FIGURES DE LA FOLIE

Les temps sont âpres pour Grand Corps Souffrant.

Les temps sont âpres pour Grand Corps Souffrant.

La lumière est en lutte avec l'obscurité. Elle désespère, parfois.

Grand Corps Souffrant est malade dans sa tête, aussi.

Sa tête est pleine de bruits. Il n'en dort pas.

Les pensées fuient.

Les pensées lui parlent à voix haute, dans sa tête.

Elles lui parlent de Dieu. Dieu lui parle. Dieu est bon.

Dieu a sauvé Grand Corps Souffrant de la catastrophe.

Mais la catastrophe est toujours là.

Dans les fracas du monde, la menace est partout.

Le monde tremble de peur.

Le monde a récusé Dieu et maintenant, le monde est livré aux démons.

Grand Corps Souffrant sait la grande catastrophe.

Il sait les démons qui hantent les nuits et les jours, tous les espaces.

Il sait les reconnaître parmi les faux dieux, les traîtres, les hypocrites.

Il sait que Dieu l'a reconnu, parmi les humbles, les déshérités.

Il sait que Dieu l'a sauvé

et le sauvera encore de la grande catastrophe qui détruira le monde.

Grand Corps Souffrant a peur pour ses proches.

Il lit la Bible et fait des prières pour eux.

Grand Corps Souffrant porte le monde à bout de bras.

Mais le monde est trop lourd, trop noir.

Ses bras fléchissent et parfois, il est triste.

Alors, il a peur du vide.

Sa vie est un calvaire. Un grand trou.

Il  porte sa vie comme une croix, trop lourde pour ses épaules.

Alors, Grand Corps Souffrant attend la grande catastrophe qui viendra le ressusciter.

Il attend la lumière. L'immortalité. Sa seule certitude.

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.