tieri.aime
Retraité de l'EN
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 déc. 2014

S'enfermer dans ses mots, dans ses maux, un message pour nous tous, des schizos

tieri.aime
Retraité de l'EN
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

        La pièce ABILAFAÏ LEPONEX, créée et jouée par la compagnie FOUIC*1, éclaire d'une manière questionnante, l'enfermement dans les mots à l'œuvre dans la schizophrénie. Elle nous donne à voir et entendre des comédiens interprétant «quatre schizophrènes aux frontières de la raison humaine, qui se côtoient, se frôlent, s'évitent, se rejettent entre les couloirs, les salles communes de leur centre de séjour, et leurs froids appartements thérapeutiques» (d'après les témoignages réels recueillis par une jeune psychologue entre 2006 et 2008).

       Spectateurs, nous sommes déjà captivés par le niveau de langage que ces schizophrènes utilisent, par leurs références indéniables de culture. Déjà, ils parlent entre eux, de leur vie d'avant ou envisagée pour la suite, pour évoquer des souvenirs douloureux, le plus souvent en lien avec leur environnement personnel, ils parlent dans les groupes de parole institutionnels, ils parlent avec leur psychiatre. Des mots, rien que des mots (le plus souvent de rejet parce qu'on ne les comprend pas, qu'ils font peur, qu'ils dérangent). Aragon finit son poème «Du peu de mots d'aimer», par ce vers : «les mots sont des oiseaux tués», laissant entendre que tant qu'ils sont présents à l'esprit, ils sont vifs, mais dès qu'on les prononce, ou les écrit, ou les posent sur un plateau de Scrabble, ils perdent cette vitalité. Ces mots si présents à leur bouche ne seraient ils alors qu'un exutoire à leurs pensées ravageuses ?

       Connaissent ils autre chose que ces mots, au regard de leurs quelques balbutiements à établir une relation réelle avec leurs comparses d'infortune ? Leur lieu de soin propose t-il autre chose que la parole*2 ? Connaissent ils autre chose avec leurs proches de famille ? . . . quasiment rien !

       Il faut entendre cette schizophrène, évoquer l'intense souvenir de ses temps de danse à l'adolescence. Là, pas de mots, mais « on se comprenait par le corps, par l'émotion, par la grâce du geste». Et cet autre qui aurait tant voulu entendre de sa mère, qu'elle l'aime, qu'elle l'aime encore . . . à lehurler. Mais l'amour, surtout maternel, n'est ce que des mots ? Où se trouvent les caresses, les câlins, les douces embrassades, bref le toucher, la chaleur du contact ? Et c'est ce que leur refuse, et leurs proches, et l'univers médical . . . que des mots, le plus souvent durs, le plus souvent de distance, codifiés.

        A une époque, «le maternage insolite» de Loczi*3, mettait concrètement en évidence, la nécessité de donner plus, que simplement garantir les besoins physiologiques aux bébés, afin de contrevenir le syndrome de l'hospitalisme : établir une vraie relation individuelle, basée sur la parole, mais aussi le toucher, et surtout seulement 2 à 3 mêmes puéricultrices par bébé. BESOIN, c'est en lettres capitales, que ces schizophrènes nous donnent à voir. Leurs besoins, mais les savent ils ? Empêtrés dans le système de conventions généralisées, à l'œuvre dans les familles, dans les hôpitaux, dans toute la société, eux qui résistent, sans le savoir, à tout ça (mais peut être pas que, cf l'adresse au Directeur du centre), car ils sont bien incapables de s'y conformer, à leurs corps défendant, à leur corps souffrant.

        «On voit toujours la violence du torrent, jamais celle des berges qui l'enserrent». Mis depuis tout leur temps sous cette pression calamiteuse, alors ils ne leur restent que les mots, ceux qu'ils essayent de contrôler, mais aussi ceux des voix qu'ils entendent (et c'est la voix de la mère, du père), et les hallucinations, le tout terreau fertile de leurs obsessions, de leurs naufrages.

         Rendons de l'humanité à ces gens pleins d'une vie qui ne sait pas par où passer, relevons les à la dignité humaine, rompons avec le face à face soignants/soignés, et plus sûrement qu'avec les médicaments (judicieusement nécessaires pour se protéger en période de crise – pas pour assommer, pas pour dévitaliser, pas pour «lobotomiser»), alors ils pourront commencer un chemin de réhabilitation. Ce chemin n'amènera pas à la guérison, mais il peut permettre au schizophrène de conquérir des espaces de liberté, de se conforter dans ses pouvoirs en jachère ou à venir . . . à moins que sa résolution intime soit de rester dans son état.

        Il est admis maintenant que «ces malades sont le miroir de nos propres existences», que d'après B. Quentin*4, la différence fait apprendre, ouvre son champs de conscience. Alors adoptons l'adage « se laisser transformer par un engagement ». Celui d'aider, pour lui, celui qu'on aime et qui souffre, celui d'accepter le retour sur soi qu'il nous engage à faire.

Et alors, nous œuvrerons pour une société pour tous et élargirons ainsi notre espace de vie

leclairobscur - 6 décembre 2014

*1 - http://www.fouic.fr/

*2 - On se doute que des activités corporelles et artistiques sont organisées pour eux . . jusqu'à quel point réel?

*3 - Institut Pikler - Budapest- http://www.psy.be/famille/fr/enfants/loczy-maternage-insolite.htm

*4- La philosophie face au handicap physique de Bertrand Quentin

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux