TR99
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 avr. 2021

À Chalon-sur-Saône, un festival comme catalyseur de l’économie locale

De nombreux festivals se résignent à vivre une seconde édition consécutive grandement impactée par la crise sanitaire. Des professionnels mobilisés aux commerces locaux, ces évènements ont une influence primordiale sur leurs territoires, à l’image du festival de théâtre Chalon dans la rue.

TR99
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« On fait face à deux virus à la fois » s’amuse Érika Lamy, responsable du pôle communication et relations au territoire du festival. En plus des incertitudes liées à la crise sanitaire, les organisateurs de Chalon dans la rue doivent faire face à une cyberattaque qui rend impossible l’utilisation d’ordinateurs. Lorsqu’on lui demande quelle l’influence exerce le festival de théâtre de rue sur la commune chalonnaise, madame Lamy évoque du tac-au-tac les restaurateurs. Alors que les festivals ont annulé leurs éditions 2020, ils sont de plus en plus nombreux à annoncer une nouvelle saison blanche, ou à la portée grandement réduite l’été prochain. Les conséquences de ce vide sont à la hauteur de l’importance de ces évènements pour la restauration. Ça n’est pas Tania Buisse, patronne du restaurant chalonnais « La Pierre Vive », qui dira le contraire. Elle n’a pu répondre au téléphone qu’à partir de 15 heures, « click and collect » oblige. « Vous ne pouvez pas imaginer l’impact que ça a sur notre activité. 120 personnes qui travaillent à l’organisation de l’évènement, 180 troupes de théâtre, et hors pandémie mondiale, 200 000 spectateurs chaque année : ça en fait, des bouches à nourrir » ... Et autant d’individus à héberger. Habitués à la joie des réservations en masse à l’approche du festival, les hôtels environnants ont vécu une avalanche d’annulations. À l’annonce du second confinement national le 29 octobre dernier, Chalon dans la rue organisait un week-end de rattrapage de son édition 2020. Un rattrapage qui est à son tour passé à la trappe. « On a perdu 8 000€ euros de chiffres d’affaires en l’espace de 24 heures » confie Gis Antunes, le patron de l’hôtel B&B de Chalon-sur-Saône Sud.

Le festival dynamise son territoire tout au long de l’année

L’impact d’un festival se mesure également au sein même de son organisation. Les équipes de sécurité, de nettoiement, de régisseurs, de loueurs de matériels constituent une série d’emplois locaux mobilisés pour l’occasion. Par ailleurs, Chalon dans la rue dynamise son territoire tout au long de l’année. En ce moment même, la compagnie de théâtre « Rouages » travaille au sein de la commune à un nouveau spectacle. Les compagnies répètent hors période festivalière à Chalon-sur-Saône, explique Érika Lamy. « Ces dernières années, les activités des festivals français en dehors des dates saisonnières sont croissantes, et vont de pair avec un enracinement territorial grandissant », note Emmanuel Négrier, directeur de recherche au CNRS et spécialiste de l'économie des festivals. 

Lorsqu’il s’agit de Chalon dans la rue, l’aspect humain prend le pas sur les finances. C’est en tout cas ce que pense Gis Antunes : « Avec les troupes de théâtre, on a l’impression de recevoir de la famille » décrit-il la voix rieuse. Tania Buisse note que certains commerces partenaires ne vendent pas plus grâce au festival, mais s’impliquent par conviction : « Je connais une femme très active dans la promotion de l’évènement, alors qu’elle vend des chaussures pour bébé ! ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal — Santé
Entre croyances et tabous, une psychiatrie au chevet des patients « venus d’ailleurs »
Dans beaucoup de familles issues de l’immigration, les problèmes psychiques sont tus, ou traités par des solutions radicales liées à la culture du pays d’origine. La psychiatrie transculturelle, en prenant en compte les croyances des individus, veut offrir les soins les plus adaptés. Témoignages.
par Céline Beaury et Latifa Oulkhouir (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida