Thomas Cantaloube
Journaliste à Mediapart

14 Billets

4 Éditions

Billet de blog 22 févr. 2012

Les tueurs de Bachar al-Assad ciblent les journalistes

Comme tous les dictateurs, Bachar al-Assad craint plus que tout la transparence et la liberté d’expression. Que l’on se permette d’essayer de rendre compte de la réalité de ce qui se passe dans son pays lui est insupportable. Alors, il a trouvé la parade, la même que celle qu’il emploie contre ses concitoyens qui contestent sa mainmise absolue sur le pouvoir : il tue.

Thomas Cantaloube
Journaliste à Mediapart

Comme tous les dictateurs, Bachar al-Assad craint plus que tout la transparence et la liberté d’expression. Que l’on se permette d’essayer de rendre compte de la réalité de ce qui se passe dans son pays lui est insupportable. Alors, il a trouvé la parade, la même que celle qu’il emploie contre ses concitoyens qui contestent sa mainmise absolue sur le pouvoir : il tue.

La mort, mercredi matin à Homs, des reporters Marie Colvin et Rémi Ochlik, la première, américaine et correspondante du Sunday Times, le second, photographe français, n’est pas le fruit du hasard mais d’un ciblage organisé des journalistes. Comment expliquer autrement le fait que six journalistes professionnels et trois journalistes-citoyens sont morts depuis six mois en Syrie alors que, précisément, très peu de reporters peuvent rentrer dans le pays ? Pourquoi y a-t-il autant de tués parmi les professionnels de l’information dans une guerre qui est justement sous-couverte, du fait des obstacles mis par la dictature de Bachar al-Assad à l’entrée dans le pays, et des graves dangers encourus quand on s’y infiltre clandestinement ?

Reporters sans frontières dresse la liste macabre : « Le journaliste français Gilles Jacquier de France 2 a été tué le 11 janvier dernier à Homs, alors qu’il était entré légalement dans le pays. Le journaliste syrien Shoukri Ahmed Ratib Abu Bourghoul, blessé par une balle reçue en pleine tête le 30 décembre dernier, a succombé à ses blessures, le 2 janvier 2012, à l’hôpital. Basil Al-Sayed, journaliste-citoyen, avait été tué à Homs le 29 décembre, alors qu’il filmait un énième bain de sang dans le quartier de Bab Amr. Visé à la tête par les forces de sécurité, il est décédé au cours de son transfert à l’hôpital. Le photographe et vidéaste Ferzat Jarban avait quant à lui été assassiné le 20 novembre dernier, après avoir été arrêté la veille à Homs. Enfin, Soleiman Saleh Abazaid avait été assassiné d’une balle dans la tête, le 22 juillet 2011. Il était l’administrateur de la page Facebook “Liberated people of Horan”. Deux citoyens-journalistes syriens ont également trouvé la mort : le 21 février 2012, Ramy Al-Sayed, du Shaam News Network, tué dans un bombardement ; et ‘Omar le syrien’, qui collaborait depuis deux mois avec l’Agence France-Presse, dans la nuit du 3 au 4 février dernier, lors de l’important bombardement de la ville de Homs. » On peut y ajouter Anthony Shadid, du New York Times, décédé des conséquences d’un crise d’asthme aigue le week-end dernier alors qu’il rentrait clandestinement en Syrie.

Quel est le point commun à toutes ces morts ? Ce sont généralement des assassinats. Il y a ceux qui sont évident (« une balle dans la tête »), et ceux qui s’avancent masqués, comme celui de Gilles Jacquier, dont le décès ne semble pas résulter d’un bombardement malencontreux. Et puis il y a ceux de Marie Colvin et de Rémi Ochlik qui, comme leurs confrères blessés lors de la même attaque, se trouvaient dans un « centre de presse » dans la ville de Homs. Connaissant ce genre d’endroits pour en avoir fréquenté quelques uns par le passé, ce « centre de presse » était probablement juste une maison occupée par une poignée de journalistes et de fixeurs, partageant quelques matelas et du matériel de transmission pour les articles et les photos. Mais cet endroit était sans aucun doute connu. Par les rebelles de Homs, qui facilitaient le travail des journalistes venus rendre comte de leur combat contre le régime d’al-Assad. Mais aussi par les forces gouvernementales qui possèdent leurs réseaux d’informateurs et des moyens technologiques d’espionnage. En dépit du pilonnage intense subi par la ville de Homs, il semble peu probable que le « centre de presse » ait été visé au hasard.

Je conclurai par une note personnelle : j’avais rencontré Rémi Ochlik l’an dernier à Tunis, le 14 janvier 2011, jour de la chute de Ben Ali. Il rentrait à notre hôtel avec des habits ensanglantés. C’était ceux de Lucas Dolega, autre photographe français mort ce jour-là. J’avais retrouvé Rémi les jours suivants, puis nous nous étions croisés de nouveau au Caire, à Benghazi et à Tripoli. J’avais été très heureux d’apprendre qu’il avait obtenu un prix au World Press il y a une dizaine de jours. Comme il était jeune (28 ans), je m’imaginais que nous aurions plein d’autres occasions de nous revoir. C’était sans compter un tyran sanguinaire, prêt à tout pour s’accrocher au pouvoir…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena