Bertrand Besancenot présent à un important colloque sur la crise du Golfe.

Coorganisé par le Club Géopolitique et le CEPS, la maison de l'Amérique Latine acceuillait mardi 28 novembre un important colloque sur la crise du Golfe en présence de l'envoyé spécial du président Macron au moyen-orient: Bertrand Besancenot. Experts et spécialistes du Golfe se sont relayés afin de décrypter cette situation de crise.Thierry Paul Valette porte-parole du Club Géopolitique.

Malgré la grave crise qui déchire le Golfe, l'émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani , assistera au sommet du Conseil de coopération du Golfe (CGC) qui doit se tenir au Koweït, mardi et mercredi prochains.

L'Arabie saoudite, soutenue par les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte, avait brusquement le 5 juin dernier rompu ses relations diplomatiques avec le Qatar au pretexte que ce dernier soutien le terrorisme et se montre complaisant avec l'Iran. Rappelons que l'Iran est le grand rival des Saoudiens.

Bertrand Besancenot ( ambassadeur et envoyé spécial d'Emmanuel Macron au Moyen-Orient) Thierry Paul Valette ( porte-parole du Club Géopolitique ) Ibrahime Sorel Keita ( Vice-Président du Club Géopolitique ) © Thierry Paul Valette Bertrand Besancenot ( ambassadeur et envoyé spécial d'Emmanuel Macron au Moyen-Orient) Thierry Paul Valette ( porte-parole du Club Géopolitique ) Ibrahime Sorel Keita ( Vice-Président du Club Géopolitique ) © Thierry Paul Valette

Le Qatar prêt à trouver un compromis pour favoriser une sortie de crise réaffirme une disposition au dialogue et se dit prêt à un compromis basé sur le respect mutuel de tous.

Cette crise aigue dure depuis près de six mois et le Koweït a indiqué être donc prêt à accueillir le sommet annuel du CCG et les six pays qui le composent : Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar. Aucune precision n'a été publiquement apporté quant à la representation lors de ce sommet de la part des autres pays.

Mais avant la Maison de l'Amérique Latine avait fière allure ce mardi 28 novembre pour ouvrir ses portes à près de 200 personnes issues du monde diplomatique, médiatique, politique et économique.

Lansana Kouyaté  et Almamy Kaloko  le Président de Grad Guinée Lansana Kouyaté et Almamy Kaloko le Président de Grad Guinée

Ibrahime Sorel Keita , Vice président du Club Géopolitique © thierry paul valette Ibrahime Sorel Keita , Vice président du Club Géopolitique © thierry paul valette

Tous étaient venus assister au colloque organisé par le CEPS (Centre d'études et de prospective stratégique) et le Club géopolitique. 

 

Autour de deux tables rondes, experts et spécialistes du Golfe se sont employés pendant deux heures à décrypter la situation de crise afin d'y apporter des solutions. Dans un esprit de convergence, l'évènement s'est terminé par l'intervention très attendue de Bertrand Besancenot, l'envoyé spécial du Président Emmanuel Macron pour la crise du Golfe, qui offrait sa première allocution publique depuis la prise de sa nouvelle fonction.

 

Loïc Tribot La Spiere (Directeur du CEPS ) et Lansana Kouyaté ( ancien sous-secrètaire de l'ONU ) Loïc Tribot La Spiere (Directeur du CEPS ) et Lansana Kouyaté ( ancien sous-secrètaire de l'ONU )
Ibrahime Sorel KEITA ( Directeur Général – Vice-Président du CG )  et Tayeb Benabderrahman ( Président du CG) ne peuvent que se féliciter du parfait déroulement de cette importante rencontre. 

La première table ronde sur le thème d'une "crise pour rien mais néanmoins utile" a permis de mettre l'accent sur les dynamiques géopolitiques à l'oeuvre aujourd'hui au Moyen-Orient, pointant un Conseil de Coopération du Golfe (CCG) fracturé par une tension constante face aux rôles parfois en retrait de certains acteurs.

