Thomas Dilan
Ecrivain, indianiste, instructeur méditation Pleine conscience
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2021

Covid. La peur, épreuve initiatique nécessaire pour changer de modèle de société

12 juillet, 15 septembre, 15 octobre… la pression ne cesse de s’accroître sur les non-vaccinés. Plus globalement, c’est tout le narratif de la peur et de la dualité qui semble triompher, porté par les locataires actuels du pouvoir, emmenant avec eux le corps social. Cette évolution a-t-elle un sens ? Un remède existe-t-il ?

Thomas Dilan
Ecrivain, indianiste, instructeur méditation Pleine conscience
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'hystérisation des dualités est une caractéristique particulièrement frappante de cette crise :
- rapport au virus, « ennemi », « guerre » ;
- unique salut dans un remède extérieur, avec une inversion de l'équation de base de la santé "Le microbe n'est rien, le terrain est tout", devenue "Le microbe est tout, le terrain n'est rien", soit une approche dualisante dans lequel le danger et le pouvoir sont à l'extérieur.
- politique sanitaire coercitive, créant des oppositions et des distinctions au sein de la population ;
- ligne de fracture aiguë entre pro-vax / anti-vax. Relevons toutefois l’important ensemble intermédiaire, probablement dominant, des vaccinés à contre-cœur, ayant cédé à la coercition de l’exécutif à compter du 12 juillet, en violation des engagements juridiques internationaux de la France.

Une énergie de dualité domine toutefois et soutient toutes les autres : la peur. Initiée par les modélisations effrayantes de Neil Ferguson & co, elle a été attisée par la promotion du virus et l’inversion de l’équation de base de la santé, jointes à l’interdiction des traitements opérée par Big Pharma, le tout hystérisé par les médias – grisés, comme l’exécutif, d’accaparer toute l’attention. La psychose collective ainsi générée demeure un fait inédit par son ampleur et sa pénétration de l’inconscient collectif. Extrêmement immunodéficiente, elle octroie un pouvoir politique phénoménal, au nom de la protection contre le supposé danger. Cf. « Menacez un homme de mort et vous lui ferez faire ce que vous voulez ». Des professionnels de santé sont ainsi allés jusqu’à caractériser ladite pandémie comme une « épidémie de peur ».

Avant de poursuivre, précisons qu’il ne s’agit nullement de nier la peur et sa fonction protectrice. Il s’agit de la remettre à sa juste place. Et ensuite, d'examiner le potentiel et les ouvertures portés par ce contexte inédit. De fait, dans nombre de traditions spirituelles, la confrontation à l’énergie de la peur constitue une initiation majeure.

« Parce que deux »
- Pourquoi la peur ?
- Parce que deux, a répondu un jour un maître indien.
Un autre ajoutant : « Et parce qu’on pense trop et mal. »
En effet, l’ego est caractérisé par une identification au corps et à la personnalité. Cette identification créé une séparation entre moi et le reste du monde. Une dualité. C’est ce sentiment de séparation et de dualité qui est à la racine de la peur. Les Upanishads antiques le pointaient déjà.

Dès lors, le remède est l’état d’unité. La reliance. Dans le courant spirituel non-dualiste indien (shivaïte comme vedantique), le saint est ainsi caractérisé par un état d’unité. Unité avec lui-même, avec tout être, toute chose, en tout lieu. Dans cet état d’unité, état de pleine présence à soi et au monde, la séparation intérieur / extérieur disparaît. À l’image du fleuve qui se fond dans l’océan, ou de « l’espace à l’intérieur d’une jarre qui fusionne avec l’espace à l’extérieur lorsque la jarre est brisée ». Jnaneshwar Maharaj, grand saint du XIIIe s., a dit : « Le sel jeté dans l’eau se fond en elle. De même, celui qui réalise son unité avec tout ce qui existe abolit la peur. »

L’Évangile de Thomas célèbre également cette conscience d’égalité et l’état d’unité : « Lorsque vous ferez le deux Un et que vous ferez l’intérieur comme l’extérieur, l’extérieur comme l’intérieur, le haut comme le bas, [...] alors vous entrerez dans le Royaume ! ». Oui, la confrontation à la peur est une initiation pour traverser la dualité et accéder à la… non-dualité, soit à la totalité.

Plus concrètement, comment faire ? Il y a différents étages. Commençons par la réalité épidémique. Il est essentiel de discerner ce qui est réel de ce qui l’est moins ou pas du tout. D’où la guerre de l’information à laquelle on assiste depuis le printemps 2020, tant les données sont décisives. Le travail fait par l’IHU de Marseille sur des données 100% observées in situ et traçables (a contrario du mass data manipulable à souhait) est, à cet égard, fondamental. Au printemps, les données indiquaient que pour les personnes ayant plus d'un an d'espérance de vie et avec traitement précoce, le taux de létalité du Covid se situait à environ 0,06%. Soit une protection naturelle de 99,94 %. Et c’est encore plus vrai désormais avec l'ivermectine, dont l’efficacité se confirme mois après mois, y compris à des stades non précoces. Le Pr John Loannidis, de l'Université de Stanford Californie arrive sensiblement au même chiffre moyen (inférieur pour les moins de 40 ans et supérieur pour les autres, à mesure de l’âge).

Quid alors de l’engorgement des hôpitaux et des formes sévères, les deux arguments massue brandis par les thuriféraires de la vaccination ? De nombreux professionnels de santé dénoncent ici deux facteurs déterminants : l'interdiction des traitements (!) et l'invalidation du rôle des médecins de proximité, d’une part ; l'entretien de la peur et de la psychose collective, extrêmement immunodéficientes, d’autre part. Outre laisser donc enfin les médecins de proximité faire leur travail et prescrire les traitements bon marché (dans le domaine public) !, concernant la psychose collective, la contre-proposition est la suivante.

D’abord, revenir à l’équation de base de la santé « Le terrain est tout, le microbe n’est rien », avec une reprise de pouvoir personnel sur son terrain, son immunité, sa santé. En lieu et place d’un bio-pouvoir et de ses remèdes extérieurs (sonnants et trébuchants), devenus tout-puissants. Soit une reprise de pouvoir au plan physique (exercice, vitalité…), émotionnel (gestion du stress), et mental (veiller aux informations ingérées et aux histoires que l’esprit se raconte). C’est d’ores et déjà la démarche du Collectif Reinfo Santé, visant une médecine intégrative d’une diversité d’approches thérapeutiques. Cette démarche relève du changement de paradigme.

Ensuite, au plan émotionnel, outre les techniques de gestion du stress, dès mars 2020, des thérapeutes ont souligné dans ce contexte l’importance des pratiques d’expression émotionnelle (cf. Dynamique émotionnelle du Dr. E. Jalenques, Somatic experience…) : par la verbalisation, le son, le mouvement, les grimaces, la mise en forme (cf. la gestalt de F. Perls), ou encore via des canaux artistiques, le chant, la danse… Là aussi, cela relève du changement de paradigme tant la rationalisation et la technocratie à l’œuvre en Occident ont relégué les émotions à la marge et atrophié ce potentiel vital phénoménal. Et c’est aussi cette condition d’handicapés émotionnels qui a permis à la peur de constituer un tel levier pour les dirigeants. Enfin, les liens – humains, sociaux, la fête, la nature... – constituent un troisième antidote.

Cependant, le rapport à la peur va au-delà de ces aspects pratiques. Il se situe à un niveau plus profond de l’être humain, dans son identité et son rapport au monde : à savoir, un rapport duel au monde quand l’individu est identifié à son corps et à sa personnalité. Ce rapport duel peut-il être dépassé ? Si oui, comment ?

Comme évoqué, à l’origine de la peur, il y a le sentiment de séparation. Ce dernier procède de l’identification au corps et à la personnalité. Plus cette identification est forte, plus la séparation est importante. Elle est particulièrement forte en Occident, où le collectif s’est construit dans un rapport de force avec la nature, avec la technique toute-puissante comme principal facteur de développement.
Donc une première pratique est celle de la non-identification. Ne pas être identifié à ce que je suis. Le Vedanta invite à pratiquer la méditation du « Je suis », à la place de la méditation mentale continuelle « Je suis XY, de telle profession, père / mère etc… ».
Ne pas être identifié non plus à ce que je fais. Les Shiva sutras invitent à accomplir sa tâche comme un acteur, qui vit pleinement sa scène mais conserve son identité séparée.

Ensuite, une deuxième manière d’être non-duelle au monde est la présence : la perception, sans commentaire ni jugement. Egalement appelée Pleine conscience. Celle-ci permet de se relier à soi, à l’autre, au monde.
Une pleine présence passe par une plénitude du cœur. Un amour inconditionnel, nourri de l’intérieur, et universel, s'adressant à toutes les formes, à toutes les situations. C'est une voie royale de reliance et d’unité, et un grand anticorps à la peur. Toute comme la joie.

Cette pleine présence permet de se relier in fine à la totalité. C'est le témoignage des grands êtres de toutes les traditions. C'est le graal, l'aventure humaine suprême. L'oligarchie des transhumanistes, animée par la même quête, est dans la croyance de pouvoir accéder à la totalité par la technique et le pouvoir exercé sur les autres. Mais, à chaque nouveau pas fait dans ce sens, la dualité se renforce et la plénitude s'éloigne.

Enfin, notons qu’une posture non-duelle n'empêche en rien de combattre férocement. Nous le disions déjà dans ces colonnes en juillet. Rappelons-le. Diaboliser ou haïr est acidifiant et souvent contre-productif. A contrario, la non-identification, prônée par exemple au guerrier Arjuna dans la Bhagavad Gîtâ, permet d'être plus lucide et plus efficace. Comme dans l’Aïkido de Morihei Ueshiba, qui n’est pas dans l’opposition frontale mais "englobe", "utilise les pleins et les creux" de l’adversaire, pour "le laisser tomber là où il voudra tomber". Le "satyagraha" de Gandhi, littéralement "s'accrocher à la vérité" et laisser celle-ci faire son œuvre, ainsi que l'inébranlable "résolution" de Lao Tseu, "résolu par nécessité", sont également des postures non-duelles, ancrées dans le pouvoir personnel.

Une épreuve initiatique structurante pour changer de modèle de société
La solution pour sortir de cette crise sanitaire peut-elle vraiment être une injection expérimentale, aux effets secondaires inédits, tous les six mois, comme tente de l’imposer l’oligarchie mondiale (à qui cela profite en milliards) ?
Dans cette vision, la technique et l’oligarchie deviennent toutes-puissantes, et les individus de plus en plus affaiblis et asservis. – Nul procès d’intention, simple observation factuelle.
Si je veux éviter cette option, la solution est une modification profonde du rapport au vivant, comprenant les changements de paradigmes et l’évolution de conscience susvisés.
Deux courants sociétaux se distinguent ainsi actuellement. L’un voit cette crise comme une occasion de revoir le modèle civilisationnel axé sur la technique et la matérialité à outrance. L’autre, le courant transhumaniste porté par l’oligarchie mondiale, comme une grande opportunité pour accroître au contraire le tout-technologique et la toute-puissance des solutions extérieures.

Alors certes, en usant et abusant du recours à la peur, l'oligarchie est parvenue (après la première tentative ratée du H1N1 en 2009) à obtenir un effet radical et un triomphe complet. La peur est son arme ultime, une forme ultime de la logique de domination. Mais ce faisant, l'oligarchie a déclenché, malgré elle, une épreuve initiatique. Douloureuse, certes. Mais portant en elle un formidable éveil des consciences et potentiel d’émancipation. Dont l'enjeu n'est pas seulement celui de la reprise de pouvoir personnel. Car de nouvelles formes de luttes et de dominations se poursuivraient alors. L’enjeu est aussi celui de la reliance, à soi, à l’autre, et à la totalité. Et l'épreuve initiatique de la peur permet justement d’accoucher de nouveaux fondements civilisationnels, non plus axés sur l’avoir, l’extérieur et la dualité, mais sur l’être, l’intérieur, et la reliance. Manifeste de la non-dualité.
Telle est la perfection de ce qui est en train de se passer. C’est une initiation. Une grande initiation. Et c’est notre contre-proposition de Great Reset. Dans laquelle il y a de la place pour tout le monde et une valorisation des ressources naturelles immenses de l’être humain, dont on sait que l’on n’en utilise pas encore 90 ou 95% !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige