"Qué Pasa Colombia", la nouvelle scène musicale Colombienne

Qué Pasa Colombia est un webdocumentaire né d’un coup de coeur de deux passionnés de musique mais néophytes de la scène sud-américaine : Olivier Hoffschir et moi-même.

Crédit : O. Hoffshir pour Que Pasa Colombia Crédit : O. Hoffshir pour Que Pasa Colombia


Au hasard d’une conversation sur Twitter, nous découvrons « Au revoir Colombie », un mix de 84 minutes produit par Canalh revisitant la nouvelle scène colombienne.
Un mélange de genres incroyables, où les sons traditionnels se combinent parfaitement avec des sonorités plus occidentales, où la salsa peut rencontrer le rap et la cumbia flirter avec des sons électroniques.

Nous apprenons au fil des recherches que le pays regorge de sons folkloriques très variés, issus d’un brassage éthnique sans précédent en Amérique du Sud. 
Une nouvelle génération de musiciens a réussi à s'emparer de cette richesse sonore pour renouveler les genres.

Comment cette scène musicale a-t-elle pu émerger, s’exporter aussi rapidement, et devenir un membre vivant de la musique du monde aujourd’hui ?

C’est pour répondre à ces questions que nous sommes partis à leur rencontre, depuis les salles de concert parisiennes jusqu’aux studios de Bogotá.

 

Que Pasa Colombia - Teaser © Que Pasa Colombia

 

Le documentaire

Le documentaire vous amène à la découverte de cette nouvelle scène musicale, à travers sa genèse et ses influences.
L’accent est mis sur les facteurs qui ont permis l’expansion de cette nouvelle scène. Internet en première ligne évidemment, mais aussi un changement dans la politique culturelle du pays depuis ces quinze dernières années.

Le programme est composé d'une vidéo principale de 30 min (le documentaire), puis d’un espace dédié aux artistes avec de courtes vidéos (concerts, interviews et live session...).

Consultez le site du webdocumentaire pour accéder à l’ensemble du programme : http://www.quepasacolombia.fr
English version also available: http://www.quepasacolombia.net

Que Pasa Colombia - Webdocumentaire (VOST FR) © Que Pasa Colombia

 

Le sujet

En Colombie, la musique a toujours fait partie du quotidien, évoluant sans cesse, au gré du métissage d'une population déjà très riche en diversité.

Par son histoire tumultueuse (arrivée des conquistadors, puis des esclaves d'Afrique, suivi de multiples changements de régime...) et sa géographie particulière (seul pays d’Amérique du Sud bordé par deux océans, une cordillère des Andes qui impose un clivage naturel, des forêts tropicales denses, des hauts plateaux arides…), la Colombie est composée d’une multitude d’ethnies singulières.
Ainsi, chaque région possède ses propres rythmes musicaux : la Cumbia, la Champeta, le Porro ou encore le Vallenato sur la côte Caraïbe, la musique Llanera sur les hautes plaines de l’Est, le Currulao de la côte Pacifique, etc.
Aujourd’hui, le pays connait un vrai métissage culturel. Cette diversité et ce brassage favorisent indéniablement la création artistique et musicale.


Depuis quelques années, les évolutions technologiques ont permis aux différentes influences du pays de se mélanger, mais aussi de s’ouvrir aux genres musicaux occidentaux. C’est naturellement dans les grandes villes comme Bogotá, Barranquilla, Cali ou Medellín que ce brassage se fait le plus sentir.

À l’heure actuelle la Colombie constitue un fabuleux laboratoire pour l’industrie musicale indépendante. Encore peu structuré, l’univers de la musique passe progressivement des moeurs et de la tradition vers un produit de consommation.
Le pays a déjà connu un premier élan dans les années 50 et 60 avec l’arrivée du disque. Ce sont les légendaires “Discos Fuentes” qui mèneront la barque pendant des années au son des rythmes caribéens. Faute de soutien et de vrai circuit de tour, les musiques nouvelles n’ont pas pu prolonger cet élan.
Depuis 15 ans, la Colombie connaît une nouvelle révolution musicale, notamment appuyée par la démocratisation de l’accès à Internet et une prise de conscience des organismes publiques.
Contrairement aux pays occidentaux où l’industrie musicale est régie par des majors, ces nouveaux acteurs sont libres d’inventer leur modèle sur un terrain quasi vierge. Une industrie presque artisanale où Internet occupe une place centrale.

 

En savoir plus

Les coulisses du webdocumentaire et le fil de nos rencontres : http://quepasacolombia.tumblr.com/
Decryptage sur nos moyens de production : http://cinemadocumentaire.wordpress.com/2013/07/12/que-pasa-colombia-un-webdocumentaire-musical-presque-auto-produit/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.