Thomas Pierret
Lecturer in Contemporary Islam, University of Edinburgh
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 sept. 2011

Le décès du Mufti d'Alep, coup dur pour l'opposition syrienne

Thomas Pierret
Lecturer in Contemporary Islam, University of Edinburgh
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Dr Ibrahim al-Salqini, Mufti d'Alep (1934-2011)

Ibrahim al-Salqini, Premier Mufti d'Alep, est décédé ce mardi 6 septembre d'une hémorragie cérébrale. Cette disparition constitue un coup dur pour l'opposition syrienne, qui perd de ce fait le soutien discret mais précieux d'une figure religieuse éminement respectée.

Né en 1934 dans une prestigieuse famille d'oulémas, al-Salqini s'illustre à la fois par une brillante carrière académique (il sera notamment doyen de la faculté de Charia de Damas) et par une posture politique indépendante. Lors des élections législatives de 1973, il est élu sur une liste soutenue par les Frères Musulmans et continuera par la suite à entretenir des liens étroits avec des opposants comme Ghassan al-Najjar, actuelle figure de proue du Courant Islamique Indépendant (coalition d'islamistes modérés) à Alep. Si al-Salqini est nommé Mufti de la ville en 2005, ce n'est donc pas, comme pour la plupart des hauts-dignitaires religieux syriens, en raison de sa loyauté sans faille au régime, mais parce que ce dernier cherche à séduire l'opinion conservatrice afin de faire face à la grave crise diplomatique provoquée par l'assassinat du Premier Ministre libanais Rafiq al-Hariri. 

Durant les premiers mois du soulèvement populaire de 2011, al-Salqini commence par faire profil bas avant de sortir de sa réserve au mois de mai. Il affirme alors que "celui qui pense qu'Alep est calme se trompe", manière de dire que si le régime ne met pas en oeuvre les réformes promises, la capitale du Nord pourrait, elle aussi, se mettre à manifester. Le mois suivant, le Mufti d'Alep prend une position plus radicale en apportant son soutien au projet de Congrès de Salut National, lequel se réunira finalement en juillet à Istanbul en présence de nombreux opposants. Al-Salqini ne renonce pas pour autant à son rôle de médiateur et rencontre personnellement le président Assad, auquel il demande de mettre fin à la répression. Les promesses du chef de l'Etat étant rapidement trahies par la sanglante offensive lancée en août contre la ville de Hama, le religieux sera le premier signataire d'une pétition publiée par les oulémas alépins pour dénoncer le bain de sang. 

Durant le Ramadan, ses positions valent à al-Salqini d'affronter de fortes pressions de la part de l'appareil sécuritaire. Par exemple, ce dernier exige,vainement, que le savant assiste au banquet organisé par Assad en l'honneur des hommes de religion, une initiative destinée à redorer le blason du régime aux yeux de l'opinion religieuse. Aux dires de Yasser al-Najjar, un opposant proche de Salqini, ces pressions auraient contribué à la dégradation de l'état de santé du savant. Le pouvoir n'ayant pas hésité à user de la violence pour intimider le clergé au cours des dernières semaines, la rumeur a tôt fait de se répandre selon laquelle le Mufti d'Alep aurait en réalité été assassiné. Lors de ses funérailles la foule crie d'ailleurs "par notre sang et notre âme, nous nous sacrifierons pour toi ô martyr". Lors de ces mêmes funérailles, des portraits du président Assad sont déchirés, preuve que si la mort d'al-Salqini prive l'opposition d'un allié de poids, elle aura néanmoins contribué a l'érosion du "mur de la peur" dans la capitale du Nord.

Le cercueil d'al-Salqini porté par la foule à la mosquée des Omeyyades d'Alep 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse