Médiapart ou Nouveau Détective ? Plenel a choisi. Moi aussi. Différemment.

Je m'étais abonné à un journal en ligne d'investigation. Je lis désormais les pages d'un nanard à sensation, prêt à tout pour le buzz, même à servir la soupe à Macron et à Le Pen.

Je me suis abonné lors de l'affaire Cahuzac. C'était le temps où Arfi et Plenel étaient agonis d'injures par la caste médiatique, toujours prête à serrer les rangs pour défendre les confrères qui ont le bon goût de servir les puissants, et tout aussi prête à lyncher les inconvenants qui dérangent les actionnaires de grande majorité des titres de presse. A cette époque, Médiapart avait quelque chose à voir avec le journalisme d'investigation.

Depuis, il y a eu bien des dérapages, bien des injures reçues au prétexte que la vieille haine recuite - mais jamais expliquée - d'Edwy Plenel envers Jean-Luc Mélenchon permettrait tout. Je ne parle pas des désaccords de fond ou de stratégie, de la critique des styles : je me suis abonné à ce que je croyais être un journal pluraliste, pas à une hypothétique Pravda écosocialiste ou insoumise (oxymore dont je ne voudrais pas). Je parle des attaques gratuites, malhonnêtes et insultantes, du type du fameux "saute-cadavre", signifiant pour moi l'honneur perdu de Plenel et Arfi (dont j'avais pourtant apprécié bien des bouquins). J'ai failli partir à ce moment là.

Mais je suis resté. Parce qu'il y a des gens que j'estime beaucoup et dont le travail m'est utile. Je pense avant tout au formidable travail de fond de Jade Lindgaard sur l'écologie. Je pense à l'excellente nouvelle que fût l'arrivée de Romaric Godin. Et aussi au travail de documentation et d'analyse de Marine Turchi sur le FN, au suivi de Notre-Dame-des-Landes sous l'angle des libertés publiques par Christophe Gueugneau, et j'en passe...

Là, stop. L’écœurement est trop fort. Quand on connaît personnellement des gens dont l'honnêteté, la rigueur, le dévouement ne font aucun doute, et qu'on voit leurs noms jetés en pâture au milieu d'un imbroglio d'insinuations malveillantes basées sur du vent, juste pour complaire au maître des lieux et à son obsession à casser du Mélenchon, quand on voit que les accusations fantaisistes, reconnues comme telles, d'une ex-députée européenne du FN sont mieux accueillies que les réponses argumentées et documentées des accusé.e.s, quand Médiapart soutient confraternellement une pseudo-enquête de Radio-France aux erreurs grossières (comparer la mise en ligne d'un meeting après montage avec le post d'une vidéo amateur sur Facebook, fallait le faire !), quand Médiapart se prend pour le Nouveau Détective, quitte à renforcer le "tous pourris" qui nourrit Le Pen et à tenter de discréditer la seule opposition sérieuse à Macron, basta !

Entre Reporterre et Basta !, pour ne citer que ces deux là, nous avons mieux à portée de clic (et mon fric sera plus utile là qu'ici).

Je ne désespère pas de retrouver prochainement Jade, Romaric et les autres, dont je ne doute pas de la probité, hors de ce cloaque.

Quant aux adeptes de la presse de caniveau, qu'ils barbotent où bon leur semble, mais qu'ils ne viennent pas pleurer si leurs nouveaux oripeaux les desservent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.