ThomasDayan
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2014

Opéra de Rome, laboratoire de l'ultra libéralisme culturel

ThomasDayan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À l’issue d’une réunion de deux heures et demie, le conseil d’administration du Théâtre de l’Opéra de Rome, présidé par le Maire de la ville, a décidé le 2 octobre 2014 de licencier les 182 musiciens de l’orchestre et membres du chœur de cette institution, tout en en rejetant la faute sur les représentants syndicaux, coupables à leurs yeux de n’avoir pas souscrit au plan d’économie de la direction et de la municipalité.

 Bien que le plan ait en réalité été accepté par la majorité des personnels, la direction justifie sa décision par le fait qu’un certain nombre de musiciens y auraient été hostiles, insinuant par ailleurs – sans la moindre preuve – que le départ précipité du chef Ricardo Muti serait imputable aux musiciens qui avaient osé se mettre en grève pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail.

 La décision prise par la direction de l’Opéra et la Mairie de Rome avec le soutien du ministre de la Culture, consiste à supprimer tous les emplois artistiques pour les sous-traiter à une coopérative que les artistes seraient encouragés à créer. D’après les syndicats italiens, ce modèle intéresserait sept autres maisons d’opéra dans le pays. L’externalisation des emplois des musiciens aurait non seulement pour vertu de dégager l’administration de toutes les contraintes sociales liées à leurs contrats de travail, mais également de mettre en concurrence ces musiciens avec d’autres formations, permanentes ou pas, constituées de musiciens salariés ou indépendants, d’Italie ou d’autres parties du monde. Lorsque l’on sait que le salaire moyen dans certains orchestres de l’est de l’Union européenne atteint à peine les 200 € par mois, que d’économies à réaliser sur le dos des musiciens !

 Le surintendant de l’Opéra de Rome n’a pas hésité à affirmer publiquement que cette mesure, inédite en Italie, ne ferait que reproduire une pratique courante dans d’autres capitales européennes telles que Paris, Londres ou Madrid. Il s’agit d’un mensonge pur et simple.

 La Fédération Internationale des Musiciens et ses fédérations sœurs (Fédération Internationale des Acteurs et UNI MEI) représentent les intérêts professionnels des travailleurs du spectacle vivant au niveau mondial. Les trois fédérations s’élèvent vigoureusement contre une telle mesure. Au-delà des drames humains qu’une telle mutation ne manquerait pas de provoquer, c’est la pérennité d’une institution musicale de renom international qui est en jeu. L’opéra et la musique symphonique sont constitutifs d’un patrimoine artistique commun, précieux et fragile, que plusieurs générations d’artistes ont contribué à construire et que nous devons pouvoir léguer à nos enfants. Transformer de grandes maisons d’opéra en théâtres garages dont la seule vocation serait d’accueillir à moindre coût des ensembles éphémères constituerait une grave régression culturelle.

 Nous ne pouvons pas accepter que l’opéra de Rome devienne le prototype d’une vision consumériste de l’art vivant ni risquer de voir essaimer ce concept délétère en Europe et au-delà.

 La FIM, la FIA et UNI-MEI ont publié le 13 octobre 2014 une lettre ouverte, à diffuser aussi largement que possible. De leur côté, les musiciens de l’opéra de Rome ont ouvert une pétition en ligne qui, le 14 octobre avait déjà recueilli plus de 19 000 signatures. Enfin, la FIM organise du 17 au 23 novembre 2014 une Semaine Internationale des Orchestres durant laquelle diverses actions sensibilisation interviendront à l’occasion des concerts et représentations. Pour dire non au vandalisme culturel, soutenons ces initiatives !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
À la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre