Ma fromagerie prend l'eau

Après de fortes inondations qui ont ravagé la Haute-Corse, certains riverains n’ont toujours pas l’eau courante. Dans la commune d’Olmeta-di-Tuda, une fromagerie n’y accède toujours pas. Sans eau, pas de production et une perte sèche irrattrapable pour une entreprise familiale. Les pouvoirs publics semblent submergés.

La Haute-Corse était sous les eaux le jeudi 24 novembre dernier.
"Un événement pluvieux exceptionnel engendrant de très forts écoulements et des débordements des cours d'eau", selon le bulletin de Météo France qui déclarait le département en alerte rouge le jour même.

La principale zone commerciale était alors inondée, quelques semaines à peine avant le grand rendez-vous commercial de fin d’année. Les écoles, fermées. Le décor n’était plus le même en Haute-Corse, région peu habituée à de tels sinistres.

À ce jour, si la situation est rétablie dans la plupart des zones, il subsiste encore des situations incontrôlées. Dans la commune d’Olmetta-di-Tudda, proche de Bastia, les habitants attendent toujours leur accès à l’eau.

La fromagerie du Lancone n’y a plus accès depuis le vendredi 25 novembre.
Cette entreprise familiale comptabilise entre 500 et 1000 € de perte sèche par jour depuis le désastre. Impossible de produire du frais, que ce soit du brocciu ou du fromage, produits indispensables à leur économie qui se joue au quotidien. 
La perte est double, ils ont tout aussi besoin d’eau pour leur production vendue après affinage. Nettoyer les fromages pour « qu’ils soient plus présentables » n’est plus possible, raconte Madeleine Bonci, la propriétaire de la fromagerie.
Le mois de décembre est d’autant plus propice car s'agissant de la "saison du lait" pour les producteurs de lait de brebis, une période faste pour la production de fromage pour le semestre à venir.

Reportage France 3 Corse du mardi 6 décembre

Aujourd’hui, en Corse, il existe peu de fromageries qui continuent d’acheter du lait localement pour l’entièreté de sa production. Deux raisons majeures à cela : la production de lait de brebis corse est inférieure à la demande de production de fromage et le lait acheté à l’extérieur de l’île est moins cher, coûts de transports compris (1€20/L en moyenne face à moins de 1€/L). Pour une meilleure qualité de produit, la fromagerie du Lancone persiste à acheter la totalité de son lait en Corse.

La mairie d’Olmetta-di-Tuda n’a pas encore résolu le problème. Un manque de moyens comme l'illustre France 3 Corse où seulement « deux ouvriers communaux et quelques bénévoles » seraient en charge de déblayer la zone et les conduits d’arrivée d’eau.

Difficile d'entendre cette absence de moyens pour ma famille qui tient cette fromagerie, installée depuis 1952 sur la commune d'Olmeta-di-Tuda. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.