Thomas Schauder
Professeur de philosophie
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 avr. 2017

Le retour du naturel (au galop)

La déclaration de Marine Le Pen sur le Vél' d'hiv n'est ni une erreur de communication, ni un "retour du refoulé" de l'Extrême-Droite.

Thomas Schauder
Professeur de philosophie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La déclaration de Marine Le Pen selon laquelle « la France n'est pas responsable » de la rafle du Vél' d'Hiv (LCI, 9 avril) a déclenché la polémique. Macron en a profité pour rappeler qu'elle est la fille de son père (comme si l'idéologie était génétique, ce qui est bien une position d'extrême droite). Dupont-Aignan et Cheminade la soutiennent à demi-mots, critiquant « la repentance » et empruntant les pantoufles du Général. Fillon rappelle que le FN est historiquement plus proche de Vichy que de Londres. Les éditorialistes se déchaînent, et votre serviteur se fend ici-même de son petit commentaire.

Marine Le Pen est dans une situation très délicate : comment plaire à la fois à la vieille droite traditionaliste ultra-catholique et aux anciens communistes du Bassin Minier ? A force de faire de grands mouvements vers la gauche, n'était-elle pas un peu obligée de se rééquilibrer vers la droite ? C'est à cela que sert une telle saillie : à rassurer la vieille canaille raciste et antisémite qui craint que son parti ne soit devenu un repère de « gauchiasses ». Qu'importe si on fait appel à De Gaulle pour plaire aux amis de Pétain. Qu'importe si on divise la France en deux sous prétexte de l'unifier. Et surtout : tant pis si cette discussion est réglée depuis longtemps.

C'est là que réside le talent de la candidate du Front National, et c'est en même temps la caractéristique principale des mouvements populistes contemporains : rouvrir des discussions qui n'ont plus lieu d'être, débattre sur ce qui fait consensus, ouvrir des plaies cicatrisées tout en prétendant qu'elles ne le sont pas. Droit à l'IVG, féminisme, multi-culturalisme… bientôt nous n'aurons plus qu'à refaire le procès de Dreyfus ou de Galilée, tant le populisme a du mal à gérer le principe de réalité.

La France a reconnu, par la voix de Jacques Chirac d'abord, sa propre responsabilité dans la rafle du Vél' d'Hiv. C'est tout. Il n'y a rien à rajouter à cela. Peut-on imaginer un combat plus arrière-gardiste que celui contre la « repentance » ? Il est vrai que ce n'est pas plus absurde que de confondre, comme Manuel Valls, « expliquer » et « excuser »...

Une petite odeur de rance flotte sur l'Histoire de France, et sur les termes même « Histoire » et « France ». L'Histoire doit-elle être un récit mythique, glorifiant ses héros et passant sous silence ses bourreaux ? La France est-elle un territoire, un État ou bien une morale ? Le principal problème – et la principale cause du succès du FN – est selon moi le manque de clarté avec lequel ces concepts sont maniés et pensés. Dire que « la France n'est pas responsable » est finalement aussi absurde de dire qu'elle l'est, car tout dépend de ce qu'on met derrière ce terme. Pour moi, la France est un ensemble d'institutions. Vichy n'est donc pas moins la France que la dynastie capétienne. Mais la pensée des Le Pen et autres Dupont-Aignan s'appuie sur ce merveilleux syllogisme :

 La France, ce sont les Gentils

Or les rafles, c'est Méchant

Donc la France n'est pas responsable des rafles.

C'est pour cela que, personnellement, je ne comprends même pas qu'il puisse y avoir polémique : je trace une frontière très nette entre morale et Histoire. Donc je ne me « repends » pas quand je dis que la France a joué un rôle dans l'esclavage, la colonisation, la Shoah, etc. J'explique, je constate, j'en tire des leçons pour le futur de mon pays. La France et son histoire, ce n'est ni le Bien, ni le Mal. Sans la distinction entre les concepts, sans un raisonnement bien construit, la politique se résume à une cours de récréation : « Maîtresse, Marine elle est méchante ! - Mais lui il a dit que la France c'était caca » ! Pitoyable.

La vérité est que ce pseudo-débat vise à nous enfumer : polémiquons sans cesse sur un événement historique que personne n'avait l'idée de remettre en doute. Pendant ce temps, on ne parlera pas du programme nationaliste, ultra-libéral et anti-humaniste du Front National. Et on laissera Fillon et Macron se refaire une virginité à peu de frais. A deux semaines du premier tour, ce n'est pas complètement absurde de réfléchir à l'avenir plutôt qu'au passé...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Massacre aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut