À Chalon-sur-Saône, un festival comme catalyseur de l’économie locale

De nombreux festivals se résignent à vivre une seconde édition consécutive grandement impactée par la crise sanitaire. Des professionnels mobilisés aux commerces locaux, ces évènements ont une influence primordiale sur leurs territoires, à l’image du festival de théâtre Chalon dans la rue.

« On fait face à deux virus à la fois » s’amuse Érika Lamy, responsable du pôle communication et relations au territoire du festival. En plus des incertitudes liées à la crise sanitaire, les organisateurs de Chalon dans la rue doivent faire face à une cyberattaque qui rend impossible l’utilisation d’ordinateurs. Lorsqu’on lui demande quelle l’influence exerce le festival de théâtre de rue sur la commune chalonnaise, madame Lamy évoque du tac-au-tac les restaurateurs. Alors que les festivals ont annulé leurs éditions 2020, ils sont de plus en plus nombreux à annoncer une nouvelle saison blanche, ou à la portée grandement réduite l’été prochain. Les conséquences de ce vide sont à la hauteur de l’importance de ces évènements pour la restauration. Ça n’est pas Tania Buisse, patronne du restaurant chalonnais « La Pierre Vive », qui dira le contraire. Elle n’a pu répondre au téléphone qu’à partir de 15 heures, « click and collect » oblige. « Vous ne pouvez pas imaginer l’impact que ça a sur notre activité. 120 personnes qui travaillent à l’organisation de l’évènement, 180 troupes de théâtre, et hors pandémie mondiale, 200 000 spectateurs chaque année : ça en fait, des bouches à nourrir » ... Et autant d’individus à héberger. Habitués à la joie des réservations en masse à l’approche du festival, les hôtels environnants ont vécu une avalanche d’annulations. À l’annonce du second confinement national le 29 octobre dernier, Chalon dans la rue organisait un week-end de rattrapage de son édition 2020. Un rattrapage qui est à son tour passé à la trappe. « On a perdu 8 000€ euros de chiffres d’affaires en l’espace de 24 heures » confie Gis Antunes, le patron de l’hôtel B&B de Chalon-sur-Saône Sud.

Le festival dynamise son territoire tout au long de l’année

L’impact d’un festival se mesure également au sein même de son organisation. Les équipes de sécurité, de nettoiement, de régisseurs, de loueurs de matériels constituent une série d’emplois locaux mobilisés pour l’occasion. Par ailleurs, Chalon dans la rue dynamise son territoire tout au long de l’année. En ce moment même, la compagnie de théâtre « Rouages » travaille au sein de la commune à un nouveau spectacle. Les compagnies répètent hors période festivalière à Chalon-sur-Saône, explique Érika Lamy. « Ces dernières années, les activités des festivals français en dehors des dates saisonnières sont croissantes, et vont de pair avec un enracinement territorial grandissant », note Emmanuel Négrier, directeur de recherche au CNRS et spécialiste de l'économie des festivals. 

Lorsqu’il s’agit de Chalon dans la rue, l’aspect humain prend le pas sur les finances. C’est en tout cas ce que pense Gis Antunes : « Avec les troupes de théâtre, on a l’impression de recevoir de la famille » décrit-il la voix rieuse. Tania Buisse note que certains commerces partenaires ne vendent pas plus grâce au festival, mais s’impliquent par conviction : « Je connais une femme très active dans la promotion de l’évènement, alors qu’elle vend des chaussures pour bébé ! ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.