THIERRY PRIVAT
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2015

Sondage / Degré 0 de la démocratie

THIERRY PRIVAT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Traduire la sentiment des Français à  partir d'une élection locale , je le conçois, n'est pas chose facile.J'avoues pourtant sans complexe ,conclure de la derniére élection le désir ardent des français de voir poursuivre la politique d' E. Valls : je n'aurais même pas pu l'intégrer comme hypothèse plausible! Quel imbécile je suis! Le dernier sondage repris en boucle par nos brillants médias, qui sont à l'investigation ce que JF. Placé est à l'engagement politique désintéressé, nous l'assure sans ambage.Alors là , je ne peux résister à être un peu vulgaire j'en suis resté sur le c... Fallait oser!! Chapeau bas! Je souhaite donc, apporter ma pierre  au saint Graal de nos politiques, à savoir l'équilibre  budgétaire.Cessons de faire voter les français, ça coûte cher et ne sers à rien, sondons les!!! Etant donné que 3 jours aprés une élection un sondage nous explique le désir profond des français!.Le plus triste c'est que ces résultats sont donnés sans recul ni analyse, par des journaux autrefois considérés comme référence (Le Monde). La dictature des sondages impose sa loi et manipule les esprits. Deux exemples. Le premier la campagne présidentielle de JL. Mélenchon. Prenons les faits objectifs: Election précédente, le courant politique qu'il représente obtient un peu moins de 2%. Résultat 2012 plus de11%!!! Comment a- t- on pu présenter celà comme un échec? Simple vous positionnez le candidat à des niveaux largement supérieurs pendant  3 semaines avant l'élection.Comme il n'atteint pas ce niveau au moment des résultats officiels vous le traitez de gros looser. Simple mais efficace. On a repris le même procédé pour les départementales au détriment d'un parti, qui n' a absolument pas ma sympathie, le FN. Ce dernier a multiplié son nombre d'élus, son pourcentage d'électeurs mais on a fini par nous expliquer qu'il avait perdu, du fait  que des sondages lui prévoyaient un meilleur résultat. Ah sondage, mon beau sondage!!! La réciproque est vraie. Le parti Socialiste perd la moitié de ses départements. Oui mais les sondages prévoyaient une défaite encore plus cuisante. Donc le PS n'a pas vraiment perdu. CQFD

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN