnes sont choquées d’entendre ces paroles violentes, guerrières, défiantes, lors d’événements sportifs, culturels ou politiques.

Nous qui sommes les ardents défenseurs des droits de l’homme et qui rêvons d’être la lumière du monde, posons nous la question du sens.

Que signifie aujourd’hui un pays qui chante fièrement un hymne barbare lorsqu’il célèbre un événement sportif, pacifique et fraternel par essence ?

Quel message entendons-nous donner au monde, et particulièrement aux enfants ?

Est-il besoin de faire résonner la grandeur de la France de cette manière, en faisant frissonner le public sous le glaive menaçant de la colère ?

Le jour où la France adoptera comme hymne national une autre Marseillaise, une Marseillaise de la paix, ce jour là sera vraiment heureux. Ce sera le signe d’une autre époque, d’une nouvelle ère de paix. Ce sera un message fort pour tous nos enfants et pour tous les pays de la Terre, un message d’amour, un message de paix, un message d’espoir.

En pensant à ces millions d’enfants, de femmes, et d’hommes, à travers le monde qui ne veulent pas souffrir mais aimer, construire et s’unir, pour que naisse une terre solidaire où tout homme aurait mis le meilleur de lui-même, je fais le vœu que cette nouvelle marseillaise arrive bientôt…pour ensemencer nos cœurs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.