Thomas Schauder
Professeur de philosophie
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2018

A quoi sert le mouvement des lycéens ?

L’instruction politique naît dans l’action, et les grèves permettent d’intéresser les jeunes aux affaires publiques, remarque Thomas Schauder, professeur de philosophie dans un lycée de Troyes.

Thomas Schauder
Professeur de philosophie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La chronique philo, par Thomas Schauder. Alors que certains lycéens voient leurs parents occuper des ronds-points ou se confronter aux forces de l’ordre, une partie de la jeunesse française veut se faire entendre. Comme à chaque mobilisation de ce type, ces jeunes doivent faire face à un problème de légitimité. Ce mouvement est-il justifié ? Le lycée est-il un outil de travail ? Un lycéen peut-il être gréviste ? Mais surtout, ces jeunes ne chercheraient-ils pas simplement une bonne excuse pour sécher les cours ? Ami·e lycéen·ne, voici quelques réponses pour affirmer ton droit d’être en désaccord.

Lire : Lycéens et étudiants rejoignent les « gilets jaunes » dans le rejet de la Macronie

On reproche souvent aux jeunes de ne pas savoir pourquoi ils mènent ces actions, ou d’avoir seulement envie de tout casser. Il faut commencer par distinguer les fins et les moyens : les manifestations, les blocages, voire les actes de dégradation ne sont que des moyens pour se faire voir et entendre.

Certains peuvent s’interroger sur l’efficacité de ces moyens, car si le blocage d’une route perturbe le trafic et une grève fait perdre de l’argent à un patron, quels effets d’ampleur une grève lycéenne ou étudiante pourrait-elle bien provoquer ? On pourrait retourner la question : si cela n’avait aucun effet, pourquoi emploierait-on un dispositif policier comme celui du 6 décembre à Mantes-la-Jolie ?

Lire : Vidéo des lycéens à Mantes-la-Jolie : « On peut l’interpréter comme un acte de vengeance »

Choquer pour dissuader

Comme tout un chacun, je suis choqué qu’on mette le feu devant un établissement scolaire, et je pense qu’il faut rappeler à l’ordre ceux qui mettent les autres en danger. Mais la vidéo que nous avons vue contient un message : il s’agit d’impressionner, de choquer, pour dissuader. En réalité, la jeunesse éduquée de France, durement touchée par le chômage et inquiète de l’avenir, est bien moins consciente de sa propre puissance que le pouvoir qui fait semblant de ne pas l’entendre.

Il y a des étudiants très conscients de ce qu’ils font dans ce mouvement

Plus profondément, que répondre à ceux qui affirment que les jeunes ne défendent aucune cause, qu’ils n’ont pas de conscience politique et qu’ils n’ont donc aucune bonne raison d’être là ? D’abord, qu’il faut les écouter : il y a des lycéens et des étudiants très conscients de ce qu’ils font dans ce mouvement.

Le constat avait été le même lors de la dernière présidentielle. Le taux d’abstention élevé des moins de 30 ans ne signifie pas qu’ils sont dépolitisés, mais qu’ils ne trouvent pas une offre politique susceptible de les représenter (le mouvement des « gilets jaunes » est d’ailleurs l’un des symptômes de cette crise de la représentation).

Là encore, nous pouvons retourner le problème : comment se fait-il qu’on reproche aux jeunes de ne rien connaître à la vie politique et « en même temps » qu’on exige d’eux de se mobiliser aux urnes ? Préférons-nous qu’ils votent en troupeau, sans rien savoir des tenants et aboutissants de leur choix ?

La conscience naît dans la pratique

A cet égard, l’institution scolaire a une responsabilité ; celle-ci est censée permettre à chacun « de développer sa personnalité, d’élever son niveau de formation initiale et continue, de s’insérer dans la vie sociale et professionnelle, d’exercer sa citoyenneté » (selon le code de l’éducation). Or, la citoyenneté n’est rien sans une éducation politique. C’est pourquoi Condorcet estime, dans ses Cinq Mémoires sur l’instruction publique, que celle-ci devait être assurée tout au long de la vie.

« Il faut que chaque homme soit instruit des nouvelles lois qui sont proposées ou promulguées (…) Comment sans cette instruction pourrait-il connaître les hommes par qui sa patrie est gouvernée et (…) savoir quels biens ou quels maux on lui prépare ? Comment sans cela une nation ne resterait-elle pas divisée en deux classes, dont l’une, servant à l’autre de guide (…) exigerait une obéissance vraiment passive, puisqu’elle serait aveugle ? Et que deviendrait alors le peuple, sinon un amas d’instruments dociles ? »

Aujourd’hui, l’instruction politique que Condorcet appelait de ses vœux ne se fait plus verticalement par l’école, le parti ou le syndicat. Par comparaison, les étudiants de Mai 68 avaient reçu une instruction politique très forte et beaucoup avaient lu Marx, Trotski ou Mao. En revanche, ils n’étaient souvent pas armés pour remettre ces dogmes en question.

Cette instruction politique, en revanche, peut naître dans l’action : en discutant avec les autres grévistes, en réfléchissant aux désaccords et aux revendications, en apprenant les chants et les slogans… C’est ainsi qu’un élève qui, initialement, faisait peut-être grève pour ne pas aller en cours commence à s’interroger, et se forge un début de conscience politique.

Quand des adultes reprochent aux lycéens de ne pas être à leur place, c’est profondément injuste. Ces jeunes ne font-ils pas partie de la société ? Ne subissent-ils pas comme les autres les effets des décisions politiques ?

Et quand bien même ils ne sauraient pas pourquoi ils manifestent, quel militant, même parmi les plus chevronnés, n’a pas commencé comme eux ? Qui n’a jamais manifesté pour accompagner quelqu’un, séduire un·e camarade, ou faire comme le voisin ? Que certains lycéens en profitent pour se décharger de leur violence est aussi regrettable qu’inévitable. Mais qu’on se réjouisse, plutôt, de voir des jeunes se mobiliser pour autre chose que pour consommer des gadgets inutiles ou acclamer d’éphémères starlettes !

(Article initialement paru sur Le Monde Campus le 12 décembre 2018)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Libertés fondamentales : Gérald Darmanin désavoué par le conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone