Thomas Schauder
Professeur de philosophie
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2019

« Parcoursup oblige les jeunes à devenir adulte trop tôt »

L’angoisse que provoque la plate-forme chez les lycéens est le symptôme d’une société de concurrence, où l’échec ne serait attribuable qu’à soi, affirme Thomas Schauder, professeur de philosophie, dans sa chronique bimensuelle.

Thomas Schauder
Professeur de philosophie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chronique Philo d’actu, par Thomas Schauder. Quand on travaille dans un lycée, le mois de janvier n’est pas seulement la saison de la galette des rois et de la rhino-pharyngite : c’est la période des journées portes ouvertes, des Salons de l’orientation, et de la réouverture de Parcoursup. Il faudra répondre à l’angoisse des parents, courir après les élèves pour leur rappeler de formuler des vœux, excuser leurs absences parce qu’ils doivent visiter un IUT [institut universitaire de technologie] à 500 kilomètres de chez eux… On oublierait presque que nous sommes censés leur faire cours !

Les journaux ont insisté sur le stress, voire l’angoisse, que provoque chez les lycéens la procédure Parcoursup. De fait, elle se présente comme un parcours d’obstacles. L’opacité des critères réels de sélection a été dénoncée par le Défenseur des droits, Jacques Toubon. Et il faut prendre en compte le contexte : disparition annoncée des CIO (centres d’information et d’orientation), « psy-EN » (psychologues scolaires et conseillers d’orientation de l’éducation nationale) en sous-effectif – alors que leur métier consiste à informer et aider les lycéens. L’apparition d’un second professeur principal chargé de l’orientation, en terminale, fait l’impression d’un emplâtre sur une jambe de bois, malgré la bonne volonté des enseignants. Le risque, une fois de plus, est que les élèves au capital culturel et social le plus élevé tirent leur épingle du jeu, au détriment des autres.

Au-delà de Parcoursup, c’est le problème du rapport de la jeunesse à son avenir qu’il faut poser. Avec la réforme du lycée et la loi ORE (relative à l’orientation et à la réussite des étudiants), on demande aux lycéens de se conformer de plus en plus à une logique de projet (littéralement : se jeter en avant). On fait peser sur les épaules d’élèves de seconde la responsabilité d’un choix déterminant pour toute la suite des études. Comment voulez-vous que les enfants (que sont les lycéens, ne l’oublions pas) ne soient pas angoissés ?

Rentabilité du parcours

Tout se passe comme si le monde des adultes entrait de plus en plus tôt dans le monde des enfants. Ce processus n’est bien sûr pas nouveau, et il ne se limite pas à la question de l’orientation : par exemple, leur smartphone leur donne accès à la totalité des informations disponibles sur Internet, sans aucun filtre (1).

Dans ce contexte, l’insistance sur le projet plutôt que sur l’ici et maintenant apporte une dimension supplémentaire : celle de la rentabilité du parcours. Il ne s’agit pas de faire quelque chose parce qu’on trouve ça intéressant, mais parce que c’est utile. « L’Homo œconomicus entrepreneur de lui-même » n’a pas de temps à perdre, car le temps, c’est de l’argent.

Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un coup d’œil au dernier numéro de l’année 2018 du magazine Challenges, titré « La vraie cote 2019 des diplômes – Ceux qui assurent un emploi », dont le dossier fait la part belle aux grandes écoles, sans toujours préciser le coût total de la scolarité ni si ces établissements sont publics ou bien privés.

Même Gilles Roussel, président de la Conférence des présidents d’université (CPU), a invoqué la nécessité des « plates-formes numériques » et de « la pédagogie en mode projet ». M. Roussel essaie ainsi de vanter la « valeur » des formations universitaires, mises en concurrence sur le marché de l’éducation. Pour un lecteur de Challenges, « numérique, projet et réforme » forment un triptyque dans lequel il a confiance.

On me répondra peut-être qu’il s’agit là d’un ajustement nécessaire du système éducatif à la marche du monde actuel. Le « There is no alternative » invoqué naguère par Margaret Thatcher a de beaux jours devant lui. Mais justement, l’éducation ne devrait-elle pas plutôt échapper à cette logique tayloriste et managériale ? Dans son livre Bullshit Jobs, David Graeber s’interroge sur l’attitude consistant à pousser les jeunes à chercher du travail, même si ce n’est qu’un « job à la con », et même si celui-ci nuit à leurs études à cause du temps et des efforts qu’il coûte. « C’est troublant – d’autant plus troublant que cette attitude paraît extrêmement répandue. Cela n’a pas toujours été le cas. Il fut un temps où […] l’on voyait d’un bon œil qu’il y ait dans la vie de ces jeunes gens quelques années au cours desquelles l’argent ne serait pas la motivation première, les laissant libres de poursuivre d’autres valeurs : la philosophie, la poésie, le sport, les expérimentations sexuelles, les états modifiés de conscience, la politique, l’histoire de l’art occidental… Aujourd’hui, ce qui compte, c’est qu’ils bossent. Que ce soit à quelque chose d’utile ou non n’a aucune espèce d’importance. » (2)

L’angoisse que provoque Parcoursup chez les lycéens n’est que le symptôme d’une société de concurrence, de réseaux et de projets (3). Une société dont ils doivent comprendre les mécanismes, s’y adapter rapidement et les maîtriser efficacement. Toute la rhétorique sur la liberté de choix ne fait que renforcer le poids de la responsabilité : si tu échoues, ce sera de ta faute, et de ta faute uniquement. Comme l’écrivait Hannah Arendt : « C’est comme si, chaque jour, les parents disaient : (…) vous devez essayer de faire de votre mieux pour vous en tirer ; de toute façon vous n’avez pas de comptes à nous demander. Nous sommes innocents, nous nous lavons les mains de votre sort. » (4)

(1) C. et T. Schauder, « Menaces sur l’intime et construction de la subjectivité » in Cliniques méditerranéennes n° 98, Erès, 2018.

(2) D. Graeber, Bullshit Jobs, Les liens qui libèrent, 2018.

(3) L. Boltanski et E. Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Gallimard, 1999.

(4) H. Arendt, « La Crise de l’éducation » in La Crise de la culture, Gallimard, 1972.

(Article initialement paru sur le site internet Le Monde Campus le 24 janvier 2019. Plus d'infos sur mon site internet : thomasschauder.fr)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal
Un policier pariait en ligne avec les cartes bleues de gardés à vue, le parquet veut un procès
L’enquête, ouverte après la plainte d’une jeune femme délestée de 500 euros, a permis d’identifier six victimes au sein du commissariat du Xe arrondissement de Paris. Un adjoint de sécurité, licencié depuis, a reconnu les faits. Le parquet requiert son renvoi devant le tribunal correctionnel pour « escroqueries ». 
par Cécile Hautefeuille et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse