LE BLOG D’UN ICONOCLASTE – Épisode n°5

Interview irrévérencieux regroupant divers interviews donnés ces quatre derniers mois paf Marine LE PÉNIBLE

Interview de Marine LE PÉNIBLE, Présidente à vie du Rassemblement des Français Mécontents (R.F.M. ; ex-FN, ex-RN, et vrai partie d’extrême droite).

 

Qui êtes-vous Madame le PÉNIBLE ?

La « cheffe qui dit NON ! Je suis la « leadeuse de l’opposition ». Celle qui va briser le toit de verre anti-RFM pour devenir la première Présidente Française de la Vème République…

En cette période pandémique du conconvirus, vous écumez depuis cinq mois tous les studios de télévision, toutes les stations de radio et les rédactions de la presse écrite : pourquoi cette effervescence ?

NON ! Comme dirait Robert Brasillach, vieil ami de mon paternel ; JE SUIS PARTOUT en tant que cheffe de l’opposition afin de dénoncer l’incurie du gouvernement !

Vos adversaires vous traitent de Miss FAUCON, que leur répondez-vous ?

NON ! La preuve, moi je fais des propositions concrètes que je réitère ici :

Non, il faut fermer toutes les frontières et rétablir les douanes.

Non, il faut avoir une réflexion sur les traitements.

Non, il faut soigner les patients.

Non, il faut tester l’intégralité des gens qui travaillent.

Mais aussi

Non, il ne faut pas envoyer vos enfants à l'école avant le mois de septembre.

Non, il ne faut pas déconfiner sans des tests massifs.

Non, il ne faut pas tracker les gens pour soi-disant lutter contre la pandémie.

Non, il ne faut pas écouter et suivre les directives du gouvernement !

Quelles mesures auraient dû prendre le gouvernement, selon vous ?

NON ! Uniquement les miennes : j’aurais fermé les frontières tout de suite pour empêcher l’arrivée du conconvirus. Quant aux migrants contaminés, j’aurais mis en place une vraie quarantaine voire une trimestrantaine.

NON ! J’aurais gouverné sans écouter ce pseudo-conseil scientifique d’experts médicaux qui a finalement avoué ne rien savoir.

NON ! J’aurais investi massivement dans des tests à l’instar de nos amis Boches.

NON ! J’aurais réorienté les entreprises pour fabriquer des masques pour être autosuffisant.

NON ! J’aurais permis à tous les médecins d’utiliser le seul médicament possible et disponible : « la chicochloroquine » du Docteur RAOUFFE.

Médicament qui n’a pas vraiment fait ses preuves et qui selon les cas peut être dangereux !

NON ! Je défends le recours à la chicochloroquine car il fallait agir rapidement. L’urgence imposait de la prescrire. Les décisions prises par son gouvernement comme réserver ce médicament pour les cas graves alors que ce n’était pas la préconisation de l’excellent professeur Didier Raouffe, ont interloqué tous les Français. Quant à la pseudo étude anglo-saxonne parue dans la revue « The Lancet » ; elle est totalement à charge et anti-française !

Le Conseil scientifique qui réunit d’éminents experts a été également prudent en raison de notre faible connaissance du conconvirus qui semble évoluer chaque jour ?

NON ! Je n’accorde aucun crédit à ce conseil scientifique puisqu'on a eu droit à tout, ratatout et le contraire de tout, sur le conconvirus, les masques, les tests, le rôle des médecins de ville, l’immunité ou non des enfants, …

NON ! Les Français mesurent l'effondrement total de l'État sous Macron ! Il faut interdire au conconvirus de passer chez nous, ce n’est pas compliqué à comprendre !

Depuis le début de la crise, vous n’épargnez pas le gouvernement. Un climat d’unité nationale ne devrait-il pas prévaloir, même après le déconfinement ?

NON ! Qu’est-ce que l’unité nationale sinon participer aux mensonges du gouvernement ! Couvrir ses incompétences ! Chanter ses louanges !

NON ! Le rôle de l’opposition c’est Accuser ! Alerter ! Attaquer ! Critiquer ! Dénigrer ! Vilipender ! Faire pression sur le gouvernement pour que les mesures efficaces soient prises. NON ! Macron a mis trop de temps à m’écouter. S’il avait suivi mes conconseils depuis plus de trois mois, nous n’en serions pas là aujourd’hui avec 20% de récession au second trimestre !

Avec vos sempiternelles critiques, ne craignez-vous pas qu’on vous reproche de briser l’union nationale ?

NON ! Bien au contraire, grâce à moi Macron a mis en œuvre l’intégralité, ou presque, de mes propositions… mais avec trois mois de retard.

NON ! Je joue pleinement mon rôle d’opposante, mais au-delà, de « lanceuse d’alerte » :

Le 29 janvier, j’exigeais la fermeture des frontières.

Le 11 février, je vitupérais sur le risque d’une pénurie de masques et de médicaments.

Le 23 février, je reprochais à Macron de n’avoir tiré aucune leçon du SRAS.

Le 14 mars, je demandais la réouverture de tous les hôpitaux récemment fermés et démolis.

Le 1er Avril, je critiquais les décisions de déconfinement prises en fonction de nos incapacités à gérer la crise.

Le 28 Avril, je mesurais l’effondrement de l’État.

Le 1er Mai, j’en appelais à Jeanne d’Arc, …

Ce 1er Juin, lundi de Pentecôte, célébration de l’esprit saint, je constate les dégâts du macronisme !

Quel bilan provisoire tirez-vous de cette crise pour « l’après » ?

NON ! Changeons de régime. L’État a montré sa rigidité bureaucratique alors qu’il aurait fallu être souple et rapide. Quant au pouvoir de contrôle de l’Assemblée nationale, c’est une vaste plaisanterie puisqu’aucun député de RFM est membre d’une commission.

En effet, l’ensemble est dirigé par LREM avec l’accord tacite du PC, PGF, PS, EEVO, LGBT, LPO, LR et CQFD ; c’est un véritable scandale !

Vous pensez donc que l’opposition est piégée ?

NON ! Je ne suis absolument pas « piégée ». Je mets une condition essentielle : la vérité ! Assez de mensonges, nous ne sommes pas des béni-oui-oui d’un gouvernement qui commet de lourdes erreurs d’appréciation et de décisions.

Qu’entendez-vous par dire la Vérité ?

NON et NON ! Arrêtons de prendre « les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages ». Nous sommes un peuple majeur et responsable qui mérite enfin la vérité sur le conconvirus, la chicochloroquine, la durée du confinement, les masques, les tests et, sur tout.

Surtout quoi ?

Pardon ?

Vous vous excusez ? 

NON ! Je n’excuse pas ce gouvernement de riches car au-delà de la gestion de la crise, je suis confortée dans ma conviction que tout doit changer.

NON ! La situation actuelle est la conséquence de mauvais choix politiques. Ce sont les gouvernements d’hier qui ont organisé notre grande vulnérabilité d’aujourd’hui.

NON ! Macron navigue à courte vue depuis quatre mois.

Alors que faire ?

NON ! Je suis la seule alternative On ne peut plus continuer avec le modèle économique du libre-échange mondialisé. Le monde de demain sera celui du retour des frontières, de la souveraineté industrielle et de nos idées qui progressent tous les jours.

NON ! Jupiter a fait son temps. Il faut le remplacer. J’en appelle par conséquent à de nouvelles élections présidentielles !

Ne craigniez-vous pas d’être jugée par les électeurs et électrices trop négative ?

NON ! Car j’ai prouvé en tant que « lanceuse d’alertes » et grâce à mes indéniables qualités de « cheffe » que je mérite le pouvoir suprême.

 

 

Née le 5 août 1968 à Neuilly-sur-Seine ;

Profession : Présidente de R.F.M. depuis 2004 ;

Hobby : la politique à plein temps de 1998 à nos jours ;

Signes particuliers : a complètement sombré au débat présidentiel du second tour de 2017 ;

Ex-avocate à la cour d'appel de Paris ; ex-directrice du service juridique du FN ; ex-conseillère régionale en Île-de-France de 2004 à 2010, conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais de 1998 à 2004, puis de 2010 à nos jours ; députée européenne depuis 2004.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.