Le franquisme et le PP.

Il est rare dans les commentaires et billets de MEDIAPART, de ne pas trouver lorsqu'on parle de l'Espagne de référence à sa légende noire franquiste. Et d'établir un lien avec le PP.

 Avec le franquisme ce ne fut pas une idéologie qui arriva au pouvoir, mais le règlement d'une caserne. De fait le franquisme fut un régime, et non pas l'expression d'une idéologie reconnue.

Le dictateur était rusé mais ignorant, ses lectures (sans beaucoup exagérer) se limitaient au règlement militaire. Même question catholicisme, je le soupçonne de ne jamais avoir lu les évangiles jusqu'au bout. Certainement le catéchisme mais guerre plus.

Il se méfiait de tous les idéologues ou les instrumentalisait.

Il était brutal mais pragmatique. Il sut manœuvrer dans l’intérêt de l'ordre, qu'il plaçait comme valeur suprême. Les rares « penseurs » sinon intellectuels de son règne étaient les phalangistes, version espagnole du fascisme, mais sans Duce, sans guide suprême assumé. De fait, il utilisa surtout ces exaltés pour la chorégraphie de ses défilés.

Pour le reste, il s'appuya d'abord sur l'oligarchie financière et terrienne, la grande bourgeoisie catalane ou basque. Il s'appuya bien entendu et choya sa chère armée. Il combla les catholiques conservateurs. Il manœuvra avec les monarchistes, mais sans s'engager avec les uns ou les autres. Pour lui, comme pour Mao ou Staline, le pouvoir est au bout du fusil. Staline fut certainement le dictateur du vingtième siècle qui lui ressemblait le plus.

Il favorisa les riches, mais se méfiait des banquiers, il ne fut pas le dictateur qui abusa le plus de sa position pour s'enrichir, sa famille au contraire usa et abusa. Il ne laissa aucun livre ni aucun modèle politique à suivre, juste l'ordre. Et quelque centaines de milliers de morts.

 

L'electorat et le corps social du PP est des plus hétéroclites. Il va des très vieux tromblons survivants de la dictature, aux libéraux libertaires les plus déjantés. De rances conservateurs catholiques, à d’honnêtes démocrates chrétiens. Egalement de courageux élus basques, comme Borja Semper.

Mariano Rajoy lui même est le petit fils d'une victime du franquisme, rédacteur du statut d'autonomie pour la Galice en 1932. Son épouse pratiqua une IVG.

Ce parti n'as pas touché aux lois relatives à la PMA pour des couples du même sexe, loi qui fait objet de tant de polémiques en France. Le mariage gay ne semble pas prés d’être remis en question, et le projet de loi relatif à l'avortement, a terminé dans les oubliettes, sous la pression d'ailleurs de son propre électorat.

Son idéologie, pour autant qu'elle existe, est plutôt à la traine des sondages d'opinion.
Sa politique économique ne va pas plus loin, que ce que le capitalisme mondialisé impose de plus stupide à nos peuples européens. Mariano Rajoy peut s’enorgueillir d'être le plus apprécié des partenaires européens d'Angela Merkel.

Soucieux de légalisme, et de respect du droit, sous gouvernance du PP, quatre violeurs et assassins en série furent libérés. On a perdu leur traces. Tout cela pour se plier à la volonté du Tribunal de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, suite à une requête présentée par les avocats d'ETA.

Si Franco ressuscitait, il est probable qu'il mettrait en prison les trois quarts des politiciens du PP, tant l'affairisme, le manque de pudeur, et leur libéralisme olé olé sont patents.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.