Thomas PETIT
Représentant syndical
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 avr. 2013

Etre socialiste européen aujourd’hui, c’est d’abord s’indigner !

Thomas PETIT
Représentant syndical
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi soir, nous avons participé à 7 heures de débats constructifs autour d’un texte important, puissant, porteur d’une véritable réorientation de l’Europe au profit des peuples.

Il est désagréable que ce soit résumé dans les medias par un Merkel bashing.

Il faut mettre les choses au point :

  • il s’agissait d’un texte de travail malheureusement diffusé au Monde avant même la discussion entre courants du PS pour le finaliser. C’était un brouillon ! Il n’y avait rien d’officiel et en tirer que le PS tapait sur les allemands et détruisaient l’amitié franco-allemande était à la fois une mauvaise lecture (c’est Merkel et la politique qu’elle représente qui était attaquée, pas le peuple allemand qui subit aussi cette politique avec une forte augmentation de la pauvreté en Allemagne et la récession comme conséquence pour l’avenir) et un manque de respect pour les militants qui vont s’emparer de ce texte et l’amender jusqu’au 16 juin, jour de la convention nationale sur l’Europe qui délivrera alors une position officielle du PS sur le sujet.

  • ce n’est pas Matignon qui a « imposé » d’enlever le Merkel bashing : la discussion de vendredi soir ayant amené un consensus sur le fait d’enlever les références inutiles à Merkel pour se concentrer sur le terme « conservateurs » qui dénonce une idéologie qui n’est pas le seul fait des allemands.

Lors de cette discussion, étant un représentant de la motion 4, Oser Plus Loin Plus Vite, motion conduite au congrès par Stéphane Hessel que nous regrettons tous, motion portée par des militants, je n’aurais pu que m’opposer à un diktat de Matignon sur un texte qui doit être l’émanation de la démocratie interne au sein du parti socialiste.

Socialistes, nous sommes favorables au gouvernement actuel. Nous pouvons avoir des divergences sur les moyens utilisés, mais l’objectif est commun : améliorer la vie de TOUS les citoyens.

Le gouvernement tient compte de tous les avis et pas seulement de ceux des socialistes. Il gouverne la France et a ce devoir d’écoute.

Le Parti Socialiste a lui le devoir de porter un idéal et des propositions concrètes vers cet idéal. Les socialistes donnent des avis au gouvernement et ont une liberté que n’a pas le gouvernement. En tant que militant socialiste, je refuse de nous auto-censurer et de perdre cette liberté au nom du fait que le gouvernement est issu de nos rangs. En tant que militant socialiste, je jouis d’un droit d’indépendance et d’innovation magnifiquement incarné par Stéphane Hessel de son vivant.

Il m’aurait donc été insupportable que nous nous fassions dicter notre texte par qui que ce soit.

C’est pourquoi je peux témoigner du fait que le gouvernement n’a aucunement imposé son point de vue aux militants ce vendredi.

Par ailleurs, il est triste que les medias n’aient retenu que la dénonciation de ce que représente Angela Merkel cherchant à créer des divisions entre le gouvernement et les socialistes, et plus grave encore, entre allemands et français.

Ce texte est au contraire un appel à rassembler les européens. Nous dénonçons la politique des conservateurs qui oppose les peuples en les mettant en permanence en concurrence au profit des marchés. Ainsi ce texte dit que « Pour nous les socialistes, il n’y aura pas de répit tant que l’Europe n’aura pas renoué avec sa promesse originelle : une union qui, par la volonté et la solidarité, profite à tous en mobilisant chacun, loin de la concurrence de tous contre tous (…). C’est la bataille de la réorientation qui est menée par le Président de la République française depuis mai 2012 (…). »

Pour nous socialistes européens, nous devons mettre les peuples avant les marchés !

Ceci passe par un vrai budget européen alimenté par des ressources propres pour éviter les marchandages stériles entre états.

Ceci passe par un traité de l’Europe sociale qui permette la convergence vers le haut de nos modes de vie.

Ceci passe par une politique de réindustrialisation conjointe, solidaire, de l’Europe grâce à une reprise des grands projets européens comme nous avons eu pour l’agriculture ou l’aéronautique et que nous devons avoir en matière de transition écologique ou de droits aux personnes dépendantes.

Ceci passe par la prise en main des outils monétaires avec un changement du rôle de la BCE et en attendant l’utilisation du Mécanisme Européen de Stabilité pour marquer la solidarité et protéger de la spéculation tout en finançant la reprise d’activité que les marchés sont incapables de mettre en place.

Ceci passe par la démocratisation de l’Europe avec un rôle accru du Parlement Européen et encore par l’écoute des partenaires sociaux et associatifs.

Ceci passe par une vraie transition écologique proposant un nouveau modèle de développement refusant l’obsolescence programmée, favorisant l’éco-conception, l’économie circulaire, les circuits courts…

Ceci passe par une solidarité dans notre voix vers le monde.

Ce texte est très mobilisateur. Il est porteur d’espoir pour les socialistes et bien au-delà pour les peuples européens.

Ce texte aura pour vocation à proposer des orientations souvent déjà consensuelles auprès des socialistes européens qui sont proposeront un programme commun et un candidat commun aux prochaines élections européennes de mai 2014.

Voilà ce qu’il y a dans ce texte !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart