PREMIER APPEL DU GROUPE ANTIGONE

Antigone choisit la mort car elle refuse le déshonneur du renoncement à ses valeurs. Elle désobéit à la loi inique imposée par le souverain. Les signataires de cet appel choisissent la désobéissance, ils ne veulent pas d’un monde standardisé où le clone (personne très proche dans son aspect ou son comportement d'une autre personne) aura remplacé l’humain. Humains et debout nous resterons.

Pour l'histoire : L'APPEL ANTIGONE fut initié par les quatre signataires en gras dans cette première liste de pionniers de 20 personnes.

Des écrivains, artistes, universitaires, intellectuels appellent à la résistance civile face à la dérive autoritaire de l’État.

La mise en place du Pass sanitaire, qui viole le secret médical, nous fait entrer dans une matrice de surveillance de tous par tous, dans une société de contrôle total. Forfaiture aux valeurs de la République, ce Pass sanitaire est une violence faite au Peuple. Le pouvoir cherche à imposer la vaccination à tous, avec des vaccins expérimentaux, en rendant la vie impossible à ceux qui ne seraient pas vaccinés, en les opposant aux autres - il fait fi du « consentement libre et éclairé » de la personne en propageant la peur, en pratiquant « l’extorsion de consentement ». Au passage, quelques sociétés pharmaceutiques s’offrent le plus large marché et le plus grand champ d’expérimentation, s’assurant de fait de considérables profits.

Le Pass sanitaire instaure le contrôle d’identité généralisé par des personnes privées et clive la société française : les récentes déclarations du ministre de l’Éducation nationale pour la prochaine rentrée scolaire 2021/22 portent le conflit sociétal, créé de toutes pièces par le gouvernement,  au sein même des familles, dans la sphère de l’intime, ce qui est la marque des régimes autoritaires ; la période que nous vivons réactive ainsi les pratiques de délation et de désignation de boucs émissaires.

Rappelons qu’en droit français l'extorsion est un délit prévu à l'article 312-1 du Code pénal. Il s'agit du « fait d'obtenir par violence, menace de violences ou contrainte une signature, un engagement, une renonciation, la révélation d'un secret ou la remise de fonds, de valeurs ou d'un bien quelconque ».

L’État veut circonscrire le débat à la vaccination alors que le vrai problème est celui de la société de contrôle générée par le Pass sanitaire. Beaucoup de compatriotes, victimes du syndrome de Stockholm, reprennent les injonctions du Pouvoir. Nous pouvons provisoirement renoncer à des habitudes agréables : boire un café en terrasse, aller au cinéma, au restaurant… mais pas à la liberté d’aller et venir (transports ferroviaires discriminés), pas à la liberté de travailler et de percevoir un salaire. L’État ne peut espérer la soumission de tous à ses diktats. Comme Antigone nous choisissons de désobéir : non pas pour mourir, mais pour faire sécession à la mort sociétale. Nous voulons être des humains, non des cobayes ni des clones modélisés par le Pouvoir. 

Résistons, ANTIGONE le fera, faisons renaître une société de tolérance, de liberté et d’amour.

Signataires :

Salah AL HAMDANI, poète, écrivain, dramaturge, Guillaume BASQUIN, écrivain, Alexandre BERGAMINI, écrivain, Pascal BOULANGER, poète, Yves CHARNET, écrivain, Armelle CHITRIT, poète, interprète, dramaturge, Pierre MICHEL, universitaire HDR, écrivain, spécialiste d’Octave Mirbeau, Georges DUQUIN, ancien ambassadeur de France à Bahreïn, poète, Alexandra FONTAINE, plasticienne, Isabelle LAGNY, poète, photographe, médecin, Bernard LEGROS, essayiste, objecteur de croissance, Armel LOUIS, écrivain, libraire, éditeur, Alain MARC, écrivain, poète, Carole MESROBIAN, poète, Olivier RACHET, critique littéraire, écrivain, Serge RIVRON, écrivain, Valérie ROSSIGNOL, écrivaine, plasticienne, Alain SANTACREU, essayiste, écrivain, Philippe THIREAU, écrivain.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.