Animée par le journaliste Thierry Guerrier, cette première table ronde a donné la parole à Hasni Abidi ( directeur du Centre d'études et de recherches sur le monde arabe et méditerranéen basé en Suisse) , Nabil Ennasri (docteur en sciences politiques et spécialiste des pays du Golfe) , Akram Belkaid (journaliste au Monde diplomatique et pour le site Orient XXI ) et Alexandre Adler (historien et expert en géopolitique).

Nabil Ennasri (docteur en sciences politiques et spécialiste des pays du Golfe), Hasni Abidi (directeur du Centre d'études et de recherches sur le monde arabe et méditerranéen basé en Suisse),  Akram Belkaid (journaliste au Monde diplomatique et pour le site Orient XXI) et Alexandre Adler (historien et expert en géopolitique). Nabil Ennasri (docteur en sciences politiques et spécialiste des pays du Golfe), Hasni Abidi (directeur du Centre d'études et de recherches sur le monde arabe et méditerranéen basé en Suisse),  Akram Belkaid (journaliste au Monde diplomatique et pour le site Orient XXI) et Alexandre Adler (historien et expert en géopolitique).

La deuxième table ronde quant à elle, a posé ses axes de réflexions autour des échanges économiques à la fois entre les pays du Golfe mais également entre l'Europe et cette région du monde. Sur le thème des enjeux économiques de l'après-crise, Wissam Benichou qui présidait aux débats, l'ensemble des participants : David Rigoulet-Roze (chercheur), Eric Alain des Beauvais (expert financier),Sébastien Wesser (directeur de recherche).

David Rigoulet-Roze (chercheur) , Eric Alain des Beauvais (expert financier) et Sébastien Wesser (directeur de recherche) ont rappelé que les milieux d'affaires étaient attentifs à la stabilité de la région pour renforcer leurs investissements. Wissam Benichou présidait ces débats. David Rigoulet-Roze (chercheur) , Eric Alain des Beauvais (expert financier) et Sébastien Wesser (directeur de recherche) ont rappelé que les milieux d'affaires étaient attentifs à la stabilité de la région pour renforcer leurs investissements. Wissam Benichou présidait ces débats.

 

Bertrand Besancenot cloturait l'ensemble des interventions en précisant que : "La région du Golfe était en face d'une nouvelle donne qui présentait de vrais risques mais en même temps de réelles opportunités. la situation est toujours bloquée mais qu'elle est moins tendue. Une persistance de la crise est préjudiciable pour l'ensemble des acteurs du Golfe, à l'exception notable de l'Iran". Bertrand Besancenot n'à pas manqué de saluer la signature de l'accord entre les États-Unis et le Qatar dans la surveillance des flux financiers, il a par ailleurs dévoilé que la France et le Qatar étaient en train de préparer un projet de même nature."

Bertrand Besancenot ( ambassadeur et envoyé spécial d'Emmanuel Macron au Moyen-Orient) Thierry Paul Valette ( porte-parole du Club Géopolitique ) Ibrahime Sorel Keita ( Vice-Président du Club Géopolitique ) Bertrand Besancenot ( ambassadeur et envoyé spécial d'Emmanuel Macron au Moyen-Orient) Thierry Paul Valette ( porte-parole du Club Géopolitique ) Ibrahime Sorel Keita ( Vice-Président du Club Géopolitique )

Un cocktail dinatoire dans les salons de la Maison de l’Amérique Latine venait cloturer la parfaite tenue de ce colloque en présence de plusieurs médias, France Info, Al jazeera, RFI, Al Arabia, Opinion Internationale, la télévision Pakistanaise et plusieurs autres médias.

À noter la présence du sénateur Jean Yves LECONTE, sénateur des français établis hors de France, et celle de l'ancien sous-secrètaire de l'ONU et ancien premier ministre de Guinée Lansana Kouyaté, Almamy Kaloko ( président de Grad Guinée), la journaliste Clarence Rodriguez auteur de "Révolution sous le voile"

24210127-1603151339752239-7850634789899733925-o

Revivez en vidéo le colloque à ce lien : https://www.facebook.com/OpinionInternationale/videos/1538244709593611/

L'intervention de Bertrand Besancenot ici :  https://www.facebook.com/thierrypaulvalette/videos/10155883413828427/

Thierry Paul Valette (Porte-parole du Club Géopolitique).

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.