tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

7 Éditions

Billet de blog 7 déc. 2016

Ma fromagerie prend l'eau

Après de fortes inondations qui ont ravagé la Haute-Corse, certains riverains n’ont toujours pas l’eau courante. Dans la commune d’Olmeta-di-Tuda, une fromagerie n’y accède toujours pas. Sans eau, pas de production et une perte sèche irrattrapable pour une entreprise familiale. Les pouvoirs publics semblent submergés.

tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Haute-Corse était sous les eaux le jeudi 24 novembre dernier.
"Un événement pluvieux exceptionnel engendrant de très forts écoulements et des débordements des cours d'eau", selon le bulletin de Météo France qui déclarait le département en alerte rouge le jour même.

La principale zone commerciale était alors inondée, quelques semaines à peine avant le grand rendez-vous commercial de fin d’année. Les écoles, fermées. Le décor n’était plus le même en Haute-Corse, région peu habituée à de tels sinistres.

À ce jour, si la situation est rétablie dans la plupart des zones, il subsiste encore des situations incontrôlées. Dans la commune d’Olmetta-di-Tudda, proche de Bastia, les habitants attendent toujours leur accès à l’eau.

La fromagerie du Lancone n’y a plus accès depuis le vendredi 25 novembre.
Cette entreprise familiale comptabilise entre 500 et 1000 € de perte sèche par jour depuis le désastre. Impossible de produire du frais, que ce soit du brocciu ou du fromage, produits indispensables à leur économie qui se joue au quotidien. 
La perte est double, ils ont tout aussi besoin d’eau pour leur production vendue après affinage. Nettoyer les fromages pour « qu’ils soient plus présentables » n’est plus possible, raconte Madeleine Bonci, la propriétaire de la fromagerie.
Le mois de décembre est d’autant plus propice car s'agissant de la "saison du lait" pour les producteurs de lait de brebis, une période faste pour la production de fromage pour le semestre à venir.

Reportage France 3 Corse du mardi 6 décembre

Aujourd’hui, en Corse, il existe peu de fromageries qui continuent d’acheter du lait localement pour l’entièreté de sa production. Deux raisons majeures à cela : la production de lait de brebis corse est inférieure à la demande de production de fromage et le lait acheté à l’extérieur de l’île est moins cher, coûts de transports compris (1€20/L en moyenne face à moins de 1€/L). Pour une meilleure qualité de produit, la fromagerie du Lancone persiste à acheter la totalité de son lait en Corse.

La mairie d’Olmetta-di-Tuda n’a pas encore résolu le problème. Un manque de moyens comme l'illustre France 3 Corse où seulement « deux ouvriers communaux et quelques bénévoles » seraient en charge de déblayer la zone et les conduits d’arrivée d’eau.

Difficile d'entendre cette absence de moyens pour ma famille qui tient cette fromagerie, installée depuis 1952 sur la commune d'Olmeta-di-Tuda. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique