Titu de Bonaguil
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 oct. 2015

Quand le Parisien justifie une expulsion avant l'hiver

Titu de Bonaguil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

      Les faits : Mardi 13 octobre à Romainville, la famille Diassiguy, qui vit depuis 25 ans dans le bâtiment J de la cité Gagarine avec neuf enfants se fait expulser de  son logement. Pourtant, la dette de loyer a été payée. Le 2 octobre, la Préfecture du 93 a accordé le concours de la force publique. Depuis mars 2015, la famille paie l’intégralité du loyer et c’est maintenant au bailleur de demander à la CAF de verser rétroactivement les APL depuis leur suspension, et de signer un “protocole Borloo”.

     Une expulsion violente. À 9h30, le commissaire et 40 gendarmes lourdement équipés ont chargé sans sommation les habitants et les militants installés devant la porte. Ils ont blessé le fils aîné et M. Boughanmi, voisin et vice-président de l'association SPOUTNIK. Il a été arrêté puis relâché grâce à la mobilisation des habitants. Afin de procéder à l'expulsion, les forces de l'ordre cassent les vitres de la porte d'entrée et enfoncent la porte du logement.

      Une intimidation politique ? Lors du rassemblement de soutien à la famille le mercredi 14 octobre devant la mairie, beaucoup d'habitants relevaient l'étrange coïncidence entre cette expulsion violente - qui n'est pas la première - et le mécontentement affiché des habitants de la cité face au projet de rénovation construit et pensé sans eux.

      Des faits à la fable du Parisien. Voici l'article paru dans le Parisien du 14 octobre :

« Selon l’office HLM, la famille composée de neuf membres  avait une dette de loyer s’élevant à 9 220 €. Selon la maire divers gauche, Corinne Valls, menacée dans une vidéo amateur de l’expulsion, cette famille était en surnombre dans le logement et, du coup, source de gêne et désagrément pour le voisinage. »

La journaliste du Parisien, visiblement contrainte par un nombre limité de caractères pour écrire son article, transforme neuf enfants en « neufs membres » qui, vivant ici depuis toujours, se retrouvent à la rue. Elle n'oublie pas, cependant, d'affirmer que la victime, "menacée" par les classes dangereuses, est bien madame le maire. Maître de la logique, M-P. B. instaure "du coup" un lien de cause à effet entre une famille nombreuse et le "désagrément pour le voisinage". Elle aurait presque pu y ajouter « le bruit et l'odeur »... Ce même voisinage a pourtant manifesté avant-hier soir et a fait fermé la mairie hier... Logique !

« Selon des habitants émus de la situation, soutenus par Droit au logement (Dal) et des opposants à Corinne Valls, la famille aurait apuré ses dettes. Face à la forte mobilisation des riverains, depuis quelques jours, les représentants des forces de l’ordre ont dû intervenir en nombre. »

Mais cette mobilisation des habitants (récupérée par de sombres "opposants") n'est pas politique. Selon la journaliste, créer une association (SPOUTNIK) pour lutter contre un projet anti-démocratique n'est qu'une simple manifestation émotive. Si la culture politique n'est visiblement pas un critère de sélection pour écrire au Parisien, une parfaite maîtrise de la conjugaison et une certaine richesse lexicale sont vivement recommandées : "aurait apuré"... Quel suspens, quel talent ! Retour à l'indicatif, mode permettant d'exprimer l'inscription dans le réel, et apparition du verbe "devoir" lorsqu'il s'agit de la répression policière : la logique de M-P. B. frappe encore... On entendrait presque le bruit des matraques.

« Le face à face a été plus que mouvementé. Dans sa colère, un homme soutenant la famille, a porté un coup avec son porte-voix à l’un des fonctionnaires, le blessant légèrement à l’œil. Ce dernier aidé de ses collègues a répondu en interpellant fermement l’agresseur, également légèrement blessé dans l’altercation. »

"Colère" et bas instincts des habitants face à une police mesurée en position de légitime défense... Encore une fois, c'est LOGIQUE car c'est le peuple qui réprime le pouvoir d'État et non le pouvoir d'État qui réprime le peuple. 

Contrairement à la propagation d'un discours dominant réactionnaire qui nie la réalité, la conclusion sera dénuée d'effet de style : Avant-hier, une famille se retrouve à la rue. Hier, 14 octobre, manifestation de solidarité apaisée de 150 personnes devant la mairie et dans la rue, 13 camions de CRS, une quarantaine d'officiers en tenue et armés. Mais d'où vient la violence ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte