Thomas Pierret
Lecturer in Contemporary Islam, University of Edinburgh
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 févr. 2012

Assassinat d'un "cheikh du pouvoir" à Damas

Thomas Pierret
Lecturer in Contemporary Islam, University of Edinburgh
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© HananNoura

Si rares sont les oulémas de Damas qui ont osé critiquer ouvertement la répression menée par le régime baasiste depuis mars 2011 (1), rares sont également ceux qui ont accepté de se prêter au jeu de la propagande officielle en dénonçant le soulèvement comme le fruit d'un complot étranger. Ces "oulémas du pouvoir" sont désormais encore moins nombreux après l'assassinat hier à Damas du cheikh Ahmad Sadiq, prêcheur de la mosquée Anas bin Malik. Sadiq est la seconde personnalité religieuse proche du régime à être assassinée depuis le début de la révolution, le Grand Mufti Ahmad Hassoun ayant déjà perdu son fils Sariya dans des circonstances similaires en octobre dernier. 

Certains opposants accusent les autorités d'avoir liquidé Sadiq en raison d'un différend concernant le montant demandé par le clerc aux mukhabarat (services de renseignement) en échange d'informations sur les milieux contestataires. Cependant, cette version des faits illustre bien le fait que la victime faisait l'objet, dans les milieux hostiles au régime, d'une haine qui lui a sans doute été fatale.

Sadiq n'a pas attendu mars 2011 pour devenir l'une des figures les plus haïes de la scène religieuse damascène. Au milieu des années 2000, âgé d'à peine trente ans (il est né en 1975), il se voit confier la chaire d'une grande mosquée de la capitale et compte parmi les prêcheurs qui se relaient chaque vendredi à la prestigieuse mosquée des Omeyyades (2). En 2006, il reçoit même l'insigne honneur de prononcer le sermon de l'Aïd en présence du président Assad. 

Cette carrière fulgurante ne doit pas grand chose au curriculum de l'intéressé, largement perçu comme un "prétendu cheikh" (mustachyikh) parce que, comme nombre de clercs proches du pouvoir, il est titulaire d'un diplôme de complaisance délivré par une université pakistanaise. Son ascension résulte plutôt de liens étroits avec les mukhabarat. En 2007, un vieux cheikh du Midan se plaignait ainsi à l'auteur de ces lignes que Sadiq cherchait, grâce à ses relations, à l'écarter de sa mosquée pour en prendre le contrôle. A la même époque, la rumeur affirmait que son sermon devant le président avait coûté à Sadiq 200.000 livres syriennes. Cette réputation vaudra au clerc le statut peu enviable de "videur de mosquées" : il lui arrive ainsi de prêcher devant un public composé d’à peine une vingtaine de fidèles et ce au coeur d'un quartier, le Midan, connu pour sa profonde religiosité. 

Lorsque le soulèvement éclate en mars 2011, Sadiq adopte le comportement attendu des clients du régime en relayant les théories conspirationnistes de ce dernier. Toutefois, certains affirment que le clerc aurait également dénoncé des opposants aux autorités pendant la vague de contestation observée dans les mosquées de Damas en août 2011, un rôle de délateur qui lui vaudra d'être qualifié d'uwayni ("collabo") et, sans doute, de connaître la fin tragique qui fut la sienne hier. 

NB: la vidéo qui accompagne ce billet est un montage réalisé par des partisans du régime en hommage à Ahmad Sadiq

NOTES

(1) Voir mon précédent billet sur les oulémas contestataires.

(2) Ce système de rotation à pris fin en 2008 lorsque la chaire des Omeyyades a été confiée au Dr Said Ramadan al-Buti.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal