Le règne des médiocres

Ma première contribution sera de nouveau un article d'Uri Avnery, personnage de la gauche israélienne qui réfléchit aujourd'hui sur les derniers évènements survenus en Europe. Sa réflexion sur ces évènements l’amène à réfléchir aussi bien sur Israël que sur l’Europe.

J’ai commencé ce blog il y a plusieurs années pour faire connaitre les militants pour la paix des deux côtés en Israël et en Palestine et plus particulièrement pour donner à entendre la voix de la gauche israélienne. Ce sont eux que j’ai appelé les tisseurs de paix.
J’ai reçu ici des commentaires nauséabonds, de haine anti « israélienne ». Des blogueurs obsessionnellement antijuifs répétant ad nauseam toujours les mêmes arguments. Trop obtus pour admettre que les éléments de critique de la politique israélienne sont diffusés par les militants de la gauche israélienne. Sans eux nous ne saurions pas la moitié de ce qui se passe. Alors pourquoi  les agonir d’injures.

Alors j’ai arrété le blog. Et puis je l’ai repris.

Et puis aujourd’hui il me semble qu’ici aussi nous avons besoin de « Tisseurs de paix ». Donc au-delà des informations sur Israël Palestine, j’interviendrais dorénavant également sur ce qui se passe ici, mais également plus généralement sur les évènements qui impactent nos vies ici.

Ma première contribution sera de nouveau un article d'Uri Avnery, personnage de la gauche israélienne qui réfléchit aujourd'hui sur les derniers évènements survenus en Europe. Sa réflexion  sur ces évènements l’amène à réfléchir aussi bien sur Israël que sur l’Europe.

J’espère que cela vous interessera

Uri Avnery

November 28, 2015

 

                        Le règne de l’absurdiotie

 

Le “ Terrorisme international” n’existe pas.

Cela n’a aucun sens de déclarer la guerre au “terrrorisme international”.  Les politiciens qui le font sont soit des fous soit des cyniques soit plus probablement les deux à la fois.

 

Le terrorisme est une arme. Au même titre qu’un canon. Cela nous ferait bien rire si quelqu’un déclarait la guerre à « l’armement international ».  Un canon fait partie d’une armée et sert les buts de cette armée. Le canon d’un camp tire sur le canon de l’autre camp.

 

Le terrorisme est un mode opératoire, souvent utilisé par les peuples opprimés, comme ce fut le cas pour la Résistance française agissant contre les Nazis pendant la seconde guerre mondiale. ( mais suffit il d’utiliser le terrorisme pour pouvoir appartenir à la catégorie des peuples opprimés ?  NDLR) Nous nous moquerions bien de celui qui déclarerait la guerre à la « résistance internationale ».     

 

Carl von Clausewitz, le théoricien militaire prussien déclara : “ la guerre est la continuation de la politique mais par une autre moyen”. S’il avait vécu jusqu’à aujourd’hui il pourrait avoir dit : « la Terrorisme est la continuation de la politique mais par d’autres moyens ».  

 

Au sens strict le Terrorisme signifie effrayer les victimes jusqu’à les faire se soumettre aux souhaits du terroriste.

 

Le Terrorisme est une arme. Généralement c’est l’arme des faibles. De ceux qui n’ont pas de bombes atomiques, -mais pas seulement- car cela a été aussi l’arme de ceux  qui ont lancé les bombes sur Hiroshima et Nagasaki qui amenèrent les japonais à se rendre. Ou comme l’avion qui détruisit Dresde  dans l’espoir ( vain) d’amener par la terreur les allemands à abandonner la guerre.

 

 

Dans la mesure ou les différents groups dans les différents pays utilisant le terrorisme ont des buts différents, souvent en contradiction les uns des autres, il n’existe pas d’internationale du terrorisme.  

Chaque action terroriste possède ses caractéristiques propres.

Sans oublier que personne ne se considère comme terroriste mais se voit plutôt comme un combattant de la liberté ou de la Religion ou autre.

 

(Je ne peux m’empecher de me citer  moi même lorsque il y a fort longtemps j’ai inventé la formule : “ Le terroriste de l’un est le combattant de la liberté de l’autre »

 

Nombreux sont les Israéliens qui ont pu ressentir une certaine satisfaction face aux évènements de Paris: « Pour une fois ces sacrés Européens savent ce que nous vivons tous les jours.

 

Binyamin Netanyahu, médiocre penseur mais brillant représentant de commerce a tout à coup eu l’idée d’inventer un lien direct entre le terrorisme jihadiste en Europe et le terrorisme Palestinien en Israel et dans les territoires occupés.

C’est un coup genial: Si les adolescents Palestiniens des attaques au couteau sont identiques aux jeunes belges  qui ont fait allégeance à Daesh, alors il n’y a plus de problème Israélo Palestinien, il n’y a plus d’occupation, il n’y a plus de colonisation. Il n’y a plus que des Musulmans fanatiques. ( Ce raisonnement ignore en passant les nombreux Chrétiens Arabes présents dans les organisations “terroristes” Palestiniennes laïques. . )

 

Tout cela n’a rien à voir avec la réalité. Les Palestiniens qui souhaitent combattre et mourir pour Allah vont en Syrie. Les Palestiniens – laïques ou religieux- qui , ces derniers jours, attaquent les soldats ou les civils Israéliens en leur tirant dessus, ou avec des couteaux ou en les écrasant avec leurs voitures veulent mettre fin à l’occupation et veulent un état indépendant.

 

Cela est tellement évident que même une personne avec un QI très bas, comme les membres du cabinet actuel peuvent le comprendre. Mais s’ils comprenaient ils devraient affronter des choix déplaisants sur le conflit israélo palestinien. Donc tenons nous en à la conclusion confortable: Ils veulent nous tuer parce qu’ils sont nés terroristes, parce qu’ils veulent obtenir au Paradis les 72 vierges, et parce qu’ils sont antisémites. Donc comme  Netanyahu l’a fort heureusment prédit nous « vivrons pour toujours par l’épée ».

 

 

Aussi tragique que soit tout évènement terroriste, la réaction Européenne n’en est pas moins quelque peu absurde.

 

Le sommet de l’absurdiotie a été atteint à Bruxelles lorsque un terroriste en  fuite a paralysé totalement une capitale pendant plusieurs jours sans qu’un seul coup de feu ait été tiré. Cela peut être considéré comme le succès ultime du terrorisme au sens le plus littéral : La peur a été utilisée comme une arme. .

.

 

La réaction à Paris n’a pas été beaucoup plus brillante. Il y a eu un grand nombre de victimes suite à cette épouvantable attaque, mais leur nombre est à peu près équivalent à celui des tués sur les routes de France en quelques week ends. Ce nombre est bien sûr loin de celui d’une heure de combat durant la deuxième geurre mondiale. Mais on ne peut pas raisonner raisonnablement sur ce sujet. Le Terrorisme fonctionne sur la perception des victimes.  

 

Il est invraisemblable que 10 individus médiocres avec des armes primitives parviennent  à provoquer une panique  à l’échelon mondial. Mais c’est ainsi. Boostés par les medias qui prospèrent sur de tels évènements , des évènements terroristes locaux deviennent aujourd’hui des menaces à l’échelon mondial.

Les media d’aujourd’hui sont devenus les meilleurs soutiens des terroristes. La terreur ne pourrait pas se répandre sans leur présence.

 

L’autre soutien du terroriste c’est le politicien. Il est presque impossible qu’un politicien résiste à la tentation d’enfourcher la vague de la panique. La panique génère l’ »unité nationale », le rêve de tout dirigeant. La panique génère le besoin d’un « chef fort ». Ceci est un instinct humain de base.

 

François Hollande en est un parfait exemple. Jusqu’à présent politicien médiocre mais très malin il a saisi l’opportunité de prendre la position du chef. "C'est la guerre!" a t il déclaré, déchainant ainsi une frénésie nationale. Bien sûr ce n’est pas « la guerre ». Ce n’est pas la troisième guerre mondiale. Juste une attaque terroriste perpétrée par un ennemi caché.

 

Il est vrai qu’une des révélations provoquée par ces évènements est l’incroyable stupidité de tous les chefs politiques. Ils ne comprennent rien au défi auquel ils doivent faire face. Ils réagissent à des dangers imaginaires  et ignorent les véritables dangers. Ils ne savent pas que faire. Alors ils font ce qui vient naturellement : ils font des discours, organisent des meetings et  décident de quelques bombardements ( qu’importent les cibles et les raisons. )

 

Ne comprenant rien à la maladie, leur remède est pis que le mal. Les bombardements  détruisent , les destructions créent de nouveaux ennemis qui ont soif de revanche. C’est finalement une aide directe aux terroristes.

