Thomas Chabolle
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 mars 2010

Thomas Chabolle
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

Les femmes: une nouvelle marchandise italienne

 En Italie seulement 47% des femmes travaillent, elles sont très peu à occuper des postes importants, les médias diffusent souvent une image stéréotypé de leur corps, le droit à l'avortement et l'accès à la procréation assistée sont sans cesse remis en question.

Thomas Chabolle
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Italie seulement 47% des femmes travaillent, elles sont très peu à occuper des postes importants, les médias diffusent souvent une image stéréotypé de leur corps, le droit à l'avortement et l'accès à la procréation assistée sont sans cesse remis en question.

De nombreuses jeunes filles considèrent normal le fait d’utiliser leur corps pour se faire une place dans le monde du travail et le pays détient la 71ème place sur 135 dans le classement sur les différences entre les sexes selon un rapport du Forum Economique Mondial. Voilà le rapport homme-femme dans l’Italie d’aujourd’hui. Mais où est donc passé la parité ? Qu’a-t-on fait des luttes féministes des 1960 et 1970 ? Et les nouvelles générations ? Elles semblent insensibles au problème. Dans son dernier livre « Pensare l’impossibile. Donne che non si arrendono » la journaliste Anais Ginori trace un chemin aux multiples réponses. Son livre n’est pas une officine de données statistiques, ni un compendium du féminisme moderne en Italie et encore moins un pamphlet du machisme à l’italienne. La journaliste raconte des histoires d’hommes et surtout de femmes. Les premières pages de son ouvrage nous entrainent au Nigéria, premier pays exportateur de prostituées vers le « marché » italien. Puis Anais Ginori s’entretient avec un réalisateur de films pornos, l’inventeur des « scene di stupro ». Une rédactrice publicitaire et le collectif féministe de l’université La Sapienza nous livrent leur analyse de la condition des femmes dans la péninsule. Anais Ginori donne aussi la parole à Emile-Etienne Beaulieu (le créateur de la pilule RU486), Emma Bonino, Daniela del Boca, Luisa Muraro, Sofia Ventura ou encore Lorella Zanardo. Les pages défilent et toujours une même question revient à l’esprit : comment a-t-on pu en arriver là ? Le débat en 2010 devrait porter moins sur les différences entre les femmes et les hommes que sur les différences à travers la parité. Bref, le constat est alarmant puisqu’on en vient même à parler d’involution des droits des femmes. L’illustre figure du féminisme italien Sibilla Aleramo rêvait de voir ses « filles » libres et indépendantes elles sont aujourd’hui réduites à pure monnaie d’échange. La journaliste raconte comment est née son livre. Bloquée avec ses deux enfants dans les embouteillages, elle allume la radio. Le journal de 13h retransmet les écoutes téléphoniques de Gianpaolo Tarantino, l’homme qui fournissait les prostituées à Palazzo Grazioli, la résidence romaine de Silvio Berlusconi. Le proxénète raconte que pour réussir dans la vie il faut des femmes et de la cocaïne. Dans ce petit message neutre politiquement Anais Ginori note le subtil parallèle entre les femmes et la drogue. Les femmes réduites à simple marchandise. Pour la journaliste 2009 est l’année zéro de la femme : les call-girl, les « show girls » candidates aux élections européennes, les déclarations de Silvio Berlusconi sur les menstruations d’Eluana Englaro ( en état végétatif à l’époque) « signe qu’elle peut toujours avoir des enfants » notait le président du Conseil, etc… Anais Ginori parle avec clarté et lucidité de ce problème et trouve même les mots pour dire l’espoir qu’elle a dans la société. Car reprendre la révolution interrompue n’est pas une illusion. Une autre journaliste italienne, Concita di Gregorio, disait : « Nous sommes à un point de non-retour, si nous le dépassons il nous faudra plusieurs dizaines d’année avant de pouvoir faire marche arrière ». « Pensare l’impossibile. Donne che non si arrendono », di Anais Ginori ; Fandango, Roma, 2010, pag. 154, 14 euros.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière