1er mai historique !

C'est historique ! Le régime sous lequel nous vivons est le premier, le seul sous la Vème République (et même avant) a avoir empêché les manifestations du 1er mai à Paris. Oui, le gouvernement de Macron, avec son ministre de l'intérieur Castaner et son préfet Lallement, ont tout simplement volé le 1er mai 2019 aux travailleurs et travailleuses, au peuple, qui depuis plus de 100 ans défilent dans les rues de France et du monde entier. Oui, le régime de Macron a volontairement agressé, massacré, insulté, tabassé, gazé, humilié les dizaines de milliers d'hommes et de femmes, syndicalistes ou non, dans les rues de Paris et saboté cette grande fête populaire du travail.
Ce gouvernement a sciemment détruit une manifestation déclarée, officielle en déployant plus de 7000 « forces de l'ordre ».
Dès midi, alors que la manifestation devait officiellement se mettre en mouvement à 14h30, les CRS, la BAC, la police et de nombreux autres corps de répression, ont lancé des attaques contre les personnes rassemblées, nassées, place Montparnasse. Les gaz lacrymogènes se sont abattus sur des milliers de personnes sans défense, sans protection, simplement rassemblées pour fêter, comme cela se fait depuis des décennies, le 1er mai.
Il ne s'agissait en aucun cas de maintien de l'ordre. Il n'y avait aucun danger pour les milliers de policiers sur-armés et sur-équipés.
Les contrôles autour de Montparnasse avaient retiré jusqu'aux sérum physiologique à toutes les personnes voulant se rendre dans le cortège.
(J'ai pour ma part été contrôlé 4 fois avant de pouvoir me rendre dans le cortège !)

Bien sûr il y avait des manifestants qui voulaient en découdre avec les forces de répression, c'était annoncé, prévu depuis des semaines déjà. Mais la stratégie policière a été de rassembler tout le monde au même endroit pour pouvoir attaquer et réprimer l'ensemble des personnes présentes.

Oui, c'est historique. Car même les cortèges syndicaux ont été agressés, visés par des charges policières et des tirs de grenades. Pour la première fois, le responsable de la CGT a dû être exfiltré avant même que le cortège syndical se mette en mouvement !
Une aberration !

Jamais je n'ai vécu une manifestation aussi dangereuse et stressante. Jamais je ne me susi senti menacé par quelque manifestant, black bloc ou autres, que ce soit. Mais par contre, l'agressivité dans l'attitude, les regards, puis les actes, des forces de répression, mettaient tout le monde en danger. A tout moment on pouvait être matraqué, gazé, pourchassé, bousculé, piétiné par la police.

Des grenades de désencerclement (à base de TNT) ont été tirées dans la foule, gratuitement, faisant de nombreux blessés. Des tirs tendus de grenades lacrymogènes et de LBD, des bastonnades, des charges d'une violence extrême, ont terrorisé la foule. Car le but était bien celui là : terroriser. Faire en sorte que personne ne reste sur place plus de 3 heures et surtout, beaucoup plus perfidement, que personne ne pense même à revenir une prochaine fois.

On pourrait croire que je décris des scènes de guerre, et c'est bien cas. Car les armes utilisées, sont des des armes de guerre (notamment le LBD) . Oui, ce gouvernement fait la guerre à son peuple.

Mais oui, le peuple est toujours là. Oui, le peuple descend toujours dans la rue. Oui, le peuple brave ces atteintes aux libertés fondamentales de manifester, de s'exprimer. Oui, le peuple a peur, mais son courage est plus fort que sa peur.

Oui, j'ai eu peur hier, beaucoup plus peur que d'habitude, comme des dizaines de milliers d'autres camarades, mais comme des dizaines de milliers d'autres, je suis resté. Nous sommes restés ! Nous, totalement désarmés, sans aucune protection, sans rien d'autre que notre courage et notre fierté, notre amour de la liberté et de la justice. Nous avons chanté, nous avons défilé tout le temps qu'il nous a été possible de le faire.

Si vous pensez que j'en fait trop, venez, rejoignez nous dans les prochains cortèges pour vous rendre compte par vous-même. Notre liberté est en jeu. Notre courage doit être plus fort que notre peur.

Ensemble nous pouvons surmonter nos peurs. Uni-e-s. Nombreux. La peur doit et peut changer de camp.

Comble de la honte, ce gouvernement, non content d'avoir empêché cette manifestation du 1ER mai, d'avoir terrorisé des dizaines de milliers de personnes, a menti, dès le soir même. Inventant des prétendues exactions commises par les manifestants. Il a menti éhonté à l'aide des médias complices.
Mais tout cela se paiera un jour…. L'histoire jugera.

58790362-10219003977513212-7008003574588243968-o

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.