 

C’était un triste spectacle de voir ces dirigeants du monde, ces chefs de nations puissantes, courir de tous côtés comme des souris dans un labyrinthe, de meeting en discours, proférant des affirmations dénuées de sens, totalement incapables de faire face à la crise.  

 

Il est vrai que le problème est beaucoup plus compliqué que ce que des esprits simples veulent croire. Il y a en effet un fait inhabituel : cette fois l’ennemi n’est pas une nation, ni un état, ni même un territoire mais une entité indéfinie: c’est à dire une idée, un état d’esprit, un mouvement qui s’ancre dans un territoire mais n’est pas véritablement un état.

 

Ce n’est pas un phénomène totalement nouveau: Il y a plus de cent ans le mouvement anarchiste faisait des actions terroristes partout sans avoir de base territoriale. Et il y a 900 ans une secte religieuse sans  base territoriale, les Assassins ( mot qui vient du terme Arabe fumeurs de hashich) a terrorisé le monde musulman.  

 

Je ne sais pas comment il faut combattre l’ Etat Islamique ( ou plutôt le Non Etat) Je ne pense pas que quiconque sache comment il faut faire. Surtout pas les imbéciles qui peuplent nos gouvernements.

 

Je ne suis pas sûr qu’une action armée terrestre pourrait détruire cette entité. Cette invasion semble peu probable. La coalition des réticents mise en place par les EU ne semble pas prête à « mettre les pieds sur le sol ». Les seules forces qui pourraient le faire, - les Iraniens et l’armée du gouvernement Syrien- sont détestés par les Américains et leurs alliés.

 

Si quiconque cherche un exemple de désorientation totale frisant la folie,  on peut le trouver dans l’incapacité des Etats Unis et des pouvoirs européens de faire leur choix entre l’axe Assad-Iran-Russie et le camp Daech-Arabie Saoudite-camp Sunnite. Il faut y ajouter le problème entre la Turquie et les  Kurdes le conflit Russo-turc et le conflit Israélien-Palestiniens et le tableau n’est pas encore complet.

 

(Pour ceux qui aiment l’histoire il y quelque chose de fascinant à voir ressurgir le vieux conflit entre la Russie et la Turquie dans ce nouveau contexte.)  

 

Quelqu’un a dit que la guerre était quelque chose de bien trop important pour la laisser aux généraux. La situation actuelle est beaucoup trop compliquée pour la laisser à des politiciens. Mais qui y a t-il d’autre ?

 

 

Les Israéliens pensent (comme d’habitude) qu’ils peuvent apprendre des choses au monde. Nous connaissons le terrorisme. Nous savons ce qu’il faut faire.

 

Le savons nous vraiment?

 

Cela fait des semaines maintenant que les Israéliens vivent dans la panique. A défaut d’un meilleur nom on l’appelle « la vague de terreur ». Tous les jours un, deux trois ou quatre gamins , y compris des enfants de 13 ans attaquent des Israéliens avec des couteaux ou leur roulent dessus avec leur voiture et sont généralement tués sur place. Notre célèbre armée a tout essayé y compris des représailles féroces contre les familles et des punitions collectives dans les villages, tout cela en vain.

 

Il s’agit d’actes individuels assez spontanés et donc impossible à prévenir. Ce n’est pas un problème militaire. Le problème est politique et psychologique.

 

Netanyahu essaie , comme Hollande et les autres,  d’enfourcher la vague. Il cite la Shoah ( comparant un gamin de 16 ans venant de Hebron à un officier SS à Auschitz)  et parle sans cesse d’antisémitisme.  

 

Tout cela pour tenter de masquer un fait évident : l’occupation  et les tracasseries infligées aux Palestiniens, tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes. Certains ministres ne se cachent même plus de vouloir annexer la Cisjordanie ni même de souhaiter chasser les Palestiniens de leur patrie.

 

Il n’y a aucun lien entre le terrorisme de Daesh dans le monde et la lutte des Palestiniens pour leur état. Mais si ce problème n’est pas résolu, à la fin, les problèmes vont se rejoindre et  Daesh devenu beaucoup plus puissant va s’unir au reste du monde Musulman, comme le fit jadis Saladin,  pour faire face aux  nouveaux croisés que nous sommes en train de devenir à leurs yeux. 

 

Si j’étais croyant je murmurerais ; que  Dieu nous garde. .

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.