Brancusi l'inventeur de la sculpture moderne

Portrait inédit du sculpteur Constantin Brancusi, d'après une rencontre avec Nogushi en 1986 et les archives du Cercle d'études Scientifiques Rayer

Constantin Brancusi, le Baiser de 1905 © cesr Constantin Brancusi, le Baiser de 1905 © cesr
Constantin Brancusi est né en Roumanie en 1876, dans un petit village d’Olténie aux pieds des Carpates, au sein d’un monde rural et archaïque.
Fils de paysans très pauvres de l’Olténie, Brancusi est berger dans la montagne dès son plus jeune âge. Alors commence une longue méditation sur le dualisme du ciel et de la terre et sur leur seul lien : le vol de l'oiseau.
Brancusi quitte son village natal très jeune pour entrer à l’école des arts et métiers de Craiova où il est admis l’année suivante dans l’atelier de sculpture puis dans celui de sculpture sur bois.
En 1898, il entre à l’Ecole des Beaux-arts de Bucarest. En 1904, il traverse une partie de l’Europe pour rejoindre Munich, où il s’arrête quelque temps à la Kunstakademie, avant d’arriver à Paris le 14 juillet. 

Dès son arrivée à Paris, il poursuit sa formation à l’Ecole des Beaux-arts dans l’atelier d’un sculpteur académique reconnu : Antonin Mercié. En 1906-1907, diplômé des beaux-arts, il expose au Salon d’Automne.

Auguste Rodin, président du jury, remarque son travail et lui propose de devenir metteur au point dans son atelier. A cette époque Rodin jouit d’une reconnaissance internationale et près de cinquante assistants travaillent pour lui.

Une Tête de jeune fille de 1905 montre le sculpteur en pleine possession de son métier, qui subit encore l’influence de Rodin. Mais Brancusi, qui a refusé de travailler avec ce dernier, développe son propre style, marqué par le dépouillement formel. En intégrant le socle à la sculpture, il élimine en outre toute idée de hiérarchie entre les parties supérieure et inférieure de l’œuvre.

 La personnalité de Constantin Brancusi

Constantin Brancusi était un passionné, très sélectif dans ses échanges et ses contacts. Il possédait un grand contrôle de lui-même, une forte maîtrise de soi, de la persévérance et avait de la suite dans les idées.
Il était pourvu d’une force exceptionnelle qui lui permettait de réaliser ses ambitions, ce n’était pas qu’un rêveur, mais quelqu’un qui réalisait de manière concrète sa passion.
Sa forte intériorisation a fait qu’il a eu des contacts difficiles avec ses contemporains, il choisissait avec la plus grande des attentions les contacts avec qui il pouvait s’ouvrir. Fortement sur la défensive et borné, sa passion l’aveuglait, il était sûr de lui et n’avait besoin de personne pour l’aider. Il pouvait très souvent paraître froid et dur, mais c’était surtout son extrême rigueur qu’il exprimait. A défaut d’être sociable il était efficace. Sa forte sensibilité le fragilisait et l’amenait parfois à épuiser plus vite qu’on ne le pensait ses ressources, ainsi il pouvait souvent être fatigué ou malade. De plus sa maîtrise de soi excessive paralysait sa spontanéité et son adaptation aux circonstances nouvelles. Il manquait terriblement de souplesse. Son manque de contact et d’échanges limitait son sens pratique et lui ôtait tout contact avec le monde extérieur.
Il fallait éviter de heurter sa sensibilité. Il avait tendance à se refermer très facilement et communiquait peu. Il fallait le mettre en confiance pour l’amener à s’ouvrir, et ceux qui arrivaient à lui faire ouvrir ses portes recevaient tous les trésors qu’il avait accumulés en secret.
Sa barbe masquait sa plus grosse faiblesse, son manque d’énergie, il se fatiguait. Sa barbe disait-il le rendait plus fort, plus puissant et masquait cette fragilité, c’était une véritable protection. Il avait besoin de s’isoler régulièrement pour récupérer du monde extérieur qu’il considérait comme épuisant.
C’était malgré tout une personne très équilibrée à tous les niveaux : il avait la tête pour penser, le cœur pour aimer et la force pour agir.
Souvent en conflit sur le plan sentimental, probablement dû à sa difficulté à exprimer ses sentiments, il avait la réputation d’avoir une grande énergie sexuelle et une difficulté à exprimer ses envies qui le menaient à des conflits intérieurs et à des comportements peut-être parfois maladroits ou excessifs dans ce domaine.


Tempérament et caractère de Brancusi

Bilieux et colérique, introverti, Il savait où il voulait aller et lorsqu’on lui faisait perdre du temps ou que l’on n’était pas assez efficace il avait tendance à bouillonner en lui, mais comme il se retenait beaucoup, il restait diplomate. Il avait une grande maîtrise et sa colère intériorisée apparaissait comme une forme de mépris pour son interlocuteur.
Si quelque chose ne lui convenait pas, un geste ou un regard suffisait pour exprimer ce qu’il ressentait, sa colère était toujours avalée et difficilement exprimée, et si elle devait s’exprimer c’était de façon très violente et brusque, surprenant souvent l’interlocuteur qui ne s’y attendait pas.


La volonté d’action de Brancusi


Il avait une activité énorme dans son atelier grâce à ses ressources énergétiques fortes et sa passion, son caractère « buté » lui permettait de mettre toute son énergie au profit de sa cause, ce qui le rendait redoutable dans son domaine. Pour surmonter les obstacles il lui fallait de la force et de la puissance mais aussi de la continuité dans son action qui impliquait la capacité d’éliminer tout ce qui était secondaire pour se concentrer sur ce qui était essentiel.
Sa maîtrise de lui-même, lui permettait d’écarter les tentations extérieures et intérieures qui l’éloignaient de son but. Cette maîtrise lui donnait la continuité, la stabilité, une rigueur qui lui permettait d’aller jusqu’au dépouillement et à l’ascétisme.
Sa volonté se manifestait dans le domaine spirituel, intellectuel et artistique. Il était doté d’une puissance réalisatrice exceptionnelle et avait de la détermination à revendre. Il avait le goût de l’effort ce qui lui a permis de réaliser de grandes choses

La sensibilité de Brancusi


C’était une personne très sensible avec une forte carapace qui protégeait cette forte sensibilité. Sa sensibilité était tellement vive qu’elle ne pouvait pas se manifester, elle était bloquée et refoulée en lui.
Il avait toujours un regard éveillé qui marquait une intelligence émotionnelle et un intérêt fort pour les autres. C’était comme s’il observait le monde avec des jumelles, ainsi ses yeux enfoncés sous les arcades le protégeaient des attaques extérieures. Il parvenait cependant à surmonter l’écueil de l’émotivité. Sa sensibilité n’était pas apparente seul quelques personnes connaissaient son côté sensible.


Extraversion / Introversion de Brancusi


Plutôt introverti, fermé, replié sur lui-même, solitaire il prenait ses distances par rapport au monde et aux autres. Il avait en revanche une grande exigence de perfection, de rigueur et une grande profondeur. Il avait un sang-froid remarquable et une tendance à ruminer plutôt qu’à exprimer ce qu’il pensait, il oubliait très difficilement le mal qu’on pouvait lui faire. Il savait toutefois s’exprimer très clairement de manière même autoritaire, car il savait toujours précisément ce qu’il voulait, on pouvait dire que lorsqu’il s’agissait de son sujet de prédilection, la sculpture et uniquement à ce sujet il pouvait devenir extraverti.
Passionné, il pouvait parler de la sculpture qu’il gérait et maîtrisait parfaitement, c’était sa voie d’expression sa soupape de décompression, c’est par sa vocation qu’il a pu se manifester et s’exprimer pleinement.


L’ Intelligence de Brancusi


C’était une personne très réfléchie qui avant de s’exprimer avait déjà préparé toute sa pensée, son intelligence était totalement orientée vers l’efficacité dans son domaine. Tout ce qu’il exprimait avait été longuement étudié, il ne prenait que les informations qui l’intéressaient. Il n’allait pas s’éparpiller dans des pensées qui n’étaient pas de son ressort, il avait son fonctionnement de pensée, ses thèmes, ses habitudes et tout ce qu’il prenait des autres était filtré par ses propres intérêts.
Il avait le sens de l’observation et une excellente faculté à prendre des décisions, c’est le monde intellectuel qui le reliait au monde et qui lui permettait de communiquer et de s’exprimer pleinement. Son intelligence était rattachée au concret.
Il avait la capacité de voir des ensembles et à synthétiser, des capacités d’imagination et de conceptualisation et d’intuition. Son imagination était surpuissante, il s’intéressait à la philosophie et à la recherche spirituelle. Son idéalisme lui donnait une attirance pour le monde de la beauté, donc pour l’art. Ceci lui était apparu selon lui, à un très jeune âge.
Il avait de fortes capacités de concentration et de focalisation dans son domaine, c’est ce qui lui donna une extrême efficacité, il savait ce qu’il voulait et il a fait ce qu’il voulait.

 

Psychologie de Brancusi


Il cherchait plutôt à rompre ou à limiter les contacts en dehors de son milieu, en effet le monde le fatiguait et il n’avait pas la force d’assumer les échanges constants, son adaptation aux autres et au monde était difficile. Il privilégiait la vie intérieure à la vie extérieure et sa vision du monde en devenait subjective. L’abstraction était son domaine privilégié, mais pas qu’au niveau de l’art, ce qui pouvait l’amener à se couper totalement du monde et à se réfugier dans son atelier.
Il a la capacité de prendre de la distance par rapport au monde extérieur et à ne pas se laisser emporter par des élans irréfléchis, rester seul ne le dérange pas. Il réfléchit beaucoup sur lui-même, ses plus grandes qualités sont le contrôle et la maîtrise de soi.
Il était tiraillé par une dualité puissante, d’une part la passion qui l’animait et de l’autre par l’impossibilité d’exprimer ses sentiments, ceci pouvait le pousser à se manifester de façon extrémiste pourrait-on dire, ou plutôt de façon entière. Le mélange des deux forces était chez lui détonante et nourrissait des passions violentes, d’où le terme de passionné qui caractérisait son comportement psychologique. Tourmenté dans l’expression des sentiments il subissait une véritable torture.


Points forts de Constantin Brancusi


C’était une personne pleine de finesse et de délicatesse avec une certaine réserve dans le comportement.
Grâce à sa sensibilité à fleur de peau qui lui donnait une vision plus affinée, plus subtile, il était prédisposé à l’idéalisme, à la quête du spirituel.
Il avait des racines dans les mondes spirituels et d’allait y puiser son inspiration
C’est une personne très mûre qui donnait très peu son avis, il y avait une certaine fermeture. Le contrôle de ses instincts était très important.
Malgré ses tourments il a mené à terme ses objectifs car c’était un réalisateur, il concrétisait. Il jetait toutes ses forces dans la bataille que ses sentiments puissants lui demandaient de livrer.
Malgré cette introversion, lorsqu’il s’agissait de sa passion il se dépassait et s’extériorisait facilement. Il décidait vite et il exécutait.
Il était souvent amoureux mais jamais très longtemps.
Sa passion était réfléchie, il avait le goût du risque et du dynamisme, mais d’autre part il se rattrapait avec un esprit d’organisation et de maîtrise qui lui donnait tout son équilibre. Lorsqu’il se lançait c’était qu’il avait déjà tout prévu et planifié, et rien ne l’écarterait de son but. Il mettait parfois du temps à se mettre en marche par précaution, mais une fois qu’il était lancé il était déterminé.
Sûr de lui il avançait dans une seule direction, sans retour possible, si vous lui disiez qu’il était fou, il ne vous répondait pas, enfin si, il vous répondait à sa façon, par les actes avec un sourire sincère.


Il avait une force tranquille, il bâtit son empire avec ses mains affûtées et une dextérité impressionnante, il savait depuis longtemps où il allait. Sa passion l’a sauvé, il y a mis toutes ses forces au risque de se brûler, mais c’était plus fort que lui, demain il recommençerait, demain il se rebrûlerait, tel était le coût pour lui pour vivre sa passion.
Saurons-nous seulement un jour que s’il était si exigeant c’est au fond pour une cause plus grande, …pour Nous.

 

https://lebaiserde1905.fr

https://cesrayer.com

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.