Thomas Lecourbe
Chef de projet / Consultant Web - La Netscouade
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2008

Carolis vote pour une télé sans pub... et sans télespectateurs ?

Thomas Lecourbe
Chef de projet / Consultant Web - La Netscouade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Thomas Lecourbe

Patrick de Carolis a proposé au vote au ConsThomas Lecourbe

Patrick de Carolis a proposé au vote au Conseil d'Administration une résolution actant la suppression de la publicité sur les différentes chaînes du groupe, hors RFO, après 20 heures, et cela à compter du 5 janvier 2009. A l’occasion des échanges qui ont précédé le vote de cette résolution, Patrick de Carolis a indiqué qu’avant même le vote définitif et la promulgation de la loi, il entendait prendre et assumer ses responsabilités au nom de l’intérêt supérieur du groupe qu’il dirige et de ses collaborateurs.


La suppression de la publicité fait l'objet de beaucoup de débats, mais peu abordent le vrai problème : le rapport au télespectateur. Comment ne pas éloigner les chaînes de leur public et maintenir un lien entre les programmes et ceux à qui ils sont destinés ?


Quand je travaillais dans des boîtes de production, tous les matins dans l'ascenseurs étaient affichés minute par minute l'audience des programmes de la veille. Il était donc possible de voir à quel moment le public zappait, sur quel reportage il était moins sensible ou au contraire, ce qui les maintenait en haleine. La pression (et non pas dictature) de la publicité favorisait cet intéret pour l'attention du public, et obligeait les chaînes à moduler, corriger ou même supprimer ses programmes pour ne pas être déconnecté d'un public, donc des ressources publicitaires.


Cette approche commerciale n'a pas que des défauts, il s'agit d'un indicateur objectif sur les attentes et l'attention du public. En supprimant cet indicateur, ou en le déconnectant de la pression qu'exerce la publicité, le service n'aura plus aucune raison de se préoccuper de ce que pense le public, et, comme peut l'être Arté, les chaines de France Télévisions sera faite pour le public qui pense comme la direction du groupe. Une télévision faite par les dirigeants pour eux-mêmes. Les producteurs n'auront plus à être choisis par rapprt à leur savoir-faire et la relation qu'ils savent instaurer entre leurs programmes et le public, mais leurs relations avec les dirigeants des chaînes, avec les dérives que cela implique.


Cette méthode est décriée, et on objecte tout de suite la trash TV et le système TF1. Sauf que les programmes décriés sur TF1 sont déjà interdits sur le service public. De plus, tout en ménageant cette relation avec le télespectateurs, le service public a des devoirs de qualité, et a mis en place un Qualimat, chargé de juger qualitativement les programmes publics. De plus, le libre choix est un symbole de la démocratie. François Fillon parlait encore la semaine dernière de la "dictature de l'audience". Il n'a par contre jamais parlé de la "dictature de l'élection", même quand les résultats n'étaient pas ceux attendus. Pas d'élection, pas de légitimité. Quelle légitimité pour un service public sans objectif et obligation d'audience ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Fin de la redevance télé, un débat trop longtemps escamoté
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu