La culture des révolvers

Prôner la culture de la guerre, c'est faire la guerre à la culture.

 

Ne vous y trompez pas,

Fabriquer des bombes, c’est un manque de culture,

Faire la guerre, c’est un manque de culture.

Jouer les gros bras, les gros boutons, les potentats,

User de violence ou d’attentats, c’est un manque de culture.

Qu’on écrase les faibles ou qu’on se soumette à leurs dictats,

Obéir à des brutes, tout cela c’est le résultat

D’un énorme manque de culture.

 

Qu’est-ce qu’alors la culture en dehors de notre sauvage nature ?

On va vous le dire : c’est plus d’humanité fraternelle partagée,

C’est mieux se connaître soi-même dans sa complexité.

 

Oser parler d’une culture du viol, même au sens figuré,

C’est dévoiler la brutalité ancestrale qui habite l’humanité

Et que nous croyions avoir vaincue, circonscrite à jamais

Parce que nous l’avions réécrite en mille neuf cent quarante huit.

Mais les habitudes féroces ont la vie dure,

Surtout  quand l’argent facile coule en abondance

En fournissant  aux assassins de savants engins de guerre

En provenance d’usines ultramodernes, informatisées et à distance.

Voilà ce que vous osez appeler culture, alors que c’est son absolu contraire,

C’est le plus monstrueux manque de culture!

 

Culture veut dire respect, justice, efforts partagés, sympathies universelles,

Confiance et sécurité dans un monde, certes, divers, mais fraternel!

Ne vous y trompez pas,

La vraie  paix n’a jamais été faite par les gros bras,

La paix vient de la connaissance et de la fraternelle  confiance en soi.

 

                                                                                        Titirose   2018-06-13

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.