Thomas Lecourbe
Chef de projet / Consultant Web - La Netscouade
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2008

Polémique sur un documentaire montrant le suicide assisté d'un homme en Grande-Bretagne

Thomas Lecourbe
Chef de projet / Consultant Web - La Netscouade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Thomas Lecourbe

La diffusion prévue ce soir par une chaîne bThomas Lecourbe

La diffusion prévue ce soir par une chaîne britannique d'un documentaire montrant le suicide assisté d'un homme atteint de la maladie de Charcot, a provoqué une vive polémique en Grande-Bretagne et relancé le débat sur le droit à se donner la mort.
"Dans quelle société vivons-nous si la mort d'un homme est diffusée par une télévision en prime time comme un divertissement", s'insurge dans un éditorial le quotidien populaire Daily Mail. Le directeur du groupe "Care not killing", qui milite contre la légalisation du suicide assisté au Royaume-Uni, a pour sa part dénoncé une "tentative cynique de faire grimper l'audience".

La chaîne Sky a de son côté défendu sa décision de diffuser le documentaire à une heure de grande écoute. "Il est important que les chaînes de télévision, et notamment Sky Real Lives, puissent provoquer un débat par le biais d'histoires individuelles fortes".

En France, nous avons avons connu les mêmes débat il y a un mois, avec l'émission "Les Infiltrés", consacrés aux conditions de vie dans les maisons de retraite. Ce documentaire ne montrait pas une mort en direct (quoi que...) mais dénonçait, en montrant des situations insupportables, les conditions et les agissements insupportables dans les centres de fin de vie. Certains se sont émus qu'on les montre, sous couvert de respect à la dignité humaine de ceux qui étaient filmés.

Pourtant, les exemples et les témoignages réels sont la meilleure façon de toucher et mobiliser l'opinion, en espoir d'un changement de mentalité, voir de législation. J'ai toujours considéré, personnellement, que la dignité humaine était d'avoir le choix de ne pas vivre le reste de sa vie de telles situations qui portent atteinte à la dignité, filmées ou non.

Que des émissions grand public mettent en scène des témoignages ou des états de fait, pourquoi alors s'en offusquer ?

Dans un autre registre, le témoignage d'Annie Girardot sur sa maladie a d'abord choqué dans sa version courte (7 à 8, l'année dernière), puis ému dans sa version longue (il y a deux mois sur TF1). Ce témoignage, dont a été dénoncé l'indécence du journaliste, a pourtant touché des millions de gens, pas à priori sensibilisé aux questions de la maladie d'Alzeimer, dont finalement, on ne sait pas grand chose quand nous ne sommes pas familialement touchés.

La télévision a ce rôle de sensibilisation et de mobilisation et le journaliste a ce rôle de témoin de la société moderne. Malgré les polémiques, malgré les images souvent insupportables, j'espère que la télévision, facteur de mobilisation encore la plus importante devant tout type de média (95,2 millions de promesses de don pour le téléthon de ce week end), continuera à choquer, pour mieux informer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal — Santé
Entre croyances et tabous, une psychiatrie au chevet des patients « venus d’ailleurs »
Dans beaucoup de familles issues de l’immigration, les problèmes psychiques sont tus, ou traités par des solutions radicales liées à la culture du pays d’origine. La psychiatrie transculturelle, en prenant en compte les croyances des individus, veut offrir les soins les plus adaptés. Témoignages.
par Céline Beaury et Latifa Oulkhouir (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire