Thomas Heams
enseignant chercheur
Abonné·e de Mediapart

70 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 janv. 2009

Le Solénodon vous salue bien

Thomas Heams
enseignant chercheur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 38315
© 38315

Un billet assez court, juste pour le plaisir toujours renouvelé de voir une espèce rare sous les feux de projecteurs, merci la BBC.

Le héros du jour est le solenodon (ou solénodonte), un petit mammifère dont il y a de fortes chances que vous n'ayiez jamais entendu parler. Nocture, insectivore, et venimeux, tout pour plaire quoi, et par dessus le marché très rare : on en connait que deux espèces, l'une à Cuba (S. cubanus), et l'autre en République dominicaine/Haïti (S. paradoxus). C'est un membre de cette dernière qui s'est fait attraper par une équipe de zoologistes et cela a mis la petite communauté des spécialistes en émoi. En effet, l'animal figure sur la liste des animaux à la fois en danger et évolutivement très distincts de toute autre espèce vivante : ce double statut implique que la disparition de cette espèce serait une perte importante pour notre connaissance de la biodiversité. La liste est tenue à jour par la Zoological Society of London (ZSL) dans le cadre de son programme "Edge of existence", dont je vous recommande la visite du site web.

Une des principales caractéristiques de ce petit mammifère (à part le tour de force d'être à la fois très moche et très craquant, chapeau l'artiste...), c'est qu'il est venimeux, via deux dents spécialisées dans cette fonction qui injectent le venin dans leur proies...Cela parait surprenant pour un mammifère et qui plus est pour un insectivore, mais il semble aussi capable de se nourrir de petits amphibiens voire de carcasses. Seules quelques musaraignes, lointaines cousines, et l'ornithorynque (mais via un mécanisme évolutif tout à fait différent) possèdent ce caractère "venimeux". En ce qui concerne les solénodons, des données fossiles suggèrent que leurs ancêtres appartenaient à un groupe de plusieurs espèces venimeuses mais qui se sont toutes éteintes, exceptées nos deux insulaires.

Une des principales difficultés avec ce type d'animal d'apparence vulnérable, dont on craignait l'extinction depuis l'arrivée massive de prédateurs potentiels dans leur biotopes, c'est que l'on ne connait pas grand chose d'eux : ni sur leur comportement, ni sur leur écologie, ni sur leur démographie, ni même sur leur génétique. Or il est reconnu que le bas niveaux de connaissance d'une espèce est un facteur de sa mise en danger... Cela met l'Homme en difficulté pour développer des stratégies appropriées de conservation in situ. C'est pourquoi cette capture transitoire a peut-être été une mésaventure pour l'intéressé, mais est une bonne nouvelle pour ses congénères. Après quelques mesure et la désormais inévitable récupération d'ADN, le solénodon a été relaché. L'équipe de la ZSL qui les pistait, et qui en avait récemment découvert la population, a beau regretter n'avoir fait qu'une prise, elle en a fait une belle et va désormais continuer ses recherches, dont on imagine qu'elles ne font que commencer. L'étude de son ADN servira notamment à mieux comprendre son évolution, son originalité et son apparentement avec des espèces voisines. Cela pourra être mis en relation avec son mode de vie. Reste pour le grand public ces quelques images, qui sont souvent décisives pour le sensibiliser à la menace qui pèse sur une espèce. Celles-là sont plutôt incroyablement réussies ! Si des solénodontologues médiapartiens ont une furieuse envie de compléter...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Histoire
« J’ai pu apercevoir le docteur Asselah »
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal
En appel à Toulouse, des activistes handicapés plaident « l’état de nécessité »
Au cours d’une audience chargée de colère et d’émotion jeudi, les militants de l’association Handi-Social ont justifié leurs actions de blocage de la gare et de l’aéroport toulousains en 2018. Il y a un an, ces activistes avaient écopé de peines de prison avec sursis.
par Emmanuel Riondé
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle
Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX