L'APPEL DES APPELS: journées automnales à Paris

Je relaie ici un mail que j'ai reçu, de l'Appel des Appels, lancé à l'initiative de mon ancien professeur et ami Roland GORI, m'informant de leurs nouvelles journées sur le thème: "La sécurité est ailleurs", qui se tiendront à Paris, le 30/09 et 01/10/2016.

Lettre d'information de l'Appel des appels
Chers amis et signataires, voici quelques nouvelles de l'ADA et quelques informations récentes.
 

 
« La sécurité est ailleurs »
 
Journées de l’Appel des Appels, les vendredi 30 septembre (17h) et  samedi 1er octobre 2016 (8h30)

 
Lieu : coupole Niemeyer, 2 place du colonel Fabien, 75019 Paris.
 
Programme et modalités d'inscription à venir sur le site de l'ADA à la fin mai.
 

La sécurité ne serait-elle qu'une affaire de lois et de forces de l'ordre ?

Paru dans Libération le 8 février 2016.
 
Depuis trente ans, les lois antiterrorisme se sont multipliées, souvent en réaction directe à des attentats meurtriers. De la première loi antiterroriste de 1986, initiée par Charles Pasqua, jusqu’aux lois de novembre 2014 et de juillet 2015, les gouvernements n’ont eu de cesse d’accroître les dispositifs sécuritaires, au motif de protéger les libertés publiques. Les événements tragiques de l’année 2015 ont rendu plus que jamais nécessaire une réflexion citoyenne sur les libertés publiques et privées dans une démocratie qui ne saurait faire l’impasse sur la sécurité. Aucun gouvernement ne peut ignorer la question de la nécessaire sécurité, dans la réalité de sa mise en place comme dans les sentiments qu’elle inspire. En démocratie, cette question conditionne la liberté elle-même.
Aucune création, aucun débat démocratique, aucune pensée même n’est possible pour un sujet singulier ou collectif sans la sécurité. La peur, selon Hannah Arendt, est le principe antipolitique par excellence. La politique exige la sécurité, sauf dans les tyrannies qui font de la peur la vertu cardinale de leur mode de gouvernement.
Il convient de se demander si, en démocratie, les dispositifs sécuritaires actuels se montrent adéquats à leurs objectifs.
Les lois précédemment votées ou en cours d’examen augmentent considérablement les possibilités de surveillance, allongent à 6 jours les gardes à vue en la matière, créent le délit d’entreprise terroriste individuelle. Qui aujourd’hui pourrait, sans état d’âme, face aux meurtres de masse et aux menaces qu’ils font courir sur nos existences, sur nos manières de vivre et de penser, récuser la nécessité de nous protéger le plus efficacement possible ? Mais les mesures législatives, prises ou annoncées, sont-elles les bonnes ? Il nous apparaît, au contraire, que ces mesures sécuritaires sont, au service de cette société du spectacle et de la marchandise, utilisées pour manipuler l’opinion afin d’arracher des parts de marché électoral. Ainsi, le remède est identique, dans sa nature, à ce qui a pu produire le mal.
Nous devons nous demander si une extension infinie de la surveillance, du contrôle et de la normalisation des comportements, suffira à nous éviter le pire. Ou bien si, après avoir perdu notre liberté, nous ne risquons pas de perdre tout simplement la possibilité de vivre, de penser et de partager nos expériences. Léon Blum, dans un texte d’une extraordinaire puissance politique, rappelait en 1948 : « pendant les grandes crises publiques, il n’y a pas de mobile plus redoutable et plus pernicieux que la peur. Même quand c’est la peur d’avoir peur. Même quand c’est la peur de faire peur, d’autant plus qu’en ayant peur de faire peur, on crée la peur. »
Alors faudra-t-il tous les jours davantage créer de nouvelles lois sécuritaires sans devoir prendre le temps de la réflexion ? Qu’on les juge nécessaires ou non, convenons au moins ensemble qu’elles resteront insuffisantes sans une profonde réorganisation de la société à tous les niveaux, professionnels, culturels et politiques.  
Constatons tout d’abord qu’au lieu de réorganiser les dizaines de services policiers chargés du fichage, de la surveillance et du renseignement concernant les terroristes – fragmentation tayloriste des tâches, dont les derniers attentats, de Charlie Hebdo à ceux du 13 novembre 2015, font douter de l’efficacité – on nous propose, à l’envi, une quantité de lois supplémentaires, de mesures sécuritaires, « justifiées » par l’état d’urgence, et un régime pénal d’exception. Combien de temps encore faudra-t-il rappeler à l’ancien Président et à son gouvernement, le nombre de postes de policiers « supprimés », les railleries sur les « polices de proximité » des populations « à risque », les rodomontades de la politique du « karcher » ? L’amnésie politique est, pour le citoyen, un facteur de risque supplémentaire d’insécurité !
Comment aujourd’hui, mis à part les commémorations et les témoignages officiels, mobiliser les citoyens pour qu’ils puissent construire leur sécurité et user de leur liberté ? Comment les convaincre de construire cette concorde démocratique, victoire du pacte républicain, sur les forces de discorde ? C’est la seule victoire à même d’assurer la paix sociale et la paix civile. Elle ne saurait reposer sur la logique marchande qui régit aujourd’hui l’ordre social. Les lois actuelles qui délitent les protections sociales, les pratiques d’assujettissement aux « fondamentalismes marchands » européens et transatlantiques, ont montré leur incapacité à construire la paix et la sécurité ! Ils n’ont eu de cesse de les compromettre.
C’est pourquoi, à l’occasion de ces événements tragiques, il convient de s’interroger sur les mesures qu’ils rendent nécessaires et de réfléchir à celles que le gouvernement propose. Il est urgent de rétablir à leur juste place nos dispositifs de formation, de soin, de recherche, d’information, de police, de justice, de renseignement, d’actions culturelles et sociales qui sont indispensables à la réparation du lien social, qui est à la base du sentiment de sécurité. L’Appel des appels n’a eu de cesse, depuis 2009, d’alerter les politiques et l’opinion publique sur ce point. La « casse des métiers », et la généralisation de l’évaluation performative déchirent ce tissu social, sans lequel il n’y a pas de vraie sécurité.  
La solitude des mégapoles crée une indifférence destructrice. De nombreuses populations vivent cette solitude : personnes âgées, jeunes sans papiers, migrants, et habitants des campagnes, exclus du travail, du soin ou du logement, avec pour conséquence les résultats électoraux que l’on sait.
Un exemple parmi bien d’autres de cet abandon des métiers : le déconventionnement par certains départements de nombreuses équipes de prévention spécialisée, pour des raisons de masse salariale, mais aussi de critique infondée de leur soi-disant inefficacité. Ceux-là disparus, qui donc osera encore aller demain au contact des jeunes, des bandes, des marginaux, pour rétablir une relation rompue, sans mandat et dans le respect de l’anonymat ?
Heureusement, face à l’horreur à laquelle les citoyens ont dû faire face, notre potentiel d’humanité ne s’est pas épuisé. En 2015, chacun s’est senti un peu plus vulnérable, mais aussi un peu plus humain, un peu plus fraternel. Mais il ne suffit pas de défiler ensemble pour tenir le langage de l’humanité.
Nous, professionnels, avons, sans doute, été insuffisants dans nos engagements. Sans doute n’avons-nous pas pris toute la mesure de l’immense révolution de la société qui était en train de s’accomplir. Nous avons encore beaucoup à apprendre de ceux-là mêmes que nous devons servir, auxquels nous devons nos services citoyens. Dans nos appels nous étions, peut-être encore, en retard d’une civilisation. Mais une chose est sûre : les mesures sécuritaires seront inutiles, si nous ne réfléchissons pas tous ensemble à la reconstruction des liens sociaux mis à mal par les figures liées du « fondamentalisme marchand » et de leurs rejetons théofascistes. L’Appel des appels invite le peuple français, et ceux qui prétendent le représenter, à se prononcer sur le type de société que nous voulons pour assurer notre sécurité. Ensemble on a moins peur. « Il fait plus clair quand on parle ».
 
Pour le Bureau de l’Appel des appels (Evelyne Sire-Marin,  Roland Gori, Michel Chauvière, Catherine Caleca, Dominique Terres-Graille, Julie Caupenne, Patrick Geffard).
 
 
Prochain Congrès FNAREN à Nantes du 29 juin au 2 juillet 2016 (mini-plaquette de présentation ici )
« Une mise en pensée(s) à l’École avec le rééducateur de l’Éducation Nationale:
Se mettre à penser …Ce maître à panser ? 
»
http://www.congres-fnaren-2016-nantes.com
 
 
 
Coordination Nationale des Comités de Défense Des  Hôpitaux et Maternités de proximité
 
MOUTIERS - 25èmes rencontres nationales, les 20, 21, et 22 mai 2016
Cliquer ici pour le programme et là pour l'inscription
 
19 h
Des nouvelles des comités locaux :
 
 
Création de la future association du Comité Montpelliérain de l'ADA
 
 la prochaine réunion du groupe de réflexion se tiendra le mardi 10 mai.
Contact : Jérôme Galien, appeldesappels.montpellier@gmail.com
 
 
Pourquoi un comité local de l'appel des appels à Poitiers ?
 
De plus en plus inquiets du visage que prend notre travail dans les champs de l’éducation, de la santé, de la justice, du social, de la culture, de l’enseignement, etc..., nous avons eu envie de nous rencontrer afin de partager et analyser ensemble nos difficultés et consternations.
Petit groupe d’une quinzaine de personnes, nous souhaitons ouvrir ces rencontres à celles et ceux qui se sentent concernés. Nous avons dans un premier temps eu besoin de nous raconter nos vécus professionnels. Après plusieurs échanges empiriques, un constat commun est posé : il existe une antinomie  flagrante entre les exigences administratives et gestionnaires auxquelles nous devons faire face et les valeurs, les philosophies, l’éthique qui étayent nos professions respectives et la façon que nous avons de nous y impliquer. Nous sommes en perte de sens et de repères face à la machine administrative et plus largement face à une idéologie néo libérale.
Dans ce contexte, nous ne pouvions que nous rapprocher des valeurs et messages portés par le collectif l’Appel Des Appels (ADA). Aujourd’hui nous nous retrouvons dans la charte de l’ADA et adhérons à l’idée qu’éveiller  les consciences  est porteuse, puisque les difficultés et les souffrances rencontrées dans notre travail dépassent bien largement notre place de professionnel. Plus précisément, nous sommes persuadés que la disparition du sujet humain dans le champ du travail concerne absolument tout le monde. Il s’agit en somme : de nos enfants à l’école, de nos proches et nous-mêmes qui avons besoin de soins hospitaliers, de nos anciens qui doivent maintenant fréquenter les EPHAD, de notre rapport subjectif et critique à la culture - dans le sens de résister à une culture imposée et univoque - de la conscience de l’état de notre justice et de nos prisons, de la considération de la folie dans la société, etc.
Lassés d’entendre se répéter la litanie de l’efficacité, de la rentabilité, de la compétitivité, imposées de plus en plus à tous, nous voulons y résister. Puisque personne n’échappe à ce discours aujourd’hui, discours où l’individualité, le libre choix, la générosité et tant d’autres caractéristiques de l’humain sont petit à petit effacés, nous choisissons de nous rassembler pour défendre nos valeurs. Nous commençons par refuser d’être des témoins passifs et poursuivons en faisant des propositions plus adaptées à une réalité humaine et non pas économique.
Notre collectif est ouvert à tous, nous souhaitons qu’il soit un espace de réflexion autour de cette volonté de replacer l’humain au cœur de la société. Des rencontres sous différentes formes seront proposées, avec pour but de communiquer sur nos expériences, soutenir la créativité et la liberté de penser de chacun avec des spectacles, des conférences, des assemblées citoyennes participatives, des débats.
L’idée est donc de sensibiliser des personnes qui sont au prime abord non concernées par tous ces champs professionnels,  et d’éveiller les consciences à la possibilité d’inventer des formes de résistance.
 
Collectif national  :http://www.appeldesappels.org/                                          Octobre 2015                                                                                                                                                                     
Pour nous contacter : appeldesappels86@gmail.com                                                                                                                                                                                                            Aurélie Ballandras
Sandra Defoulounoux
Hélène Basecq
Solène Renis
Claire Trossais
Julie Déplanne
Stéphane Bonnet
Emilie Piouffre
 
 
 
 
 
Roland Gori - Emission "La grande Tchatche" - Radio Grenouille
 
Un entretien avec Roland Gori, psychanalyste, professeur de psychopathologie clinique, initiateur de "l’appel des appels",
Emission enregistrée le 22 avril 2016
A écouter ici
 
 

 

Roland Gori, réinventer l'humanisme

Un entretien épistolaire avec Roland Gori, par Sophie Sendra
A lire ici

 

 
 

 

Les djihadistes français , 2016 , Jean Birnbaum , Daniel Oppenheim , Brigitte Stora , Roland Gori

Une video à visionner ici

 

 

 

Nuit Debout

Pour vous informer et prendre des nouvelles du mouvement, rendez vous sur le site de Nuit Debout

 

Quand le social finance les banques et les multinationales

 
Le gouvernement s’apprête à introduire en France les « investissements à impact social », avec, pour fer de lance, la création de « Social Impact Bonds » (SIB) pour lesquels il ne reste plus qu’à trouver une appellation « à la française ». Depuis la remise du rapport d’Hugues Sibille au gouvernement en septembre 2014, le lobbying en faveur des SIB n’a jamais cessé.
Plus d'information en cliquant ici
 

 

Que vise vraiment la mise en place d’un état d’urgence permanent ? - Un débat dans le journal L'Humanité

Avec Roland Gori Psychanalyste, Alain Badiou Philosophe,  Pierre Serna Historien, Institut d’histoire de la Révolution française, Pierre Rosanvallon Professeur au Collège de France, Jean-Luc Nancy Philosophe
A lire ici

 

 

Camus, reviens ! La tragédie d’un monde…- Un article de Roland Gori dans l'Humanité

 

Au moment où les hommes politiques ne connaissent que les spin doctors, chargés de les conseiller

pour mieux « vendre leur bilan politique ». Au moment où les mêmes hommes politiques

succombent aux charmes des « mythologies économiques », un très beau texte de Camus

m’amène à penser qu’ils seraient mieux inspirés de fréquenter les écrivains. Des écrivains

qui ont un rapport charnel, vital à l’écriture, et non des amuseurs médiatiques à la solde des

industries cathodiques participant à la conformisation de la pensée !

 

La suite ici

 

 

 

 

Dans le monde du travail, le spectre de Taylor rôde encore – un article de Roland Gori dans
Libération

 

Alors que les débats sur la loi El Khomri à l’Assemblée nationale divisent la gauche, les principes du

taylorisme régentent encore le monde du travail, malgré les promesses d’autonomie.

Une organisation «scientifique» du travail qui veut en finir avec le collectif.

 

La suite ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.