Pourquoi non au frexit et oui à une Europe des peuples et des citoyens

Je vais tenter, sans agressivité, de vous exprimer ce qui me dérange dans la position des partisans du frexit et ce qu'on pourrait faire de l'Europe, à mon avis.

Pour ma part, comme pour beaucoup d'entre-nous ici, je crois, l'ennemi de notre démocratie, le fauteur des troubles, des guerres, des migrations, c'est le grand capital, sans patrie et international, et notamment les multinationales. Or ce qui caractérise une multinationale c'est avant tout son gout immodéré du profit. Voui je sais j'enfonce une porte ouverte :o). L'intérêt de rappeler cette évidence c'est de la corréler avec le fait que l'Europe reste le plus gros marché mondial, et qu'aucune multinationale ne veut et ne peut s'en passer, ce qui donnerait à une Europe des peuples et des citoyens, unie sur une fiscalité unique et non l'Europe du capital actuel qui accentue ses divisions pour complaire à ses prédateurs, un pouvoir de contrainte énorme par la loi, par l'impôt, par la justice, par le boycott.

Or si on retourne à notre minuscule France, on ne fera que faire rigoler tous ces gens-la. Vous voulez interdire l'Iphone en France, et bien tous nos voisins et Internet se feront une joie de nous en inonder. Pour le fun, je rajoute le pb de l'appréciation du franc par rapport à l'euro, notamment dans le cadre des dettes qui risque d'être une boucherie. Je ne crois pas, pour ma part, qu'un retour à la France et au Franc permettrait de repartir rapidement vers une nouvelle union, d'autant qu'il y a fort à parier, comme les Anglais risquent de le comprendre bientôt, qu'on se fasse fusiller pour l'exemple, à l'instar de ce qu'on subit les Grecs.

Comme à chaque fois avec les partisans du frexit, vous trouvez votre argumentation dans le fait que les traités doivent se conclure à l'unanimité. Mais, en fait, ce n'est qu'une disposition d'une loi qu'on veut changer, et si arrive au parlement une majorité d'élus pour changer la loi et ses règles, il n'y aura aucun pb à la changer. L'Allemagne ne voudrait pas qu'on change cette Europe qui lui profite et dont elle a tant abusé, et bien bye bye l'Allemagne, et bye bye la Hongrie et la Pologne. Oui, c'est un problème, mais bien moins grave que de devoir composer avec des gens qui sabotent le processus et le dévoient à leur profit. Ca nous oblige en fait à repenser la conception de l'Europe au niveau du citoyen, ce qui est quand même la base de la démocratie, et non pas par ses élites. Ce sont donc les citoyens allemands qu'il faut informer et convaincre pour qu'ils envoient au parlement les gens qui vont bien. Et idem des Hongrois et des Polonais.

Utopique ? Oui, je sais, mais si je n'en ai plus pour longtemps, peut-être que mes gamins ou les leurs pourront le voir, si les fous furieux qu'on élit aujourd'hui aux manettes des bombinettes, leur en laissent le temps.

Donc, à mon sens, pour avancer le schmilblick, il faudrait peut-être commencer par repenser l'Europe sur le papier, et exprimer ce que pourrait être un programme européen pour une Europe sociale, unie et solidaire... et donc exprimer que pour en finir avec les douloureuses et inefficaces dévaluations internes, et arriver à cette égalité qu'on réclame pour nous, et qu'on oublie souvent pour les autres, il faut que les pays les plus riches abondent le budget européen pour pouvoir investir dans les pays les plus pauvres de l'Europe afin de les ramener au niveau des plus riches. C'est ce que Paris fait pour la Creuse ou pour le Tarn sans que cela nous choque parce que nous avons un sentiment d'appartenance à un groupe, celui des Français. Il y a donc tout un travail d'information à réaliser pour monter dans les populations le sentiment qu'on est Européen et Français ou Allemand ou Italien , comme un natif de Dallas est Américain et Texan... hein ? ah voui, mauvais exemple, à Dallas, ils sont d'abord Texans et ensuite Américains :o). Il faut argumenter et convaincre que la solidarité entre européens est normale et juste. . Les Allemands sont premiers de la classe, parce qu'en 1953, on a annulé la moitie de leur dette et qu'on les a couvert de fric pour pouvoir reconstruire leurs infrastructures détruites par la guerre... quoi de plus normal que de renvoyer aujourd'hui l'ascenseur pour aider les autres ? Ce ne serait que Justice, non ? Mais combien de gens en Allemagne savent cela ? Pas plus que chez nous je suppose. Nous, on aura du mal mais ce sera plus facile pour nos enfants et petits enfants, comme il a fallu un peu de temps pour que Allemands et Français se rabibochent après la guerre

Voila pourquoi je crains le Frexit et pourquoi j'espère dans les élections européennes, pas celles de demain malheureusement, mais peut-être un peu plus tard, le temps pour les opinions publiques de comprendre. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.