Thomas Saint-Cricq
Journaliste à Mediapart

1 Billets

0 Édition

Lien 21 déc. 2015

Les Indignés de la rue au Congrès

Il y a quatre ans et demi, des milliers d'Indignés campaient Puerta del Sol à Madrid. 69 d'entre eux siègent désormais au parlement espagnol et, par le jeu des alliances, restent incontournables pour quiconque souhaitant gouverner. La colère spontanée des Indignés s'est structurée. Durant 4 mois nous avons suivi plusieurs de ces mouvements pour comprendre leur mutation.

Thomas Saint-Cricq
Journaliste à Mediapart

http://www.espagne-indignee.com/

Fini l'indignation, place à la négociation. Ce 20 décembre, l'entrée spectaculaire de Podemos au Parlement marque la fin de trente ans de démocratie bipartite, où les formations issues de la transition post-franquiste prenait tour à tour le pouvoir.

Avec 20,7% des voix récoltées, la formation de Pablo Iglesias n'a pas réalisé le coup de balai qu'elle espérait. Mais l'entrée de 69 députés issus de la société civile, professeurs, avocats ou simples militants associatifs, met le bloc de droite d'un côté, parti socialiste de l'autre, en minorité. Pour gouverner, il faudra désormais sceller d’improbables alliances entre partis de droite (Partido Popoular, Ciudadanos) et nationalistes basques du PNV ; bloc de gauche (PSOE, Podemos, IU) et indépendantistes catalans ; ou bien un pacte contre-nature dans une grande coalition à l'allemande réunissant conservateurs du PP et socialistes du PSOE.

Pablo Iglesias et l'état major de Podemos après les résultats le 20 décembre © Amandine Sanial

Une Espagne nouvelle

Le bipartisme à l'espagnole est enterré. Il appartient au passé. L'indignation de masse aussi. Les mouvements de contestations spontanés apparus le 15 mai 2011 sur la Puerta del Sol à Madrid (appelé ici le 15-M) avaient essaimés dans tout le pays. Mal-logement, précarité, inégalité entre les sexes, dénonciation de la corruption, ces mouvements rassemblaient toutes les luttes pour mettre fin à un système à bout de souffle. Ces Indignés ont déserté les rues espagnoles depuis plus d'un an. Mis à part quelques sursauts comme le 7N, la marche contre les violences machistes en novembre, les grandes protestations peinaient à rassembler la foule des grands jours comme au lendemain du 15-M.

Les Indignés n'avaient pas abandonné. Ils se structuraient. Pierre par pierre, certaines de ses composantes participent à la construction d'une Espagne nouvelle. Par ici, le 15MparaRato, un groupe d'activistes webs, rencontrés durant la 15-M, s'est mis en tête de traquer la corruption. En silence et derrière leur écran, ces huit activistes ont fondé un Wikileaks ibérique et réuni suffisamment de preuves pour faire inculper Rodrigo Rato, figure historique du PP, ex-président du FMI et ancien numéro deux gouvernement. L'affaire a fait de la lutte contre la corruption un sujet prioritaire aux yeux de l'opinion.

Par là, la Plataforma de Afectados por la Hypotheca (PAH), un collectif catalan pour le droit au logement qui s'est propagé dans toute l'Espagne lors de l'apparition des Indignés. Avec ces 260 antennes, ce collectif d'inspiration libertaire prône des méthodes musclées : occupation de banques, recours au squat de logements vacants, actions coup de poing au Parlement. En coulisse ces deux dernières années, la PAH a fait condamner une poignée de banques, et voter une série de lois renforçant le droit au logement dans plusieurs parlements régionaux. Son ancienne porte-parole, Ada Colau, est désormais maire de Barcelone.

Enfin, en janvier 2014 est apparu Podemos. Fondés par des professeurs de sciences politiques issus du 15-M, le parti revendiquait vouloir « convertir l'indignation en changement politique » dès sa création. Grâce à une série d'alliances avec des personnalités locales issues de la société civile, le mouvement avait déjà conquis les plus grandes villes du pays aux élections municipales de juin 2014. Il rêve de se muer en machine électorale classique, prête demain à gouverner, tout en conciliant l'esprit novateur et égalitaire des Indignés.

Ces mouvements passés du bitume à la table des négociations, de l'action coup de poing à la barre des tribunaux, nous les avons suivis pendant quatre mois. Jeunes journalistes indépendants de 25 à 17 ans, nous avons voulus comprendre comment ces citoyens, parfois à peine plus âgés que nous, pouvaient rénover profondément leur pays et leur démocratie. Comment se structurer quand on vient de la rue ? Comment y parvenir au sein même du système sans trahir ses idéaux initiaux ? Nous avons tenté de répondre à ces questions, modestement, et de manière indépendante à travers une série de reportages, dans les pas de ces Indignés.

Vous pouvez lire nos séries d'articles sur notre site :www.espagne-indignee.com

captureecranpodem © Crédits A. Sanial. AO/LF/TSC

 Amandine Sanial, Adrien Ortavent, Ludovic Ferro et Thomas Saint-Cricq

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS