Thomas Cantaloube
Journaliste à Mediapart

14 Billets

4 Éditions

Billet de blog 13 mai 2014

Thomas Cantaloube
Journaliste à Mediapart

So long, Camille Lepage…

Thomas Cantaloube
Journaliste à Mediapart

La mort d’une journaliste que l’on a connue est toujours une douleur cruelle, comme un bout de sa propre chair qui serait arraché. La mort d’une jeune journaliste est encore plus douloureuse : c’est la souffrance de voir enlevé une personne qui avait la vie devant soi. Une vie de découvertes, de reportages, de camaraderie, d’engagements et d’amours… La mort d’une jeune journaliste talentueuse est une injustice : de quel droit nous prive-t-on de son regard, de ses mots, de son intelligence ?

Camille Lepage, qui a été retrouvée assassinée mardi 13 mai dans l’Ouest de la Centrafrique, était tout cela, et bien plus encore : elle était vive, souriante, enjouée et elle était devenue, au fil des mois de crises et de guerre dans ce pays, l’une des meilleures sur ce terrain particulièrement complexe. De savoir qu’à 26 ans, elle ne prendra plus de photo, me remplit de tristesse.

J’avais rencontré Camille dans les derniers jours d’octobre 2013 à Bangui, alors que la Centrafrique était au bord de l’explosion, mais n’avait pas encore basculé dans la violence et les pogroms. C’était une rencontre comme il en arrive tant sur ce genre de terrain : à la fois impromptue et organisée. Un ami photographe, vétérans des zones de guerre, Eric Bouvet, m’avait parlé d’elle en des termes élogieux en me recommandant de l’aider si je la croisais. Et, deux jours plus tard, je me retrouvais à dîner avec elle en compagnie d’un autre ami, Frédéric Gerschel, reporter au Parisien, avec qui elle travaillait. Nous avions soupé Chez Freddy, le genre d’endroit improbable que l’on ne trouve que dans les anciens comptoirs coloniaux : patron français vivant en Afrique depuis des lustres, nourriture délicieuse, rasades de bières, et digestif offert en fin de repas. Et, comme toujours dans ce type de rencontre, nous avions parlé du pays qui nous entourait et que l’on essayait de comprendre au mieux dans le temps qui nous était imparti, échangeant infos, tuyaux, contacts… Nous avions failli partir ensemble dans la brousse, et puis finalement non, j’étais parti à l’Ouest alors que Camille et Frédéric partaient vers le Nord.

Comme la quasi-totalité des photojournalistes débutants, Camille Lepage était freelance. Elle finançait elle-même ses reportages et vivait dans la débrouille. À Bangui, elle était hébergée par Médecins sans frontières (MSF), pour qui elle faisait des photos. Si elle n’avait pas été une excellente photographe, elle n’aurait pas tenu aussi longtemps et n’aurait pas vendu ses photos au Parisien, au Monde, à Time, au Sunday Times, etc. Mais ce qui la distinguait dans cet univers cruel qui ne ressemble plus en rien à l’ère glorieuse du photojournalisme des années 1960-1980, c’était son investissement. Camille avait décidé de s’installer à Juba, la capitale du dernier État créé dans le monde, le Soudan du Sud. Elle y vivait depuis juillet 2012 et elle était tombée amoureuse de ce pays difficile et rude pour les journalistes. Elle racontait avec humour ses déboires avec la police locale lorsqu’elle avait voulu prendre une photo panoramique de la ville depuis le point le plus élevé.

Cet engagement personnel au Soudan du Sud (quitter son pays, sa famille, ses amis, ses habitudes pour aller se confronter quotidiennement au conflit), elle avait décidé de le mener également en Centrafrique. Elle s’y était rendue à un moment où le pays n’intéressait qu’une poignée de reporters et avait continué, sans interruption, de le sillonner depuis huit mois. Elle était une leçon vivante pour tous ceux qui ne voient dans les journalistes que des parachutistes de l’information : vite arrivés, vite repartis.

Il ne sert à rien de vouloir replacer sa mort dans un contexte autre que celui de la Centrafrique : elle est décédée parce qu’elle faisait son métier de la plus belle manière qui soit,  auprès de ceux qui souvent subissent, et parfois profitent, de l’Histoire en mouvement. Elle voulait raconter avec son regard la dérive d’un pays, ses hommes et ses femmes qui souffrent plus souvent qu’à leur tour. Observer sans juger, sans faire de la géopolitique en chambre.

Nous nous étions revus une dernière fois début novembre, avant que je reprenne mon vol pour Paris, dans les locaux de MSF à Bangui. Je lui avais remis les francs CFA qui me restaient et elle m’avait promptement remboursé quelques jours plus tard. On s’était dit au revoir à la va-vite, comme toujours dans ce genre de situation, avant que je ne saute dans une voiture pour rallier l’aéroport avant le couvre-feu. Ensuite, j’avais suivi ses reportages sur Facebook et dans les journaux, avec une admiration grandissante pour son talent et son dévouement à ce pays et à son actualité démoralisante.

So long, Camille… Tu resteras dans les pensées de tous ceux qui ont croisé ta route.

On peut voir et revoir ses photos ici. Et lire une interview d'elle (en anglais) sur le Soudan du Sud, accompagné de ses superbes clichés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac