titirose
artiste pédagogique
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mars 2022

Refuser la guerre n'est pas un crime, c'est la guerre qui est un crime!

Déclaration de l'IRG - WRI : WAR RESISTERS INTERNATIONAL * L'INTERNATIONALE DES RÉSISTANTS A LA GUERRE

titirose
artiste pédagogique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Internationale des Résistants à la Guerre exprime sa solidarité avec toutes celles et ceux qui résistent à la guerre et  à ses causes.

Nous, les résistants à la guerre, tenons à souligner qu’aucune guerre quelle qu’elle soit n’a notre soutien et, en même temps, nous luttons pour supprimer toutes les causes de guerres.  Notre soutien et notre solidarité vont à toutes celles et à tous ceux qui résistent de manière non-violente à la guerre en Ukraine. Nous tenons à approuver le courage des personnes arrêtées récemment en Russie.

 I   -   La guerre en Ukraine se montre clairement  comme une invasion militaire par une puissance étrangère à laquelle s’opposent  des résistances aussi bien armées que non-violentes.  WRI exige une cessation immédiate de toute action militaire en Ukraine ainsi que le retrait de toutes les troupes russes vers la Russie. Nous condamnons  sévèrement toute activité guerrière et tout spécialement celles contre la population civile à travers toute l’Ukraine, y compris contre la population civile dans la région du Donbass contrôlée par la Russie.

 Nous sommes aux côtés de toutes celles et de tous ceux qui sont déterminés à résister de manière non-violente aux actions militaires en Ukraine, de même nous sommes aux côtés des personnes qui, en Russie, se sont indignés contre cette guerre en dénonçant ouvertement l’intervention militaire russe en Ukraine.  Nous nous réjouissons de voir que quelques membres des armées de Russie et du Belarus ont refusé de combattre ou se sont  empêchées de le faire.

 II  –  Nous lançons un appel à tous les gouvernements du monde  d’ouvrir leurs frontières à quiconque refuse de participer à la guerre en Ukraine. Il convient d’accorder  asile à quiconque obéît à sa conscience  lui interdisant  de tuer une personne humaine – et ce quelque soit le côté du conflit  où elle ou il se trouve. 

Le même droit est à accorder à quiconque s’expose à des persécutions pour critiquer ou travailler contre les politiques militaires de son propre gouvernement, que ce soit en Ukraine, en Russie, dans un pays de l’OTAN  ou n’importe ‘où ailleurs. Le droit à l’objection de conscience doit être protégé  et préservé dans absolument tous les pays, mais particulièrement dans les Etats en guerre, car aucun Etat ne devrait recourir à la conscription afin de renforcer ses armées.

 III  -  Nous pensons que les causes de la guerre en Ukraine sont davantage susceptibles de pouvoir être débattues  plutôt que de fournir des prétextes  à cette guerre-ci.  Tel  que nous  observons actuellement le conflit en cours, nous constatons qu’il a ses racines dans une histoire bien plus longue et hautement militarisées. Malheureusement, la plupart des média principaux refusent d’organiser la tenue d’un débat sérieux pour savoir, dans un premier temps, comment on en est arrivé là et ce qui pourrait être fait en vue d’une désescalade du conflit, le plus rapidement possible. 

Personne ne devra être exclu arbitrairement d’un tel débat parce qu’ils ou elles auraient des doutes sur les politiques et conduites de leurs gouvernements dans le déroulement de la guerre en Ukraine. L’absence d’un tel débat est  l’illustration-même de la logique binaire de la guerre.Il est question d’une éventuelle menace nucléaire ?  Alors les gens ont le droit de connaître tous les aspects et dimensions de la situation en Ukraine.Les critiques envers  la politique de l’OTAN qui se déploie vers l’Est, ou bien les critiques d’envois d’aides militaires vers l’Ukraine par l’OTAN, avec l’argument que c’est là verser de l’huile sur le feu, ont droit de s’exprimer et d’être entendues.

 V  -   Nous lançons un appel à toutes et à tous, partout dans le monde, d’exprimer leur opposition à la guerre, de toutes les manières qu’elles jugent appropriées. Depuis un simple post dans les médias sociaux ou dans une petite action symbolique, en organisant ou en participant à des protestations contre la guerre – toute initiative contribue à la mosaïque de la résistance à la guerre à travers la planète. 

                                           CESSEZ L’INVASION DE L’UKRAINE !    

                                             CESSEZ L’EXPANSION DE L’OTAN ! 

                                              CESSEZ TOUTES LES GUERRES, 

                                                     TOUTES LES INVASIONS , 

                                                  TOUTES LES OCCUPATIONS

                                                   DANS LE MONDE ENTIER !

WRI-IRG logo © IRG

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN