Thomas HALEY
Photoreporter
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2012

José à la rescousse...

Le message d'EELV pas clair...inaudible? Le néant aux sondages? La candidate avec son accent étrange peu apte au combat présidentiel...? Que faire d'Eva...?

Thomas HALEY
Photoreporter
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Eva Joly & José Bové lors d'une convention agricole à Caen; le 3/02/12. © Thomas Haley

Le message d'EELV pas clair...inaudible? Le néant aux sondages? La candidate avec son accent étrange peu apte au combat présidentiel...? Que faire d'Eva...?

Recentrage chez les écolos, elle termine son livre, Sans tricher, où elle raconte sa vie pour que les français puissent en juger par eux mêmes. Elle a changé la couleur de ses lunettes, le rouge a viré au vert. C'est mieux pour la candidate des écologistes..."chaque fois que je termine un livre, je change la couleur de mes lunettes," explique-t-elle.

Eva Joly, candidate EELV, à Caen; le 3/02/12. © Thomas Haley

Samedi, 4 février, lors d'un déplacement en Normandie, la belle Eva au regard perçant, était accompagnée par Bové le preux, porte parole d'EELV et fin connaisseur des choses de la terre et les hommes qui la travaillent. De la visite d'une exploitation agricole à la réunion publique le soir, l'eurodéputé Bové était aux cotés de la candidate Joly. Si Eva paraît timide et fragile, José, lui, il y va avec franchise et gouaille, la com, il l'a dans la peau, il est aussi à l'aise à parler devant une foule qu'assis sur son tracteur.

Eva Joly & José Bové avec Stéphanie Clouet, agricultrice, en pays d'Auge. 3/02/12. © Thomas Haley

C'est vrai, quand on écoute Eva Joly, quand on l'observe, elle a l'air fragile, pas sûr d'elle, et si on n'est pas 100% acquis à la cause écologiste on peut se demander si elle a ce qu'il faut pour être chef de l'état. En effet, elle semble avoir évoluée "en dehors du sérail" comme dit son directeur de campagne, Stéphane Sitbon (Le Monde, 4/02/12)

Elle ne parle ni gesticule comme aucun autre politique, elle ignore les codes (ou peut-être refuse-t-elle de les appliquer...??). A première vue, ça nous dérange. Est-elle crédible?

José Bové et Eva Joly lors du meeting publique à Caen le 3/02/12. © Thomas Haley
José Bové présente Eva Joly lors du meeting publique à Caen; le 3/02/12. © Thomas Haley

Quand José Bové chauffa la salle le soir et présenta la candidate, il dit qu'elle n'est pas comme les autres, "Eva est modeste, elle n'a pas l'habitude de se mettre en avant ni de parler d'elle-même". Il le fait pour elle, il énuméra ses faits d'armes, notamment l'instruction de l'affaire Elf et l'ouverture de l'affaire des frégates de Taiwan...une femme forte et têtue.

Fin de la réunon publique, les amis d'Eva Joly montent sur l'estrade pour l'applaudir. le 3/02/12. © Thomas Haley

Alors, je me demande si nous ne sommes pas un peu schizophrènes (ou peut-être que ce n'est que moi...?). Nous en avons assez des promesses non tenues par les candidats bien polissés, sophistiqués, maitres de l'image et du bon mot qui ont une réponse pour tout; et puis on voit Eva Joly et on se dit, "elle est timide...elle n'est pas sûre d'elle...il lui manque le feu oratoire...elle parle comme ma tante Simone...," comme quelqu'un normal quoi, malgré son drôle d'accent. Nous connaissons les hommes politiques qui ont une réponse pour tout, on les a déjà vu à l'œuvre. Je ne sais pas encore si Eva Joly est le bon choix, c'est trop tôt pour le savoir. Mais je me demande s'il ne faut pas mettre en veille notre désir d'entendre et de voir quelqu'un qui "assure", quelqu'un qui sait parler et gesticuler "comme il faut", est-ce qu'il n'y a pas urgence à penser hors des sentiers battus?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo