Thomas Lecourbe
Chef de projet / Consultant Web - La Netscouade
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2009

Querido José Luis...

Thomas Lecourbe
Chef de projet / Consultant Web - La Netscouade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Thomas Lecourbe

Quelle drôle d'idée... Généralement, j'adhère plutôt aux turpitudes de Ségolène Royal, je la défends même. Je saisis son humour quand elle cite la bravitude en ricanant, admire son courage quand elle demande pardon aux sénégalais au nom de la France, ricane sur ses hésitations sur les sous marins nucléaires, dont personne n'a idée du nombre à part les anciens ministre de la défense... Mais là...

Parce que le coup des excuses a marché une fois, Ségolène se sent pousser des ailes et fait feu : pardonnez, habitants de la planète terre, au nom de la France, les Français d'avoir élu un président si médiocre.


Sur le fond, je suis d'accord, je n'ai pas voté pour lui la denrière fois et ne le ferai pas la seconde, mais la méthode... Discours de fond contre discours de fond, au même endroit, d'accord... mais envoyer une lettre au premier ministre espagnol pour des propos prétendus, démentis...et l'annoncer en France travers un communiqué. Pourquoi ne s'est-elle pas contentée d'un communiqué, comme n'importe quel protagoniste d'opposition ?

Mes amis, parfois ségôlatres, répondront que justement elle n'est pas n'importe quel protagoniste de l'opposition, que José Luis Zapatero l'a soutenu elle pendant la campagne, qu'ils ont une relation privilégiée. Soit, donc pourquoi ce communiqué, elle aurait pu se contenter de l'appeler et tatasser sur son ex-rival. Que ce soit par opposition ou par relation, ce procédé et ce double emploi est bizarre et pose question avec une seule réponse : pure coup de comm'.

Surtout que sur le fond, cette affaire est quand même discutable...A vrai dire, en lisant la phrase du petit Nicolas dans son ensemble, on sent bien que cette phrase est ironique,et qu'elle a le sens de "c'est peut-être un con mais lui il avance"... Que la presse étrangère s'en offusque, pourquoi pas, la France a ricané de la bravitude, qui était une blague; a retenu "Obama m'a copié", qui était une boutade. Il est étrange que l'auteur de ses phrases ne distingue pas plus l'ironie et la "bourritude".

C'était donc un pur coup de comm', mais tellement mauvais... La polémique était lancée, le petit Nicolas était la risée de la presse internationale, et l'angle d'attaque des pit-bulls de la majorité était assez minable. Elle leur a donné un vrai angle d'attaque, et une diversion facile et justifiée... A quand un peu de politique ?

Il ne me semble pas qu'elle ait pris position contre Hadopi récemment (sa dernière prise de position sur le sujet - intéressante en plus - remonte à son livre "Maintenant" pendant la campagne), qu'elle ait pris position sur le statut des beaux-parents (continuité de sa propre action au Ministère de la famille)... Il serait quand même temps qu'elle fasse un travail d'opposition politique, et plus de simple réaction polémique. Il serait temps non pas pour moi, mais parce qu'elle est aujourd'hui la seule alternative crédible en 2012 et que sa crédibilité en prend un vrai coup, au dela de son image Je ne suis pas de nature anti-comm' et je suis plutôt porté sur la chose, mais il est important de faire la difference entre une image et une crédibilité. Il est temps qu'elle retravaille sur ce second point, parce que c'est ça qui peut la faire gagner en 2011 (primaires), et il sera trop tard de s'y mettre à ce moment pour 2012...

Thomas (www.twistorama.fr)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND