Toma Lamano
Reconstructeur de démocratie
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 juin 2021

Nous ne voulons pas que les partis s’entendent. Nous voulons qu’ils nous entendent.

Les partis de gauche ne pourront être au rendez-vous de 2022. Les initiatives qui visent une primaire entre ces partis sur la base d’un socle programmatique commun ne réussiront pas à mobiliser. Pourquoi ? Parce que les citoyens sont fatigués d’être dépossédés de leur capacité de choisir. Nous ne voulons pas que les partis s’entendent. Nous voulons qu’ils nous entendent. Prenons la main !

Toma Lamano
Reconstructeur de démocratie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous ne croyons pas que les partis de gauche pourront être au rendez-vous de la présidentielle de 2022. Nous ne croyons pas que les initiatives qui visent à établir une primaire entre ces partis sur la base d’un socle programmatique commun réussiront à mobiliser largement. Pourquoi ? Parce que les citoyens sont fatigués d’être dépossédés de leur capacité de choisir. Nous ne voulons pas que les partis s’entendent. Nous voulons qu’ils nous entendent.

Par nature, la ligne d’un parti se construit sur ce qui le différencie le plus des autres. Par nature, ils ne peuvent être les vecteurs d’une véritable union. Et les partis de droite se régalent à stigmatiser ces différences, accentuant les clivages et déchirant plus encore ce qui nous lie pourtant profondément dans notre combat contre leurs idées.

Voulons-nous d’une accentuation bien-pensante du libéralisme qui veut responsabiliser chacun sans lui en donner les moyens (« traversez donc la rue, cher ami, il y a du travail en face ») et qui pense que la liberté individuelle veut dire qu’il n’existe pas de pacte social (la retraite à points) et qui a l’hypocrisie de le cacher (« c’est le même système, simplement il faut bien boucler les comptes ») ? Voulons-nous d’une sécurité prédéfinie par l’exclusion de toute « déviance » ? Sachant que la normalité du Rassemblement national est celle d’un ultra-libéralisme qui manipule cyniquement les affects des plus désemparés tout en banalisant les pensées les plus sombres ?

Non, et nous sommes nombreux à ne pas le vouloir. Et si certains d’entre nous sont en désaccord sur la politique énergétique, ou sur l’idée de l’Europe, ou sur l’écriture inclusive, nous ne voulons pas en parler maintenant. Pas tant qu’on n’aura pas donné une chance à un autre possible. Pas d’autre programme que celui de refuser l’extrême droite et la dérive meurtrière d’un libéralisme « réaliste » qui oublie que la première des réalités d’une société est celle de construire un « nous » qui respecte tous les citoyens. Pas d’autre ambition que de construire ce « nous », en repensant les vieilles catégories de démocrates, de républicains et de libertaires.

Réunissons-nous pour montrer que le primat du citoyen est au cœur de nos préoccupations, quelle que soit notre orientation politique, quels que soient nos combats passés.

Pour ceux qui ont connu l’union de la gauche et le Programme commun des années 70, souvenez-vous de ce qu’il est devenu et surtout, rappelez-vous ce que la somme des voix du PS, du PCF et du MRG représentaient… Nous sommes très loin de ce compte. Sans le retour des abstentionnistes et des découragés, des désengagés, notre pays est de droite. Et la seule question subsidiaire est : de droite ultra-libérale ou d’extrême-droite (chez les jeunes qui déclarent leur intention de voter en 2022, c’est l’extrême-droite…) ?

Non, nous n’y arriverons pas avec les partis, qu’ils cherchent sincèrement une alliance ou non, ils ne suffiront pas. Les partis politiques sont importants dans une démocratie, mais là, ils sont coincés. Aidons-les en rejoignant une initiative citoyenne qui, parce qu’elle se construit uniquement avec les citoyens, peut, peut-être, faire revenir à la politique ceux qui partagent nos valeurs.

Ne nous laissons pas priver de notre citoyenneté. Ayons confiance en les citoyens, ayons confiance en nous. Prenons la main ( https://www.prenonslamain2022.fr/ ).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel