Esquisse de plaidoyer pour Pénélope ...

Esquisse d'un plaidoyer en défense concernant cette malheureuse Pénélope FILLON (en vue d'une éventuelle pétition).

"Halte aux cadences infernales et à l'exploitation éhontée de la femme En pleurs... halte au coup du père François ! (voir l'article d'Hubert HUERTAS) 

Médiapartiennes, Médiapartiens, faisons cause commune en défense des intérêts de Madame FILLON, cette nouvelle Cosette qui échappe par soumission à toutes les règles qui régissent le code du travail, car quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup ... et le ténébreux aux mocassins à glands est un expert en embrouilles, il avance masqué derrière l'association "les femmes avec Fillon", ce rassemblement d'intégristes et de masochistes consentantes. En outre il fait porter le chapeau à sa femme.

Méfiance donc face à ce gribouille, défendons nos femmes - mère, épouse, fill(e)s, et nos maîtresses, (rayer la dernière mention si inutile), ainsi que notre droit personnel à la paresse et aux loisirs, pas plus de 35 heures payées 35.     

Selon lui le calcul pour une juste durée hebdomadaires des heures travaillées par les "pue-la-sueur" des deux sexes relève d'une logique imparable, c'est même vérifiable sur le terrain. Tant pis si cela vous déplaît, c'est le choix de notre tartineur de rillettes :  48h00 maxi.   Son calcul ne vous paraît pas clair ? 

Résumons, il prend un exemple très concret, le temps de travail de sa femme Pénélope, la pôvrette*, comme référence. Sa journée en semaine commence par une astreinte pour assurer la veille téléphonique, ouvrir le courrier courant du couple, regarder sur le net pour faire suivre au grand chef les messages en les adaptant à la sauce Tweeter, pour épargner ses yeux s'il est de passage à la "Chambre" à Paris (il lit très mal sur son BlackBerry), soit 5 jours à 9 heures = 45 heures. Ajoutez-y 3 heures en fin de semaine pour écouter religieusement son mari, recevoir ses consignes et éventuellement lui répondre, soit au total 48 heures, le compte est bon !

Les heures supplémentaires non payées et non comptabilisées relèvent pour leur part d'une pratique en usage ... sous la royauté, qu'il entend remettre de saisons : les corvées.
Je vous épargne donc les heures passées dans le potager pour faire pousser les légumes bios de son mari, les courses à faire, les plats à mitonner pour le grand homme, et les nuits perturbées quand elle partage sa couche (il ronfle !), sans parler du temps passé à la messe ...  cette pauvre femme doit friser le burn out !   

Selon la rumeur, et les cancanements d'un journal satirique, ce scélérat aurait en outre ajouté à toutes ces tâches incombant à son épouse, et pour faire bon poids, des piges à la Revue des deux Mondes et des travaux es qualité d'Assistante Parlementaire, de quoi blanchir sous le harnais et tomber d'épuisement fronce les sourcils. Elle subit une totale dépendance, un syndrome bien décrit et chanté par Patachou : 
https://www.youtube.com/watch?v=Yy4CtSfYy_k

Pétitionnaire, à vos plumes, défendons l'honneur de Pénélope Fillon et donnons son congé à son mari avant qu'il ne soit trop tard. "

 HONNI SOIT QUI MAL Y PENSE.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.