500 jours pour Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier

Cela fait maintenant 500 jours qu'Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, deux journalistes de France Télévisions, sont retenus captifs en Afghanistan. 500 jours, juste pour avoir fait leur travail d'information, c'est long. Très long. Presque aussi long que le calvaire vécu par leurs confrères retenus en otages au Liban dans les années 1980.

Cela fait maintenant 500 jours qu'Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, deux journalistes de France Télévisions, sont retenus captifs en Afghanistan. 500 jours, juste pour avoir fait leur travail d'information, c'est long. Très long. Presque aussi long que le calvaire vécu par leurs confrères retenus en otages au Liban dans les années 1980.

Après les errements des débuts de leur capture - un chef de l'État et son bras droit plus enclin à blâmer les journalistes qu'à les soustraire à leurs ravisseurs -, il a fallu installer un canal de négociation. Là encore ce fut difficile et, selon des sources afghanes, les officiels français en charge de négocier la libération des deux otages (services secrets, militaires et diplomates), qui travaillent en permanence depuis Kaboul, ont suivi plusieurs fausses pistes. Notamment des tractations avec un intermédiaire pas fiable du tout, qui a mené les Français en bateau.

Aujourd'hui, toujours selon cette même source, les deux otages sont remontés « plus haut dans la chaîne de commandement des talibans », ce qui rend les négociations plus difficiles, mais aussi plus fiables. Malgré l'absence de preuves de vie officielles récentes de la part des ravisseurs d'Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, la plupart de leurs collègues de France Télévisions sont convaincus qu'ils sont toujours en vie. Ce qui permet de garder espoir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.